Google Analytics

30/05/2015

Roland Garros: la menace française plane sur Federer et Wawrinka

c0585[1].jpgAinsi donc Sa Grâce se retrouve en huitièmes de finale après ses trois petites balades hygiéniques et digestives en compagnie de faire-valoir sur la terre parisienne. Mais comme l’an dernier, le maestro  pourrait bien s’arrêter là.

Car pour une fois, je suis assez d’accord avec Marc Rosset. Hormis quelques fulgurances prodigieuses, Federer s’est contenté d’assurer avec élégance, laissant un pactole contrariant de neuf jeux, dont un des siens de surcroit, à un Bosniaque de poche dont Djokovic ou Nadal auraient fait de la chair à pâté

Autrement posé, une chose est sûre. S’il ne se remue pas les fesses, il ne va pas faire de vieux os dimanche sur le Central face à Monfils. Surtout après la chevauchée fantastique de ce brave Gaël, porté par une foule en délire. Au point qu’à côté, celle qui soutenait les Helvètes lors de la Coupe Davis en novembre dernier à Lill, ressemblait à une réunion de dames patronnesses, buvant le thé en levant le petit doigt dans un salon feutré.

Et c'est ainsi que le Tricolore sur le point d'être bouffé tout cru au quatrième set par l’Uruguayen Cuevas lévitait soudain, plus remonté qu’un coucou, tandis que son malheureux adversaire complètement à l’ouest, sonné par les hurlements assourdissants des fans déchaînes, se prenait les pieds dans le tapis et piquait du nez dans les cordes pour ne plus se relever.

Du coup, je me fais un sang d’encre pour Rodgeur et ses chances de se payer le scalp du Tricolore, qu'il avouait portant souhaiter rencontrer. Vu la façon dont son futur rival a mis le feu, je me demande si l'espoir demeure... Certes on l’aime Porte d’Auteuil, le Bâlois. Mais en l’occurrence, il pourra se brosser pour obtenir un inconditionnel appui populaire. Désolés Majesté, mais là c’est le prince qu’on préfère.

Et la même menace plane sur Wawrinka. Bien qu'il se soit davantage bougé le popotin que le mythe face à l’Américain Johnson, je me fais tout autant de souci pour le Vaudois, qui doit lui affronter Simon. Bref, je ne vous raconte pas l’éventuel scénario apocalyptique.

Cela dit, j’éprouve également un brin d’inquiétude  pour les commentateurs et consultants français, déjà au bord de l’apoplexie lors de la victoire «mythique, magique, historique» de Monfils au… troisième tour et contre le…23e mondial.. Si d’aventure leurs deux poulains battaient la légende et Stan The Man, c’est carrément la tente à oxygène qu’il leur faudra!

14:00 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Ha ha ha excellent !

Écrit par : SuperDjoko | 31/05/2015

Comme je pense que Roger (prononcer Rogé) et Stan ne vous connaissent pas bien ou ne vous lisent que rarement , ils ignorent que vous êtes toujours de mauvaise foi (c'est pour ça qu'on vous apprécie d'ailleurs) ils vous ont quand même répondu inconsciemment, le sur le court hier (Simon laminé) et aujourd'hui (Monfils à la rue).
p.l.

Écrit par : Pierre Losio | 01/06/2015

Ahahah, bravo pour vos pronostics si pleins de clairvoyance....

Écrit par : Rod | 02/06/2015

Les commentaires sont fermés.