Google Analytics

11/11/2015

Grand écran: Avec "Une histoire de fou", Robert Guédiguian se penche sur le génocide arménien

87b4d804e343d878157449ec3cbd1042_XL[1].jpgBerlin 1921, images en noir et blanc pour un long prologue reconstituant un fait historique capital. Talaat Pacha, principal responsable du génocide Arménien est exécuté d’une balle dans la tête dans la rue en plein jour par Soghomon Thelirian dont la famille a été entièrement exterminée. Lors de son procès, revendiquant sa culpabilité, il témoigne du premier génocide du 20ème siècle et est acquitté.

Soixante ans plus tard on est passé à la couleur et on se retrouve à Marseille où  Hovannes (Simon Abkarian) tient une épicerie avec sa femme Anouch (Ariane Ascadride). Bien intégré, grand bosseur,  Hovannes aspire à vivre en paix en France. Plus revendicative et attachée à ses racines, Anouch soutient leur fils Aram, un jeune idéaliste  voulant que la Turquie reconnaisse les crimes commis. Un jour il  fait sauter à Paris la voiture de l’ambassadeur de Turquie. Gilles Tessier (Grégoire Lepince-Ringuet), un étudiant en médecine qui passait là par hasard à vélo est gravement blessé et perd l’usage de ses jambes. Hospitalisé, il voit sa vie brisée.  

En fuite, Aram rejoint l’armée de libération de l’Arménie à Beyrouth, foyer de la révolution internationale dans les années 80. Avec ses camarades arméniens du monde entier, il pense qu’il faut recourir à la lutte armée pour que le génocide soit reconnu et que la terre de leurs grands-parents leur soit rendue. De son côté, Anouch rend visite à Gilles Tessier, qui ne savait même pas que l’Arménie existait. Elle lui avoue que c’est son propre fils qui a posé la bombe et lui demande pardon au nom de son peuple. Un lien fort se tisse entre eux et mènera à la rencontre entre Gilles et Aram.

La petite histoire mêlée à la grande

Avec Une histoire de fou, librement inspiré d’un drame vécu par José Gurriaran, un journaliste espagnol frappé par un attentat en 1980, c’est la troisième fois que Robert Guédiguian revient sur son pays d’origine. A travers une tragédie familiale, sa façon de mêler la petite histoire et la grande, il accomplit un travail de mémoire envers ses origines arméniennes où il s’interroge sur la légitimité de la violence dans la lutte armée, tout en questionnant l'identité arménienne.

Le souffle romanesque de cette œuvre engagée, politique, véridique, à la fois sobre et lyrique, n’exclut pas un côté scolaire, explicatif, ce qui est loin d’être un mal pour quiconque ne connaît pas ou mal les faits. Au contraire nécessaires, le didactisme et l’aspect pédagogique ne nuisent pas à sa dimension universelle. L’ambition de Robert Guédiguian est de nous faire mieux comprendre l’importance de la reconnaissance de ce génocide, ce que refuse toujours la Turquie. Et de nous émouvoir, en évitant l’horreur insoutenable, la volonté de vengeance, ou l’excès de pathos. C’est réussi.  

A l'affiche dans les sales de Suisse romande dès mercredi 11 novembre.  

10:52 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.