Google Analytics

30/09/2015

Grand écran: dans "Le bouton de nacre", le Chilien Patricio Guzman continue à raconter l'histoire de son pays

le-bouton-de-nacre-nl[1].jpgDeux mystérieux boutons de nacre découverts au fond du Pacifique, au large des côtes chiliennes. C’est le point de départ d’un saisissant documentaire construit comme une fiction qui a valu à son auteur Patricio Guzman l’Ours d’argent du scénario au dernier Festival de Berlin.

Au début, il s'apparente à une leçon de choses sur l’espace, les éléments naturels  les volcans, les rochers, les glaciers, le tout accompagné d’images sublimes.

Mais il sert à nouveau de prétexte au  réalisateur chilien, obsédé comme dans tous ses autres films par le coup d’Etat meurtrier du général Augusto Pinochet en 1973, de continuer à raconter l’histoire de son pays, d’en questionner la mémoire et de déterrer des cadavres.

Avec le magnifique Nostalgie de la lumière, Patricio Guzmán, nous emmenait dans le désert d’Atacama, tout au nord de Chili. Dans Le bouton de nacre il se concentre sur l’extrême sud, la Patagonie, plus vaste archipel du monde.

Evoquant à la fois des souvenirs personnels telle la disparition d’un ami emporté par les vagues et les origines de l’humanité, partant du singulier pour atteindre l’universel, il nous laisse entendre  les témoignages simples et émouvants des quelques rares descendants des tribus indiennes nomades porteuses d’un savoir disparu, mais également la parole des premiers navigateurs anglais et des prisonniers politiques

Là ce n’est plus le désert mais l’eau qui lui sert de fil conducteur. L’eau qui vient du cosmos, symbole de vie, celle qui a façonné les hommes, mais aussi celle de l’océan, recouvrant la réalité macabre des exactions des militaires qui en ont fait un cimetière pour tenter d’effacer leurs crimes. 

C’était sans compter sur ce bouton de nacre révélateur. L’un de ceux appartenant aux victimes du régime Pinochet, larguées dans la mer lestées d’un morceau de rail de chemin de fer de 30 kilos ficelé autour du corps, pour les faire disparaître.

Des années plus tard, une expédition a été lancée et la trace d’un rail ramené à la surface, un bouton de chemise accroché au métal. Minuscule symbole de ce que l’océan compte de cadavres torturés des opposants à la dictature.

Film à l’affiche aux Cinémas du Grütli, dès mercredi 30 septembre.

 

10:20 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.