Google Analytics

13/10/2015

Grand écran: "Belles familles", le retour décevant de Jean-Paul Rappeneau

belles-familles-de-jean-paul-rappeneau-11435629kudnl[1].jpgRésurgence d’un passé enfoui, lourd secret de famille, adultère, trahison et un casting cinq étoiles. En résumé, Belles familles marquant le retour à l’’écran de Jean-Paul Rappeneau après onze ans, avait largement de quoi séduire.

C’est malheureusement le contraire. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’on n’est pas... tout feu tout flamme face à ce mélo familial en forme de vaudeville. Vivant à Shanghai depuis une dizaine d’années, Jérôme Varenne profite d’un voyage d’affaires à Londres avec sa fiancée Chen-Lu, pour s’arrêter à Paris dans le but de revoir sa mère Suzanne et son frère Jean-Michel,

Il apprend alors que sa maison natale, à Ambray, se trouve au centre d'un singulier imbroglio juridico-administratif. Envoyant sa dulcine chinoise seule au rendez-vous chez les Anglais, Jérôme décide de se rendre sur place en province pour tenter de démêler l’affaire.

Dès lors toute l’intrigue tournicote autour de cette maison, personnage central du film. Rappeneau ne nous épargne d’ailleurs aucun détail ennuyeux et compliqué se rapportant à sa vente éventuelle, nous laissant nous démener sans y comprendre grand-chose entre huissiers intraitables, investisseur immobilier parvenu, notaire véreux, maire opportuniste, sans oublier le droit de préemption.

Le tout sur fond d’étrange rencontre, se muant rapidement en idylle improbable entre Jérôme et la jeune Louise, qui pourrait bien sentir le souffre… Sauf que rassurez-vous, la morale sera finalement sauve.

Au théâtre ce soir

Nous voici donc au théâtre ce soir en compagnie de Mathieu Amalric, toujours écorché vif, de Karin Viard, maîtresse compréhensive à la coiffure et aux fringues d’une rare mocheté, de Nicole Garcia, mère désagréable mais ex-épouse généreuse, de Gilles Lellouche, ami d’enfance fanfaron et amoureux éconduit, de Guillaume de Tonquédec, riche bourgeois coincé, ou encore de la très belle Marine Vacth qu’on n’avait pas revue depuis Jeune et jolie de François Ozon. 

Brochette classe dont on attendait davantage dans la mesure où c’est l’atout majeur de cette histoire au scénario recuit et cousu de fil blanc. Mais les comédiens à la limite de la caricature se contentent de cabotiner, de s’agiter, de courir, de téléphoner à tout va, bref de surjouer dans cette pièce de boulevard décevante, sinon ratée, aux dialogues médiocres et pas drôles. Où l’auteur aligne les clichés, confondant rythme et précipitation pour se diriger vers une fin aussi plate que bancale.

A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 14 octobre. 

18:20 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.