Google Analytics

06/01/2015

Grand écran: Godard s'essaye à la 3D dans "Adieu au langage". Bluffant!

adieu-au-langage-real[1].jpgCinéaste culte, Jean-Luc Godard l’a encore prouvé en mai dernier sur la Croisette où, treize ans après L’éloge de l’amour il revenait en compétition avec Adieu au langage, un film de 70  minutes qui a poussé ses fans et quelques curieux avides de le découvrir, à poireauter dans une queue interminable et sous le soleil pendant plus d’une heure et demie.

Un essai sans surprise inclassable, sinon un objet cinématographique non identifié, où se succèdent dans une sorte de frénésie des scènes saugrenues, parfois brusquement coupées, et où se multiplient maximes ou citations.

Avant le Festival, Godard s'était expliqué, notamment à France Inter sur la signification de son titre Adieu au langage. "En gros, c'est un adieu à ce que les gens appellent le langage qui ne l'est pas. On pourrait dire aujourd'hui de la conversation, du talk show, du dialogue personnel entre les gens. Le langage vient de plus loin, c'est une alliance entre la parole et l'image que l'enfant qui naît connaît un bref moment car il est à la fois ébloui et il crie. Puis vient la communication, qui n'a aucun rapport sérieux avec le langage…"

Oui mais encore... On croit alors être aidé par le dossier de presse où on peut lire que le propos est simple. Une femme mariée et un homme libre se rencontrent ils s'aiment se disputent, les coups pleuvent un chien erre entre ville et campagne les saisons passent l'homme et la femme se retrouvent…

adieu-au-langage-51d6835081985[1].jpgLe chien se trouve entre eux. L'autre est dans l'un. L'un est dans l'autre. Et ce sont les trois personnes. L'ancien mari fait tout exploser. Un deuxième film commence. Le même que le premier. Et pourtant pas. De l'espèce humaine on passe à la métaphore. Ca finira par des aboiements. Et des cris de bébé...

A nouveau, on n’est pas beaucoup plus avancé. Pour autant que cela soit nécessaire. A l'écran, on voit un couple nu philosopher, un bateau sillonner le "lac de Genève" (pour agacer les Vaudois et autres riverains?), des extraits de vieux films hollywoodiens en noir et blanc.

Sans oublier la fréquente apparition d’un chien qui fait admirablement le chien en battant de la queue et dont le museau sort littéralement de l’écran. C'est Roxy, le toutou du maestro, qui vous aime plus qu'il ne s'aime lui-même et nous regarde de ses yeux noisette. Lui ne communique pas, il communie.

Tout et n'importe quoi. Ou pas...

Tandis que s'inscrivent en alternance les chapitres 1 et 2 soit la nature et la métaphore, les aphorismes foisonnent en voix off. "Ceux qui manquent d'imagination se réfugient dans la réalité". "Bientôt on aura besoin d'un interprète pour comprendre les mots qui sortent de votre propre bouche". "Une femme ne peut pas faire de mal, elle peut gêner, elle peut tuer, c'est tout". "La société est-elle prête à accepter le meurtre pour limiter le chômage?"  "La pensée retrouve sa force dans le caca".


Tout et n'importe quoi en somme. Ou pas... Le mieux est encore de regarder. Et là, on en a plein les yeux. On est  scotché au fauteuil par l'utilisation étonnante et géniale que le réalisateur fait de la 3D. Dans son entretien Jean-Luc Godard expliquait que la 3 D est juste quelque chose qui vous fait croire que vous pouvez voir une surface plate en relief. Mais quelle vision stupéfiante!

Film à l‘affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 7 janvier.

 

20:00 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.