Google Analytics

03/05/2016

Grand écran: "Le Bois dont les rêves sont faits", terre d'asile, de mystères et de solitude

boisclair.jpgClaire Simon nous emmène au Bois pour une plongée dans la nature, loin de la ville, de son béton, de ses bruits, de ses odeurs. On s’y promène avec la réalisatrice, qui nous révèle une terre d’asile, de secrets, de mystères et de solitude. Une forêt que chacun s’approprie.

On y fait plein de rencontres. Des vieux, des jeunes, des homos, des hétéros qui draguent, des cyclistes, des Cambodgiens qui viennent fêter Nouvel-An, une prostituée, un voyeur, un fils de GI qui soulève des troncs pour garder la forme, un peintre abstrait qui peint ce qu’il ne voit pas, un ermite qui dort toute la journée. Et, encore plus étonnant, un éleveur de pigeons qui a subjugué la cinéaste. Il connaît le numéro de tous ses volatiles. Il en a des centaines…

Claire Simon a grandi à la campagne et aime Vincennes depuis très longtemps. Mais son désir impérieux d’y filmer lui est venu pendant son documentaire Gare du Nord. Dans Le Bois dont les rêves sont faits, elle abolit à son habitude la frontière entre imaginaire et réalité. «Je suis très sensible à l’histoire que chacun s’invente pour vivre. J’aime l’idée qu’il y a un scénariste en chaque individu».

aclairesi.jpgComment avez-vous rencontré ces gens, dont certains sont très extraordinaires. 

Ce fut un long travail d’approche. J’ai tourné pendant un an pour respecter le cycle des saisons et j’ai passé 90 jours dans le bois. Au début, je me tenais assez loin, avec une assistante. Mais cela ne nous apportait rien. Alors nous nous sommes enhardies. Les choses tiennent parfois du hasard mais le résultat est surtout dû à mon obstination. Par exemple la prostituée, je l’ai cherchée longtemps. Il faut l’entendre. Pour elle, ce métier est une indépendance. Elle se sent plus libre que si elle était serveuse.

Et en ce qui concerne les SDF. Enfin anciens SDF, si l’on peut dire…

J’expliquais ce que je voulais. Cela marchait ou pas. J’ai donné un peu d’argent. Il y en a qui sont super organisés. Ils ont trouvé un système de survie ou ils reprennent la main. Il existe des bandes. Ils se rendent des services. Mais le danger existe. Surtout pour les femmes. Celle dont je parle dans le film ne vit pas seule.

Vous avez l’air de beaucoup aimer les cyclistes

J’ai effectivement de l’affection pour eux. Je sais ce que c’est que ce sport, parce que je le pratique moi-même, à mon petit niveau. Mon premier souvenir du Bois de Vincennes, c’est d’y être allé à vélo.

On peut vous reprocher parfois une forme de complaisance. Je pense à la séquence avec le voyeur.

Je ne suis pas d'accord. En tant que femme, ce genre de type c’est mon ennemi et je considère comme une victoire d’avoir pu le filmer. On a commencé à le suivre et on le lui a proposé. Je voulais connaître son expérience, mais il m’a remballée. Ensuite il n’a pas cessé de rappeler en disant qu’il était sur un coup. En l’occurrence, Il devient mateur d’un couple consentant, et s’exhibe. Cette scène qui n’a rien d’excitant sexuellement, c’est ma réponse à M6. La chaîne avait fait un documentaire sur le Bois. Du point de vue journalistique, c’était intéressant. Pour le reste c’était ce que j’appellerais un docu cul, nul.

On s’attend à voir d’autres personnages. Des policiers par exemple.

Oui c’est vrai et ce n’est pas faute d’avoir essayé. C’est simplement impossible. On n’a pas le droit de les filmer. Ou alors il faut avoir le bras très long pour obtenir une autorisation.

Deux mots sur cet épisode étonnant de la faculté post soixante-huitarde de Vincennes, rasée en 1980. Un hommage à Gilles Deleuze, qui en fut le roi philosophe et dont la fille Emilie en cherche les traces.

Le plus curieux, c’est qu’à part un forestier, personne ne savait où elle était. C’est lui qui m’a montré l’endroit. Elle a duré dix ans et était ouverte à tous ceux qui désiraient suivre un cours. Pour autant qu’il y ait de la place. Elle a été rasée parce qu’il s’agissait d’un foyer libertaire qui gênait. 

Adepte du documentaire en raison d’une vitesse de tournage plus grande, Claire Simon ne s’intéresse pas moins à la fiction. Elle va réaliser un film fantastique pour les enfants sur le Bois de Vincennes.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 4 mai.

18:20 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.