Google Analytics

23/09/2015

Grand écran: "Mustang", un film turc plein de fougue et de sensualité

les-actrices-du-film-mustang-posent-au-festival-de-cannes-le-19-mai-2015_5356673[1].jpg

L’année scolaire se termine dans ce village turc reculé. L’occasion de faire les folles pour Lale et ses quatre sœurs. Surexcitées, magnifiques avec leurs longs cheveux brillants, leur corps parfait sous de sages  tenues d'écolières, elles se précipitent à la plage, chahutant et rigolant. Rejointes par quelques garçons, elles grimpent sur leurs épaules et jouent dans la mer à grand renfort de cris et de gloussements, avant de rentrer chez elles.

Mais la rumeur a fait son œuvre et c’est la douche froide pour les cinq orphelines, élevées jusqu’ici par leur grand-mère. Outrée par leur comportement «impudique», elle les accuse d’avoir «frotté leur sexe» contre la nuque des adolescents. Pour elle ce ne sont que des traînées. Leur oncle décide alors de les séquestrer dans la maison familiale transformée en prison et de les remettre au pas à coups de trique. 

Retour brutal à l’obscurantisme. Terminés les cours et les sorties. Les jeans, les jupe courtes, les shorts et les petits hauts sont remplacés par des robes informes «couleur caca», comme dit la benjamine de la bande, petite peste rebelle de 12 ans au tempérament explosif.

Elle organise la résistance contre les traditions et le futur désespérant qu’on leur prépare entre couture, cuisine et apprentissage des bonnes moeurs. De quoi devenir de bonnes femmes d’intérieur au service de maris de bonne famille qu’elles n’ont évidemment pas choisis après contrôle de leur virginité.

Mais enfreindre les règles, fuguer pour assister à un match de foot, faire l’amour avec un inconnu dans un parking ne suffira pas à changer le nouvel ordre décrété par l’oncle et la grand-mère inflexibles. L’une après l‘autre, les filles contraintes quittent la maison, plongeant à  chaque fois celles qui restent dans le désespoir. Avant de reprendre le dessus.

Humour, énergie, sensibilité    

Premier film de la franco-turque Deniz Gamze Ergüven, 37  ans,  Mustang, titre emblématique, a été présenté à la dernière Quinzaine cannoise des réalisateurs. Il aurait aussi bien pu figurer en compétition, où il aurait contribué à relever le niveau. Car la réalisatrice a une façon passionnante, inventive et créative de mettre en scène la condition des jeunes filles et des femmes dans une Turque loin d’Istanbul, à laquelle ses protagonistes veulent échapper. 

Tout en présentant ces filles comme les victimes d’un système archaïque, elle n’en livre pas moins un film plein de sensualité, de sensibilité et d’humour, rendant hommage à leur énergie, leur vitalité, leur fougue et leur immense désir de liberté. On lui fera le petit reproche d’avoir choisi des héroïnes un peu trop belles et peut-être un peu trop délurées pour la région, avant de les voir enfermées derrière des grilles et des murs toujours plus hauts. Mais voilà qui ne l'empêchera pas, décision a priori insolite, de représenter la France aux Oscars 2016.

Film à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 23 septembre.   

06:00 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.