Google Analytics

28/04/2015

Grand écran: Camille Cottin s'éclate dans "Connasse, princesse des coeurs"

connasse_rognee_et_comp[1].jpgElle estime ne pas avoir la vie qu’elle mérite, ne veut plus jamais travailler et rêve d’un  destin royal. C’est ainsi qu’elle met le cap sur Londres, déterminée à épouser le prince Harry,  le célibataire les plus convoité d’Europe. Ce qui reste à prouver…  

Elle, c’est Camille Cottin. Elle reprend au cinéma le personnage de Connasse, une insupportable trentenaire au comportement odieux qui s’immisce un peu partout, qu’elle tenait sur Canal +  diffusée dès 2013 dans Le Grand Journal. L’adaptation de la minisérie sur grand écran, intitulée Connasse, princesse des cœurs est coréalisée par les auteures du concept, Eloïse Lang et Noémie Saglio.

Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’une pastille humoristique tournée en caméra cachée. Le principe est repris pour le film, ou du moins nous l’affirme-t-on en dépit d’une ou deux cas qui paraissent sujets à caution. Mais faisons comme si pour suivre l’audacieuse et chiantissime Camille Cottin dans une succession de scènes où elle doit tester la capacité de tolérance, le niveau de crédulité, sinon de bêtise des gens qu’elle croise. En l’occurrence des Anglais. La virée chez Sa Majesté The Queen lui permettait notamment de ne pas être reconnue.

Bref. A son habitude, elle affronte des situations plus saugrenues les unes que les autres. Et elle y va vraiment à fond dans le genre connasse à humour vache. Sans complexe et sans le moindre égard pour personne. Logique. Pour être une connasse, il ne faut penser qu’à soi, n’avoir aucune conscience  des autres et tout faire pour arriver à ses  fins, dans se poser la moindre question.

Certaines séquences sont certes plutôt drôles, sinon parfois jubilatoires. Mais en passant de sketches très courts, (moins de deux minutes  où on la retrouvait chez l'esthéticienne, à la piscine, à St-Tropez, dans une boutique de luxe ou un magasin de musique) au (trop) long-métrage, la chose perd de son sel et finit par lasser. Même si Camille Cottin paie vraiment sans compter de sa personne. Ce qui plaira sans doute aux fans.

Film à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès le mercredi 29 avril.       

 

19:36 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

21/04/2015

Grand écran: "Spartiates" ou l'apprentissage du respect et de la tolérance par le sport

5568_30_34x16_0cm_300dpi[1].jpgAprès un court-métrage commandé par la RTS et réalisé en 2013 lors de l’opération Marseille alors capitale culturelle, le Genevois Nicolas Wadimoff, passionné par son sujet tourné dans les quartiers nord, a eu envie de poursuivre avec un long-métrage.

Dans Spartiates, il témoigne du travail d’un entraîneur d’arts martiaux travaillant avec les jeunes dans cette partie de la ville délaissée et gangrénée par la violence, où peu de gens osent se rendre.

Même si, comme le dit lui-même l’auteur," il y a beaucoup de fantasmes autour de l’idée de banlieue dangereuse et difficile. Bien que ces fantasmes aient été récemment alimentés par des règlements de comptes à la kalashnikov.… » 

Bref, les médias n’y vont presque jamais. Une raison suffisante pour Wadimoff de s’y rendre, de montrer qu'il se passe autre chose et de rencontrer Yvan Sorel, 24 ans. Un self made champion qui, se substituant aux pouvoirs publics, a fondé un club mixte où il inculque, par les arts martiaux, le respect et la tolérance aux gamins de la cité Bellevue.

Ce documentaire, récompensé par le Prix de Soleure en janvier dernier, avait impressionné le jury qui y avait justement vu "un combat pour la survie au quotidien des jeunes de banlieue", ainsi qu'une "métaphore de toutes les relations humaines".

Il nous laisse aussi et surtout découvrir un éducateur charismatique, engagé à fond, à l’écoute constante de ses ouailles, mais également terriblement autoritaire. On ne raffole donc pas forcément de son côté réac, de son sens de l’ordre et de la discipline à outrance  Mais en dépit de ses méthodes militaires, un euphémisme dans son comportement le plus souvent brutal, on ressent sa volonté de transmettre des valeurs, l’amour qu’il porte à ces mômes déshérités au bord du plongeon dans la délinquance et son désir profond de les voir sortir la tête de l’eau.

Qu’on apprécie ou non le personnage, Yvan Sorel, acteur né dans sa façon de bouger sans complexe, presque provocatrice devant la caméra, est incontestablement la vedette de ce film. Un film à l’image soignée qui vous accroche en jouant sur l’intensité de la dramaturgie. Evitant le misérabilisme facile avec le chômage et la pauvreté qui minent les lieux, Wadimoff réussit à livrer le rendu d’une réalité qui n’a pas grand-chose à voir avec Plus belle la vie…

Film à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 22 avril.

19:03 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Grand écran: le nouveau "Caprice" d'Emmanuel Mouret, séducteur malgré lui

f8f9debc096e44473f9e7f7e2166178d[1].jpgInstituteur fan de théâtre, Clément nage dans un bonheur qu’il n’aurait pas imaginé dans ses rêves les plus fous. Alicia, son actrice préférée, une célébrité blonde un rien fatale succombe à son charme, tombe amoureuse et devient sa compagne.

Mais ce séducteur malgré lui se trouve pris au piège d’un triangle sentimental loufoque en rencontrant Caprice,  une jolie jeune femme rousse, comédienne dans une troupe amateur mais aspirant à beaucoup mieux.

Extravagante, malicieuse pour ne pas dire délicieuse au premier abord, elle se colle à Clément au point qu'il a du mal à lui résiste, en dépit de sa passion pour Alicia. Le tout sous les yeux de Thomas, son meilleur ami et directeur de l’école qui contribue aux complications ambiantes.  

Dans Caprice, son neuvième film, Emmanuel Mouret, qui joue l’instit hyper classique en jeans, baskets et veste de velours, revient au marivaudage teinté de burlesque. Deux ans après l’échec public d’ Une autre vie, un suspense mélodramatique, il se pose des questions sur la vie à deux et la part du destin dans la découverte de l’âme sœur. 

Aux côtés de Laurent Stocker, on retrouve le réalisateur-acteur en anti-héros naïf, timide, effacé, gaffeur, maladroit, dépassé par les événements. Attachant, émouvant, parfois irrésistible dans certaines scènes cocasses à la Pierre Richard, il frise pourtant la caricature avec sa tendance à trop en faire dans sa valse-hésitation entre ces deux femmes, dont il est finalement le jouet consentant.

L’une est incarnée par Virginie Efira assez convaincante dans son rôle d’actrice à qui tout réussit et l’autre par Anaïs Demoustier (photo), excellente dans celui de la débutante manipulatrice, plus perverse qu’il n’y paraît et avide d’un succès qu’elle ne cesse de connaître à l’écran. Elle  vient d’enchaîner six tournages dont Bird People, Une nouvelle amie A trois on y va, ainsi que Julien et Marguerite de Valérie Donzelli, sélectionné en compétition au prochain Festival de Cannes.

Film à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 22 avril

14:52 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

18/04/2015

Masters de Monte-Carlo: le vampire de Belgrade en mode saigneur plus!

images[1].jpgEh bien, comme vous le pensiez, la question d’une éventuelle victoire française sur le Rocher était aussi saugrenue qu’audacieuse. Une fois de plus, nos chers voisins n’auront pas la satisfaction de voir l’un des leurs, pourtant débarqués à huit à Monaco, soulever le trophée quinze ans après Cédric Pioline.

Moi qui fondais quelques espoirs sur Monfils pour rabattre le caquet de Nadal en finale, j’en suis pour mes frais! Bon, c’est Djokovic qui s’en est chargé en demie, comme pour donner un vague crédit aux lamentations du roi de la terre sur son prétendu piteux état de forme.

Ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour ses poursuivants. En cas de victoire demain contre Berdych, Dracula compterait plus de 5600 points d’avance sur son dauphin Federer. De quoi voir venir et augmenter confortablement son capital semaines en tant que numéro un mondial.

Et cela ne va sans doute pas s’arrêter là, dans la mesure où  le saigneur des courts n’avait pas pu disputer le Masters espagnol l’an dernier pour cause de poignet droit en délicatesse. Juste pour vous donner une idée de l’avance  insensée de ce cher Novak au classement, en admettant qu’il remporte Monte-Carlo et Madrid, ce qui est loin de constituer un plan sur la comète, il serait à quelque 700 points de se qualifier pour la finale de Londres en novembre. Et on est même pas en mai!

Cela dit, plus bizarres parfois que les tennismen, c’est difficile à trouver. Certains d’entre eux nous l’ont encore prouvé cette semaine. Jugez plutôt. Stan Wawrinka commence par écraser Juan Monaco en cinq jeux avant d’être laminé par Grigor Dimitrov en trois, lui-même explosé par Gael Monfils en quatre, qui subira un sort quasi  identique contre Tomas Berdych.

Certes, il faut bien un perdant par rencontre… Mais admettez qu’il est assez rare qu’un top 10 ou assimilé, à l’image de Monfils, atomise carrément son adversaire pour se retrouver lui-même en mille morceaux au tour d’après. Alors quatre de suite, forcément ça interpelle!   
 

18:40 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

17/04/2015

Masters de Monte-Carlo: et si Monfils gagnait le tournoi?

1111609_monte-carlo-monfils-a-fait-le-show-MONFILS-MONTECARLO-150415-271520[1].jpgVous devez trouver que je pose des questions audacieuses. Mais si je vous évoque la chose, c'est notamment histoire de faire pour une fois plaisir à nos chers voisins, si souvent frustrés de victoire dans les grandes occasions.

Blague à part pourtant,  ce brave Gaël pourrait tout-à-fait se retrouver en finale, dans la mesure où il affronte Tomas Berdych en demi. Et on connait la fragilité du Tchèque, encore plus dommageable que l’inconstance du Français,

Mais surtout ce serait bien mérité, car on doit une fière chandelle au bourreau de Federer, qui s’est racheté auprès des Helvètes. Leur mettant du baume au cœur en battant Dimitrov à plate couture et en évitant ainsi à Wawrinka (c’est dire si le Vaudois a été nul face au Bulgare en huitièmes) la honte d’être éjecté du top 10.

Par ailleurs, il faudrait que Nadal cesse de jouer l’intox. L’ogre de l’ocre n’a cessé de clamer avant le tournoi qu’il n’était absolument pas favori dans la mesure où il n’avait jamais été aussi mal préparé pour la saison sur terre. Une insulte à ses adversaires vu qu’il se retrouve dans le dernier carré.

C’est à souhaiter que Djokovic lui flanque une bonne rouste pour lui apprendre la modestie, au pitbull ibère. Ce qui n’est pas impossible, même si le Serbe ne s'est pas beaucoup employé vu qu’il n’a eu que des seconds couteaux et le revenant Cilic à affronte jusqu’ici. C’est vraiment rien de dire que le tennis est un sport particulièrement injuste.

Enfin, heureusement qu'on a Hingis pour nous faire rêver au royaume de la petite balle jaune ... Imaginez une seconde que la Saint-Galloise batte demain la Polonaise Agnieszka Radwanska, neuvième mondiale. En effet, après 17 ans d’absence en Fed Cup, l’ex-numéro un qui avait tenté un come back en 2007, a non seulement été titularisée en double, mais également en simple.

Même si Martina, en pleine confiance après ses trois derniers tournois remportés aux Etats-Unis en compagnie de l'Indienne Sania Mirza, estime pleinement mériter sa place, il est drôlement gonflé, le capitaine Günthardt!

 

19:44 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Festival de Cannes: une armada européenne à l'assaut de la Palme d'or

68eme-Festival-du-Film-Cannes-affiche[1].jpgDans quelques semaines commencera la célèbre grand-messe de la pellicule. Et cette 68e édition du Festival de Cannes sera belle, nouvelle, formulant des hypothèses, prenant des risques et disant des choses sur l'état du cinéma en matière de création mondiale. C’est en tout cas ce qu’en pense son Délégué général Thierry Frémaux, aux manettes de la conférence de presse en compagnie du nouveau président Pierre Lescure.  
 
Sous le regard d’Ingrid Bergman à qui l’affiche est consacrée, le concours réserve une très large part à l'Europe. A commencer par les Français. Au nombre de quatre: Jacques Audiard (Dheepan), Stéphane Brizé (La loi du marché) Valérie Donzelli  (Marguerite et Julien), Maïwenn ( Non Roi). L'Italie est également bien représentée avec trois auteurs,  Nanni Moretti (Mia Madre), Paolo Sorrentino (La jeunesse) et Mattteo Garrone (Le conte des contes).
 
On reste sur le Vieux Continent avec le Grec Yorgos Lanthimos (The Lobster), l'une des oeuvres les plus originales et mystérieuses toujours à en croire Thierry Frémaux. L'opus devrait donc provoquer de vifs échanges sur la Croisette, à l'image de Le fils de Saul du Hongrois Laszlo Nemes, traitant de la vie d'un homme dans un camp de concentration. Sans oublier le Norvégien Joachim Trier, un quadra qui monte et propose un thriller explosif avec Louder Than Bombs.
 
Du travail pour le jury des présidents Coen

Parmi les autres prétendants à la récompense suprême, trois Asiatiques habitués du lieu, Hou Hsiao Hsien (The Assassin) Jia Zhang-Ke (Mountains May Depart) et Hirokazu Kore-Eda (Notre petite sœur). Les Américains, eux, ne sont que deux à défendre leurs couleurs. Gus Van Sant, Palme d’or pour Elephant en 2003, revient avec The Sea Of Trees, très attendu dans la mesure ou le grand réalisateur s’est assuré la collaboration de l’excellent et oscarisé Matthew McConaughey.

De son côté, dix-sept ans après Velvet Goldmine, Todd Haynes s'aligne à nouveau dans la course à la Palme d'or avec Carol, adapté de Patricia Highsmith. Il met en scène une riche New-Yorkaise mariée qui rencontre une jeune vendeuse et lui propose un voyage. Elles tombent follement amoureuses.  
La liste comptant pour l’instant dix-sept métrages est notamment complétée par Sicario du Québecois Denis Villeneuve et MacBeth de l'Australien Justin Kurzel. Du travail en perspective pour le jury -avec pour la première fois à sa tête deux présidents les frères Joel et Ethan Coen- appelé à choisir le lauréat parmi une vingtaine de métrages. 
 
Plein de stars attendues

C'est la réalisatrice française Emmanuel Bercot qui ouvrira ce prometteur  cru 2015 avec La tête haute où elle  aborde les questions sociales. Cela permettra à sa tête d'affiche, la reine Catherine Deneuve, de fouler la première le tapis rouge avant de monter les célèbres marches du Grand Théatre Lumière.

catherine-deneuve-et-emmanuelle-bercot[1].jpgElle est l'une des nombreuses stars attendues pour la célèbre grand-messe de la pellicule en compagnie de Marion Cotillard, Léa Seydoux, Isabelle Huppert, Cate Blanchett, Charlize Theron, Naomi Watts, Tom Hardy, Benicio del Toro, Michael Caine, Matthew McConaughey ou Vincent Lindon.
 
Le film d'Emmanuelle Bercot est proposé hors compétition, à l'instar d'Irrational Man de Woody Allen (qui ne fera hélas pas le voyage à  Cannes) et de Mad Max: Fury Road de George Miller. Trente ans après, c'est le retour du héros de la saga mythique incarné par Tom Hardy et entré dans la légende sous les traits de Mel Gibson. En séances spéciales on verra Amnesia de Barbet Schroeder, Oka de Souleymane Cissé, Une histoire d'amour et de ténèbres de Natalie Portman  (en principe présente sur la Croisette pour ses débuts derrière la caméra) et Asphalte de Samuel Benchetritt.
 
Deux mots sur le volet Un Certain regard, riche d'une quinzaine de films. Son jury est présidé par Isabella Rossellini. La fille d'Ingrid Bergman, très émue par le choix de sa mère en tant qu'égérie du festival, participera à l'hommage qui lui est  rendu, en assistant à la projection du documentaire, Ingrid Bergman in Her Own Words, signé Stig Björkman et projeté dans le cadre de Cannes Classics. Elle lancera également Ingrid Bergman Tribute, célébrant le centenaire de la naissance de la célèbre actrice suédoise.
 
De son côté le Mauritanien Abderrahmane Sissako, grand poète de l'Afrique qui avait créé la plus forte des émotions et séduit la critique internationale l'an passé avec Timbuktu, fera son retour  en chef du jury de la Cinéfondation et des courts-métrages.
 
Lambert Wilson reconduit 
 
A signaler enfin que si le Festival est marqué par une série de premières, comme on le voit notamment en compétition avec les Valérie Donzelli Stéphane Brizé, Denis Villeneuve, Joachim Trier, ou Yorgos Lanthimos qui font leurs premiers pas dans la prestigieuse section, il compte aussi sur les valeurs sûres. Et pas seulement chez les concurrents.
 
C'est ainsi que L'élégant Lambert Wilson, qui avait si bien fait le job en 2014, va reprendre son rôle de maître de cérémonie. En smoking et nœud pap, Il accueillera les présidents Joel et Ethan Coen  le 13 mai et animera la soirée de remise des prix le 24 mai.

17:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

16/04/2015

Masters de Monte-Carlo: pour Federer et Wawrinka, c'est la Bérézina!

000_par8148922[1].jpgCela valait bien la peine de s’extasier follement sur la performance des deux Helvètes "de choc" contre des quasi manchots lors de leur entrée au tournoi de Monte-Carlo qualifiée de tonitruante, pour les retrouver piteusement au tapis au tour suivant.

A commencer par Wawrinka, honteusement balayé en 55 minutes par le Bulgare Dimitrov. Remarquez qu’en ce qui concerne le Vaudois, c’était chronique d’une défaite annoncée après ses éliminations tout aussi précoces, sinon avantage à Indian Wells et Miami.

Ce troisième échec se révèle des plus fâcheux dans la mesure où le Suisse, déjà rejoint par Cilic au classement, risque d’être purement et simplement éjecté du top 10 dès samedi, au cas où Dimitrov se retrouverait dans le dernier carré.

Bref, si je m’attendais hélas à ce nouveau revers cuisant, je cultivais en revanche l’espoir fou de regarder Federer l’emporter sur Monfils dans le second match du jour. Mais funérailles, alors que la légende semblait avoir la rencontre en main, elle s’est également lamentablement effondrée en deux sets, face au Français.

Réputé fantasque et inconstant, ce dernier trouve souvent moyen d’oublier ses errements coupables lorsqu’il bataille contre le maestro, incontestablement sa proie préférée. Comme quoi la victoire du chasseur tricolore en Coupe Davis en novembre n’avait pas grand-chose à voir avec un éventuel dos en compote du Bâlois.

imagesG20GB316.jpgJe tente courageusement de me remettre de cette double et douloureuse épreuve en imaginant que nos empotés actuels de la raquette ont éventuellement des chances de se refaire une santé au Masters de Madrid où Stan s’est planté illico presto l’an passé, et où Rodgeur n’a pas joué pour cause de jumeaux à l'horizon. 

Ainsi qu’’à celui de Rome, où l’un et l’autre n’ont pas réussi à atteindre les quarts de finale. Sans parler de Roland Garros, la Bérézina pour Wawrinka et un parcours miteux pour Federer, éliminé en huitièmes de finale par le Letton Gulbis. D'ou une foule de points à engranger. 

Malheureusement, quand je lis que Wawrinka ne savait pas où il était, en tout cas pas sur le court, et que Federer ne sentait en gros ni son service ni son coup droit, je me dis que je peux remballer mes illusions aussi sec!

19:03 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

14/04/2015

Grand écran: John Boorman retrouve ses 18 ans dans "Queen and Country". Un bijou

424384.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx[1].jpgAprès avoir raconté son enfance à Londres en plein Blitz dans Hope and Glory (1987), John Boorman reprend le fil de son récit autobiographique 27 ans après. A 81 ans, le réalisateur retrouve ses 18 ans dans Queen and Country sous les traits de son alter ego Bill Rohan.

Nous sommes en 1952, l’année du couronnement d’Elizabeth II. Alors qu’il entrevoit une idylle avec une jolie cycliste, Bill quitte son île sur la Tamise et sa famille aussi attachante que drôle pour faire ses deux ans de service militaire. Il se retrouve dans un camp d’entraînement, ne sera pas envoyé en Corée, mais doit former à la dactylographie des recrues en partance vers le front asiatique.

Passionné de cinéma, Bill ne tarde pas à trouver un super pote en la personne de Percy Hapgood, autre fan de la pellicule doublé d’un boute-en-train fumiste et amoral. Tout en cherchant l’âme sœur en ville pendant leurs permissions, nos deux fripouilles allergiques à l’autorité se liguent pour casser le sadique et psychorigide sergent-major Bradley, qui s’ingénie à leur pourrir la vie.

Pendant ces deux ans finalement plutôt joyeux (logique dans la mesure où on se souvient en général du meilleur), on navigue entre la découverte de l’amitié, de l’amour, la drague romantico-burlesque, les deux bidasses se faisant la courte échelle pour espérer voir par la fenêtre les filles en tenue d’Eve, et les cocasseries de la vie en caserne. Des scènes le plus souvent jubilatoires, ponctuées de blagues foireuses où d’obtus galonnés ne cessent d’être ridiculisés. Un antimilitarisme à la limite de la caricature qui amuse à l’évidence le facétieux cinéaste. 

imagesN0UDY3VP.jpgSur fond d'ambiance de l'Angleterre de l'époque, cet autoportrait à la fois subtil et un peu fantasmé à la réalisation académique et un brin désuète, se termine par le retour du soldat dans son cottage idyllique, où il commence à taquiner la caméra. On n’y retrouve peut-être pas la force et l’ambition de Délivrance ou d'Excalibur. Mais ce dix-septième opus en mode mineur ne nous séduit pas moins énormément. 

Satire, humour, tendresse, impertinence et nostalgie font le charme de Queen and Country. La légèreté du ton de cette irrésistible chronique so British le dispute à la profondeur de la réflexion chez le vétéran Boorman. Tout en évoquant son adolescence, il déclare son amour au septième art, sans oublier la critique, l'insoumission sinon la rébellion face à la domination, au pouvoir et aux institutions.  

Les comédiens ne sont pas étrangers à cette jolie réussite. A commencer par le jeune Callum Turner qui, avec ses airs d’irrésistible faux tombeur de dames, fait des débuts plus que prometteurs dans le rôle de l'auteur. A noter aussi Vanessa Kirby dans celui de Dawn, la volcanique soeur de Bill dont la volonté d'émancipation préfigure la révolution sexuelle.  

Film à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 15 avril.

16:04 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

08/04/2015

Grand écran: "Pourquoi j'ai pas mangé mon père", de et avec Jamel Debbouze. Calamiteux!

imagesV4PXATOK.jpgInfatigables promoteurs dithyrambiques de navets du cru, les animateurs télé français n’en pouvaient plus de porter aux nues Jamel Debbouze qui vient de faire ses débuts de réalisateur avec Pourquoi j’ai pas mangé mon père, film d’animation à gros budget, dans les 35 à 40 millions d’euros. Le plus attendu de la semaine en France, n’hésitait-on pas à rappeler à France-Info.  

L’humoriste est aussi le co-scénatiste et l’acteur principal de ce premier long-métrage européen entièrement tourné en  motion capture. La technique consiste à filmer les acteurs pour reproduire ensuite leurs mouvements sur ordinateur.

Jamel Debbouze se coule donc dans la peau d’Edouard, fils aîné du roi des Simiens, rejeté par son père à sa naissance car jugé trop petit et malingre pour lui succéder un jour. Et pourtant. Plus malin… qu’un singe, révolutionnaire chez les réacs, génie de l’invention, champion de l’évolution et de l’adaptation, Edouard découvre le feu, la chasse, l’habitat tout confort. Il finit même par se dresser sur ses deux pieds pour guider son peuple vers l’humanité, l’amour et la tolérance. Amen. 

Enfin pas vraiment. Car Jamel Debbouze, la main dans le slip, ne se contente pas de nous noyer sous de puérils messages dégoulinants de bons sentiments. Se livrant à une métaphore de sa propre existence, notre Darwin de pacotille en rajoute complaisamment des tonnes dans cet opus très librement adapté (hélas) du roman culte de Roy Lewis Pourquoi j’ai mangé mon père.

Pire, outre ses traits, le comique prête également à Edouard son côté hystérique, son humour bourrin, ses vannes ringardes, ses grimaces outrancières et son bafouillage exaspérant. Sans oublier de nous balancer un hommage à Louis de Funès qui doit faire se retourner dans sa tombe l’acteur disparu il y a 30 ans.

Comble de tout, le design est particulièrement vilain. Reste que la chose a mis sept ans à voir le jour. Etant donné le résultat calamiteux, elle aurait aussi bien pu dormir dans un tiroir pour l’’éternité!

Film à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 8 avril.

14:51 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

07/04/2015

Grand écran: "Le dernier coup de marteau" révèle un jeune acteur, Romain Paul

 

le_dernier_coup_de_marteau_1[1].jpgAlix Delaporte avait gagné en 2012 le César de la meilleure première œuvre avec Angèle et Tony, où une jeune femme cherche à conquérir un marin pêcheur en quête d’amour. Mais il commence par se dérober face à cette créature déroutante.

Pour Le dernier coup de marteau, la réalisatrice quitte la côte normande et nous emmène au soleil du Sud, tout en restant dans le même registre d’un cinéma social valorisant l’humain. Elle y reprend également ses deux acteurs césarisés comme elle, Clotilde Hesme et Grégory Gadebois. Sans toutefois les faire se croiser à l’écran.

Car le véritable héros de l’histoire c’est Victor (Romain Paul), un adolescent de 14 ans peu gâté par la vie. Il habite une petite caravane en bord de mer dans les environs de Montpellier avec sa mère Nadia (Clotilde Hesme ) qui lutte contre un cancer. Et apprend tardivement que son père Samuel Rovinski (Grégory Gadebois), célèbre chef d’orchestre ignorant avoir un fils, donne un concert près de chez lui. Il se rend à l’opéra pour le rencontrer, le maestro ne veut pas le voir. Mais si Victor est un peu perdu, il est aussi pugnace……

Une piètre situation et un destin a priori sans espoir qui pourraient pousser la réalisatrice au misérabilisme. Elle évite pourtant le piège du pathos, en traitant ce sujet casse-gueule avec pudeur et sensibilité. On aime la manière à la fois tendue, sèche, presque dénuée d’émotion dont elle raconte une histoire d’amour forte entre une mère et son fils. En même temps, on regrette son manque d’originalité au cours de ce récit initiatique finalement assez plat, où père et fils tentent maladroitement de s’apprivoiser.

Plutôt réussi quand même, Le dernier coup de marteau (référence à la 6e symphonie de Gustav Mahler que dirige Rovinski) doit beaucoup à ses comédiens. A commencer par le jeune Romain Paul, une vraie révélation, logiquement récompensé à la dernière Mostra de Venise par le prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir.

Clotilde Hesme, sacrée meilleure actrice au Festival de Marrakech, met de son côté une sobriété bienvenue dans son rôle de mère malade élevant seule son enfant. Un peu en retrait, Grégory Gadebois se montre pareillement convaincant en chef d’orchestre misanthrope, impatient et irascible, soudainement pourvu d'un rejeton indésirable.

Film à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 8 avril.  

 

.  

 

 

 

 

 

 

22:00 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |