Google Analytics

23/09/2015

Grand écran: "Everest", un combat acharné pour la survie provoquant peu d'émotion

 

Everest-Film-450x300[1].jpgInspiré d'une tentative tragique d'ascension en 1996 où huit alpinistes avaient péri, Everest signé de Baltasar Kormakur, suit une expédition aux prises avec de redoutables tempêtes de neige. Des obstacles toujours plus difficiles à surmonter mettent le courage des grimpeurs à rude épreuve.

Comme la patience du spectateur forcé de visiter le camp de base et de faire longuement connaissance avec les participants à l'aventure, du Texan plus ou moins dépressif au facteur timide en passant par la Japonaise qui déjà gravi six 8000 ou plus. Le tout en alternance avec les images des proches rongés par l’inquiétude pour l’aspect mélo de l’affaire.

Au bout d’une heure, on pénètre enfin an le vif du sujet: l’escalade du sommet mythique, le plus haut du monde du monde, rêve d’une existence qui se mue en combat acharné, surhumain pour la survie. Plus particulièrement au retour de l’ascension, avec un groupe éclaté, durement soumis aux éléments déchaînés, au froid paralysant, au manque d’oxygène.

Tout cela est mis en scène de façon assez efficace et spectaculaire. Pourtant, à part des paysages grandiose, c’est la moindre des choses et quelques scènes éprouvantes pour les sujets au vertige, ce film se voulant extrême, mais laissant une impression de déjà vu en dépit des moyens déployés, manque curieusement d'action, de suspense, d'émotion. Jake Gyllenhaal, en guide à la fois zen et téméraire, ne suffit pas à nous en donner.

l-epreuve-tome-1-le-labyrinthe-531331[1].jpgLe labyrinthe 2

Après avoir trouvé la sortie du Labyrinthe, Thomas et les autres survivants découvrent un monde ravagé, plein d'obstacles terrifiants. La terre est dépeuplée et brûlée par un climat infernal, ll n’y a plus d’ordre, plus de gouvernement. Juste des hordes de gens infectés en proie à une folie meurtrière, errant dans les villes en ruines.

Thomas et ses amis doivent affronter la deuxième dangereuse épreuve élaborée par la redoutable organisation WICKED à laquelle, refusant de servir de cobayes, ils ont faussé compagnie.

Ce deuxième volet, réalisé comme le premier par Wes Ball se révèle peu décoiffant. Mais, nonobstant une presse américaine défavorable, il a réussi sans surprise son entrée dans les salles nord-américaines. Cartonnant pour son premier week-end, il se retrouve en tête du box-office.

Films à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 23 septembre.

19:47 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.