Google Analytics

06/10/2015

Grand écran: "Sicario", de la violence et du sang pour un narco-thriller sans surprise

benicio[1].jpgIntrigues, corruption, drogue, criminalité en hausse. Le lot d’une population terrifiée vivant dans la zone frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique, devenue "le territoire des loups", un effrayant lieu de non droit.

C’est là que le Québecois Denis Villeneuve a situé Sicario, l’histoire d’une opération des services secrets américains, qui balaie les lois pour abattre ceux qui ne les respectent pas. Et c'est parti pour des affrontements meurtriers, des tortures et de folles poursuites en voiture.

En s’attaquant au film de genre, il opère une plongée dans l’univers ultra violent des cartels et de leurs immondes méthodes. Un thème souvent traité au cinéma, mais où on retrouve la patte du cinéaste québécois dans une mise en scène brillante.

On n’en dira pas autant du scénario compliqué et tortueux de ce narco-thriller sans grande surprise sur le fond, mais qui se veut sous haute tension permanente en nous abreuvant d’images sanglantes d’une brutalité à la fois éprouvante et complaisante.

Intéressant personnage féminin sous les traits d'Emily Blunt

En revanche bonne direction d’acteurs, avec en haut de l'affiche Josh Brolin. Agent faussement décontracté du gouvernement, il dirige le groupe d’intervention chargé de la lutte contre le trafic de drogue. Un combat mené par Benicio del Toro, consultant doublé d’un tueur à gages avide de vengeance.

Redoutable bourreau, il est pourtant doté d’une once de sensibilité à l’égard de Kate, jeune recrue idéaliste du FBI qui, enrôlée dans cette mission clandestine à haut risque, sera obligée de revoir des convictions mises à rude épreuve. Une question de survie.

Interprété par Emily Blunt, ce fragile personnage est le plus intéressant du film, dans la mesure où cette terrible guerre souterraine dans laquelle le spectateur est immergé est vue à travers ses yeux. 

Pour son auteur qui dénonce la manipulation dans les médias ou les mensonges des politiques, Sicario est une œuvre très moderne sur la société actuelle, la manière qu’a l’Occident, plus précisément l’Amérique en l’occurrence, de gérer ses problèmes.

On lui préfère pourtant d’autres opus comme par exemple l’excellent Prisoners. Faute d’un regard suffisamment original sur son sujet, Denis Villeneuve qui s’alignait en compétition au dernier festival de Cannes, était d’ailleurs logiquement reparti les mains vides.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 7 octobre.

19:51 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.