Google Analytics

02/05/2016

Grand écran: "Los amantes de Caracas", une relation toxique

amantes.jpgArmando est un Vénézuélien aisé d’une cinquantaine d’années. Prothésiste dentaire peu gâté par la nature, il vit en solitaire à Caracas. Quand il sort, il drague de jeunes garçons qu’il invite chez lui contre paiement. Mais cet homme désagréable sinon détestable, froid et indifférent, ne supporte pas le contact physique et ne les touche pas. Après leur avoir demandé de se déshabiller, il se contente de regarder leur corps nu en se masturbant.

Un jour il tombe sur Elder, 17 ans, chef d’une bande de voyous des quartiers pauvres. Sauf que cette petite frappe se montre réfractaire aux jeux d’Armando et le lui fait savoir en le tabassant. Le quinquagénaire persiste pourtant à le suivre, protégeant en quelque sorte ce petit caïd brutal qui, motivé par l’argent, commence à lui rendre visite de plus en plus fréquemment. Ils finissent même par habiter ensemble. Contre toute attente, Elder se met à éprouver des sentiments, voire une passion pour Armando. Celui-ci a pourtant d’autres plans…

Ce premier film au titre original Desde Allá, signifiant littéralement De là-bas est basé sur une histoire vraie du scénariste Guillermo Arriaga, notamment auteur de 21 grams. Il a valu à Lorenzo Vigas Castes le Lion d’or à la dernière Mostra de Venise. Le réalisateur y explore une relation impossible, un duel sur fond d’ébats tumultueux, complexes, entre un vieux pervers à la fois dépressif et distant et un adolescent aussi ingérable qu’agressif et fougueux.

Un pays rongé par la crise économique

Au départ cette liaison ne paraît pas très crédible. Mais on la comprend mieux dans la mesure où Lorenzo Vigas Castes place son récit dans un pays rongé par la crise économique où règne la lutte des classes, avec un écart phénoménal entre les salaires des riches et des pauvres.

Aux abois, Elder cède logiquement au confort du monde d'Armando, avant que son appât du gain se transforme en besoin affectif. Mais surtout, l’auteur se passionne pour la thématique de la relation au père depuis son court-métrage Les Elephants n'oublient jamais, où il traitait du désir de vengeance d'un frère et une soeur contre leur père abusif. Il traite le sujet sous un autre angle, Armando et Elder souffrant pareillement d’une absence parentale.

En dépit de sa prestigieuse distinction vénitienne, principalement due à son thème, tout n’est pas parfait dans ce film qui pèche un peu par son esthétique relative et une curieuse volonté de choquer. En revanche les deux acteurs principaux Alfredo Castro et Luis Silva se montrent très convaincants dans cette union toxique entre deux caractères que tout oppose, leurs aspirations, leur âge et leur condition sociale.

A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 4 mai

14:15 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.