Google Analytics

19/09/2015

Coupe Davis. le mythe un rien bouffé aux mites dans le double!

7093485[1].jpgLes pompiers de luxe ayant daigné se déplacers, l’affaire devait être bouclée les doigts dans le nez en neuf sets secs. Une promenade de santé donc pour nos cadors du tamis, Federer en tête face à une équipe hollandaise bout-de-bois privée de Robin Haase, son meilleur élément. 

Mais il a fallu rapidement déchanter, Wawrinka, le premier Helvète sur le court frisant le code, forcé de batailler jusqu’au bout du bout pour accoucher dans la douleur et par les poils d’un premier point pour la Suisse.

Les choses prenaient heureusement meilleure tournure ensuite, Federer corrigeant logiquement Jesse Huta Galung, son adversaire quasi inconnu, pour l’emporter en trois petites manches. Tricotées à la diable cependant, le maestro jouant parfois comme un pied entre deux fulgurances. Ce qui n’a pas empêché le traditionnel tandem de la RTS Dupuis-Rosset de hurler au miracle à chaque échange réussi par la légende.

Outre ces ululements limite insultants pour la légende, je trouvais que son jeu sur courant alternatif n’augurait rien de bon pour le double. Alors qu’il avait notamment en face un nommé Matwé Middlelkoop, matricule 583 à l’ATP (!), le mythe a semblé parfois bouffé aux mites tant il commettait d’erreurs que son compère Chiudinelli était incapable, malgré de louables efforts, de rattraper tout seul.

Dès lors la paire bâloise s’effondrait misérablement, évitant même de justesse la roue de vélo au cinquième set. C’est rageant et les occasions manquées me restent en travers de la gorge, a déclaré Federer en conférence de presse. Oubliant un peu, à l’image des experts de la chose et des fans de l'intouchable, de préciser qu'il en était souvent le premier responsable.

Du coup je suis vraiment désolée que cela tombe sur ce brave Marco. Pour une fois il aurait mérité de gagner ce double, dont il a même été le patron à une ou deux reprises. Enfin, comme l’espoir fait vivre, souhaitons que les gambettes de notre gloire nationale, massées car un chouïa lourdes pendant la rencontre, parviendront à le porter vers la victoire.

Sinon, il faudra attendre Wawrinka et là, très franchement, ce n’est pas gagné. Au cas inimaginable où, je ne sais pas si vous voyez la honte…

19:32 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Ah ben on est bien contents d'avoir vos lumières. N'oubliez pas d'éteindre en sortant.

Écrit par : Déblogueur | 19/09/2015

Heureusement que Federer est fatigué, car c'est un peu la correction contre DeBakker ce dimanche.
Quant à Wawrinka, il n'a pas joué le double, très fatigué lui aussi, mais est tête de série 1 à Metz dès demain. Ca rappporte plus.

Écrit par : SuperDjoko | 20/09/2015

Les commentaires sont fermés.