Google Analytics

16/04/2016

Monte-Carlo: Federer ou l'éternel jeu du contentement

afed.jpgFederer de retour et pas à moitié pouvait-on lire sur le site en extase de la RTS après son premier duel. En réalité bien moins que ça, puisque notre gloire nationale a été battue en... quarts de finale à Monte-Carlo par Tsonga, l’une de ses principales bêtes noires.

Monfils en étant une autre (il faut hélas reconnaître que le maestro les collectionne), il n’aurait de toutes façons pas passé le dernier carré, vu que ce brave Gaël a flanqué une véritable tripotée à Jo-Wilfried, déjà sonné pour le compte au bout du premier set.

Cela donne une idée plutôt alarmante de la faiblesse de Rodgeur. D'accord, le phénix avait réussi à tricoter assez aisément la première manche face au boxeur des courts. Mais, dès l’entame de la deuxième, on a bien vu qu'il ne finirait pas le pull, même s’il s’est retrouvé à deux points de la victoire. Toutefois Rodgeur, qui avait prévenu de son possible échec après deux ou trois rencontres, histoire de désamorcer les critiques, s’est déclaré très satisfait de sa semaine. Revers, coup droit, service, tout fonctionne à merveille a-t-il dit en gros. Cherchez l’erreur!

Mais voilà qui n’étonnera personne. Ce n’est pas demain la veille que le king cessera de jouer au jeu du contentement dans la foulée d'une défaite. Il aura d’ailleurs d’autres occasions de s’auto-congratuler suite à un futur nouvel échec. A Rome par exemple où comme sur le Rocher, il n’a jamais réussi à s’imposer. Et je dois avouer que je ne vois pas comment il y arriverait cette année.

anad.jpgCar l’ogre de l‘ocre revient, lui, en force au début de cette saison sur terre. Après avoir avalé tout rond le malheureux Wawrinka, il s’est cavalièrement débarrassé de Murray, même si la belette écossaise a fait illusion pendant le premier set. Donc à moins d’un gros coup de mou face à Monfils, Nadal semble avoir toutes les chances de gagner dans la Principauté.

Zukunft Musik, me rétorquerez-vous. Certes, mais concoctons un petit scénario. Le redoutable regain de forme du pitbull devrait par exemple drôlement inquiéter Djokovic. En raflant la coupe à Monaco, l’Ibère reviendrait à égalité dans les Masters et pourrait même le dépasser entre Rome et Madrid. Et surtout, s’il reste dans les mêmes dispositions, réussir la fameuse passe de dix à Roland Garros, privant ainsi une nouvelle fois Dracula de la possibilité de décrocher les quatre Grands Chelems de l’année.

Et je ne vous raconte pas les sueurs froides du Suisse à l’idée d’imaginer l’Espagnol menacer encore davantage sa suprématie avec un quinzième titre dans le domaine. Personnellement j’en ai déjà de grands frissons dans le dos.…

 

19:36 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Je me suis fait ladite réflexion. Pas de quoi pavoiser !
Me réjouis de voir le prochain affrontement Nadal-Djokovic sur terre.

Écrit par : SuperDjoko | 18/04/2016

Les commentaires sont fermés.