Google Analytics

10/02/2015

Grand écran: "L'enquête", avec Gilles Lellouche sur la piste de Clearstream

54578bb6bdb63[1].jpgEn 2001, Denis Robert flanquait la pagaille dans le monde de la finance en dénonçant le financement opaque de la société bancaire luxembourgeoise Clearstream. Dans L’enquête, Vincent Garenq retrace le parcours du journaliste opiniâtre en quête de vérité pour tenter de révéler l’affaire au grand jour.

Sa route croise celle du juge Renaud Van Ruymbecke, très engagé contre la corruption internationale qui mine de grandes institutions financières. Tout cela les mène vers un sulfureux scandale qui va secouer la Ve République.

Avec à  la clé l’affrontement politico-judiciaire mettant aux prises, en 2004, le premier ministre Dominique de Villepin et le futur président Sarkozy,  qui avait alors promis, tout le monde s’en souvient, de pendre son rival à un croc de boucher.

Vincent Garenq se concentre cependant sur son héros, présenté comme un être honnête, quittant Libération pour un édito censuré, sinon refusé. Mais également comme un personnage émotif, apparaissant en pleine sidération face aux policiers et aux flashes de ses confrères lors d’une perquisition musclée menée à son domicile.

Suite à cette scène d’ouverture, l’auteur revient sur les investigations de Robert, le suivant dans ses rencontres secrètes ou le montrant filé par de dangereux hommes de main. On se retrouve alors dans une histoire à ramifications tentaculaires où se croisent des militaires taïwanais, un général des services secrets français, des industriels, des banquiers, un escroc. Sans oublier donc un premier ministre et un futur président.

Bref un thriller politico-journalistique assez haletant mais d’une rare complexité où le béotien a tendance à se perdre en chemin. Ou du moins ne ressort pas franchement plus éclairé qu’il ne l’était en débarquant dans la salle obscure, en dépit de louables efforts pour tout comprendre...

Reste à s’accrocher aux comédiens, qui font plutôt bien le job. Pugnaces et intègres, Gilles Lellouche et Charles Berling sont aussi convaincants l’un que l’autre dans leur rôle respectif du journaliste Denis Robert, et du juge Renaud Van Ruymbecke. Deux justes n’arrivant pas à leurs fins, ce qui les rend d’autant plus attachants, comme dit le réalisateur. 

Film à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 11 février.

18:21 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.