Google Analytics

01/06/2015

Roland Garros: Tsonga, seul rescapé du naufrage de l'armada tricolore

Roger-Federer-and-Stanislas-Wawrinka-img5440_668[1].jpgIl est vrai que nous somme assez fiers de la légende et de Stan The Man. J'avoue pourtant que je suis baba de constater à quel point les Français adorent leurs sportifs. Et notamment leurs tennismen. C’est fou ça. Grand chelem après Grand Chelem, ils en pincent tellement pour eux qu’ils les voient à chaque fois remporter la mise.

Cette année n’a pas fait exception. Mieux, ils y croyaient encore davantage que d’habitude. Au point que ce cru 2015 devait être le leur.

Nageant en plein nirvana, nos chers voisins avaient commencé à se congratuler en constatant qu’un joli paquet avait passé le premier tour. Il faut dire que c’était assez normal dans la mesure où ils étaient 21, hommes et femmes confondus, à guerroyer sur les courts de Roland Garros. Au second tour, commentateurs et consultants n’en pouvaient plus de porter aux nues les galactiques Tsonga, Monfils, Chardy et autres Gasquet.

Leur foi virait carrément au fanatisme, alors que six d’entre eux se hissaient en huitièmes de finale. Et il faut bien reconnaître qu’ils avaient raison de se frotter follement le ventre. Car sur les 32 joueurs et joueuses en lice, on trouvait six Tricolores. Un record par rapport aux représentants des quinze pays encore présents à ce stade. Dépassant ainsi largement les Espagnols, les Américains et les Russes au nombre de trois par nation. 

Mais funérailles, ces formidables héros destinés à frôler sinon atteindre les sommets, sont tombés comme des mouches. Preuve qu’hélas, la quantité ne fait pas la qualité. Les Français ne peuvent en effet plus compter que sur Tsonga, seul de ses enfants à rallier les quarts de finale, pour rêver à des lendemains qui chantent.

timea-bacsinszky[1].jpgEn attendant, à ce jeu-là, les grands vainqueurs ce sont les Suisses. Partis à cinq, ils sont encore trois  au cinquième tour. Avec la certitude, Federer et Wawrinka devant en découdre l’un contre l’autre en quarts, d’en avoir au moins un dans le dernier carré. Sinon deux, étant donné les exploits de Timea Baczynzsky. Superbement Ignorée par les spécialistes, dont ceux de la bande à Leconte. 

Et dire que j’évoquais dans mon dernier billet la redoutable menace hexagonale planant sur le Fedri nka que j’imaginais laminés en trois coups de cuillère à pot par Monfils et Simon. Ces deux-là éraient en effet pratiquement  annoncés comme les terreurs de cette édition par leurs compatriotes aveuglés par leur amour inconditionnel. Mais dans le fond, il n’y a rien de plus jouissif que d’imaginer l’enfer et se retrouver finalement au paradis. Enfin, dans un petit coin pour l’instant…

22:56 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Ignorée jusqu'à sa victoire ce soir contre la jolie Petra. Un des locataires du Drizia Miremont, a d'ailleurs fondu, derrière son micro. Une Timéa si calme et épanouîe, d'une intelligence tactique rare, qui a pilloné le revers de la gauchère de Bilocev. Après un premier set cauchemardesque en raison du vent, elle a su faire le vide pour rebondir. Ce n'était pas nimporte qui, en face. Contre la jeune belge, rien n'est fait, mais Timea est de plus en plus sur un petit nuage au fil des tours. Je rêve de la voir au moins en demie.

Je ne reviendrais pas sur l'incident avec Stan, ce serait faire trop d'honneur aux mauvais perdents qui n'ont toujours pas digéré Lille. Mais sa réponse était fine et très bien envoyée.

Et à ce stade de la compétition, les goujats seront de toute manière obligés de programmer Timéa sur le Central, qui plus est, à une heure ou tout le monde ne s'est pas barré.

Écrit par : Laurent Lefort | 02/06/2015

Pour toujours déverser tant de fiel, vous devez être sacrément mal baisée !

Écrit par : Rod | 02/06/2015

Vous nagez dans le fantasme (mais de quel nirvana parlez-vous Monsieur?) et l'anti-gallisme primaire (cet éternel complexe d'infériorité de certains Romands...je ne comprendrai jamais au passage, vous êtes tellement comme nous, vos chauffard(e)s envahissant le pays de Gex n'ont rien à envier aux nôtres, vos pingres envahissant nos hypermarchés non plus). Pas un Français sur terre n'a cru que les 5 joueurs tricolores (domiciliés en Suisse, où ils pourront passer les 50 autres semaines de l'année dans l'anonymat sans qu'ils n'intéressent nos médias) restant dans le tableau allaient s'imposer. Il était acquis d'avance que Chardy, Simon et Gasquet allaient être dépassés par leurs adversaires respectifs, tous mieux classés, et 2 d'entre eux des champions d'exception (pas le cas de Wawrinka). Pour Monfils, ça pouvait passer ,malheureusement il fut freiné en plein élan par la nuit (et peut remercier la gestion de RG au passage pour n'avoir pas su installer de projecteurs). Mais comme nous avons pratiqement accordé à Federer, né à 5km de la frontière, la nationalité française d'honneur, on ne va pas pleurnicher.

Écrit par : Al | 02/06/2015

Il parait que Mlle Baczynzsky aurait fait le show avant la dernière manche.
Impossible de retrouver ces images. Ont-elles été effacées ? A la demande de qui ?

Écrit par : Pierre Jenni | 02/06/2015

Qui aurait pensé une demi "Kinder Bueno" vs "Boutonneux" :0)

Écrit par : SuperDjoko | 02/06/2015

Les commentaires sont fermés.