Google Analytics

30/01/2015

Open d'Australie: Wawrinka en mode tueur... mais loin du tireur d'élite!

Stanislas-Wawrinka-930x620[1].jpgEntouré de son clan mué en galaxie, Wawrinka se prenait carrément pour une étoile. Je suis plus fort que l’an dernier, mieux dans ma tête et sur le terrain, et il suffit je frappe des balles lourdes et puissantes pour être meilleur que quiconque. Et donc que Djokovic.

Même son de cloche côté experts de la petite balle jaune qui ne tarissaient pas d’éloges depuis le début du tournoi sur la taille patron du Vaudois, sa confiance au sommet, la sûreté de ses choix, sa monstrueuse capacité à se transcender devant l’enjeu et j'en oublie. Pour résumer, on avait un homme habité de la certitude que rien ne pouvait lui arriver. Si son jeu ne faiblit pas, avait-on quand même la sagesse de remarquer ici ou là, mais sans vraiment imaginer que ce serait le cas.

Bref on a tellement glosé sur cette demi-finale de rêve et les possibilités de Stan The Man à se retrouver en finale, sinon de gagner à Melbourne pour la deuxième fois consécutive, qu’il y avait tout pour m’inspirer les pires craintes en le voyant débarquer sur le court. D’autant que Pascal Droz, entre les déclics et les ouvertures de Stan, ne cessait de nous bassiner en nous assurant qu'il avait le match à sa portée et qu’il jouait mieux que Dracula.

J’avais d’ailleurs déjà évoqué mes inquiétudes à ce sujet dans un papier précédent, en écoutant le Suisse se vanter de sa forme physique au top et de la qualité exceptionnelle de son jeu après n’avoir en fait terrassé que des seconds couteaux à part le Japonais Kei Nishikori.

Hélas, de pouvoir à exécuter, il y a une grosse marge. Du coup, plus dure fut la chute à force de prendre ses désirs fous pour des réalités. Après quatre sets d’une qualité relative, une roue de vélo au cinquième set pour le malheureux Stanimal complètement cuit. Avouez que ça la fiche mal pour celui qui avait toutes les armes pour battre le saigneur des courts à plate couture ou presque. Un journaliste n’avait d’ailleurs pas hésité à relever un peu sottement: Wawrinka est en mode tueur depuis sa victoire en Coupe Davis. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’en l’occurrence, il était loin du tireur d’élite… 

14:34 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

En revanche vous tirez très bien et ce avec un plaisir évident !

Écrit par : Marie | 30/01/2015

A la fin du 4e set, on a eu "peur" :0)


"Un second couteau" japonais qui a quand même battu le Serbe à l'US OPEN !


Une superbe finale entre Murray et Djokovic à venir, ça promet du grand spectacle.

Écrit par : SuperDjoko | 30/01/2015

Ce match permettra à Stan de vérifier à quel point tout se passe dans la tête.
Comme il ne se prive pas de le rappeler lorsqu'il fait son geste dorénavant natif et indissociable du bonhomme lorsqu'il pointe son doigt sur sa tempe.
Stan n'est pas un virtuose mais il est ancré dans le sol. Il peut effectivement tous les battre. S'il parvient à maitriser son mental.

Écrit par : Pierre Jenni | 30/01/2015

Les commentaires sont fermés.