Google Analytics

09/09/2015

US Open: les voyants français étaient tous au vert...

4749458_6_d1a4_jo-wilfried-tsonga-affronte-le-croate-marin_7a57c22eaed9cadc08c891ee670e2bf1[1].jpgAvec cinq Français en huitièmes de finale, tous les voyants étaient au vert. Combien de fois les commentateurs ne l’ont-ils pas répété. Avec trois en quarts, dont le principal, Jo-Wilfried Tsonga. ils n’osaient pas le dire mais ils le pensaient si fort que cela s’entendait. Le Mohamed Ali des courts allait se retrouver en finale.

Lui le plus affûté de leurs poulains, le plus expérimenté, celui qui, léger comme une plume, volait sur le terrain quand il ne marchait pas sur ses adversaires pour les exécuter les uns après les autres sans coup férir. C’est dire s’il avait ses chances face à Cilic. Un Cilic dont pn annonçait de surcroît une cheville en délicatesse. Un Cilic qui boitait dans les vestiaires et bougeait un minimum à l’entraînement.

Mais hélas le boxeur finalement sonné rendait les armes à l’extrême bout du cinquième set. Ce qui n’était pas véritablement une surprise, sauf pour les experts tricolores du micro, dont les facultés curieusement amoindries à chaque apparition des leurs, les voient toujours trop beaux.

Comme Kristina Mladenovic, l’orchidée noire de la raquette hexagonale qui, à 22 ans, disputait son premier quart de finale d'un Grand Chelem. Un exploit relativement banal pour toutes celles, beaucoup plus jeunes, qui l’ont précédée. Même Belinda Bencic l'a fait l'an passé. Mais on sait qu’une première française, c’est une première plus importante que les autres. 
.
images8QD2ZZU3.jpgEn plus Mladenovic est, paraît-il un phénomène. Je vous livre ici un petit résumé de ce que j’ai lu à propos de cette "surdouée du tennis qui fut la terreur du circuit juniors". L'arrivée, certes plus tardive que prévue dans le gotha mondial du tamis de la nouvelle numéro un française et membre du top 30, était de tout temps annoncée.

Bref le messie en jupons dont le monde de la petite balle jaune ne saurait se passer. Dotée d’un jeu hyperoffensif qui s'appuie sur un service de plomb, elle possède un coup droit dévastateur qui décale ses adversaires, ainsi qu’une lecture du jeu sans pareil. "Elle se rend très vite compte de ce qui dérange l'autre".

Pas de doute, Serena Williams n'a qu'à se bien tenir. Sauf que la perle rare n’a pas trop perturbé  l’Italienne Roberta Vinci, moins bien classée et qui lui a cavalièrement soufflé la demi-finale sous le nez... Et pourtant, personne ne donnait cher de la Transalpine de 32 ans. A commencer par Emilie Loit, déclarant.en substance qu’elle ne voulait pas être désagréable avec Vinci, mais qu'elle ne faisait manifestement pas le poids. Entre nous, c’est aussi ce que pensait Mladenovic, qui ne se mouche pas non plus du coude.

Moralité lundi soir, tous les voyants étaient au rouge et il n’y avait plus que le double Mahut-Herbert, dont en général on se moque royalement, pour mettre du baume sur les cœurs blessés. Eh oui, quand on n’a pas de grive… Enfin, vous me rétorquerez qu'il reste Richard Gasquet. Verdict la nuit prochaine. 

02:53 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Tout ce qui a été dit et écrit sur Tsonga en France, on le lit aussi sur Federer un peu partout.

Il est vrai que Benoît Daniel et Henri Leconte (Eurosport) étaient fort excités, hier soir, d'annoncer que la paire Mahut-Herbert a passé encore un tour et se retrouve en demi en double masculin.

J'ai quelques "craintes" pour "Simplet" Gasquet :0)

Écrit par : SuperDjoko | 09/09/2015

Les "voyants" sont Suisses la nuit prochaine, alors je vous défie de nous faire un billet en direct.....moi j'y serai!

Écrit par : Corélande | 11/09/2015

Les commentaires sont fermés.