Google Analytics

31/12/2014

Grand écran: cru cinéma 2014, mes tops et mes flops

52234.player[1].jpg2014 est un millésime plutôt flatteur pour le septième art, qui a livré de très beaux films. Mais également de redoutables navets. Avec en tête de calamiteuses comédies américaines et françaises. Voici mes films préférés et ceux que j’ai détestés. Dans les deux cas, la liste n’est évidemment pas exhaustive.

Mon top ten

Pas son genre, de Lucas Belvaux, avec Emiiie Dequenne et Loïc Corbery
 
Une irrésistible romance sur fond de fossé socio-culturel. L’éclat de ce petit bijou est rehaussé par  la remarquable prestation d’Emilie Dequenne dans le rôle d’une ravissante coiffeuse de province prête à tomber amoureuse et de Loïc Corbery dans celui d’un intello bobo parisien inapte au bonheur. 

Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, avec Ibrahim Ahmed, Toulou Kikiplus

Le réalisateur mauritanien raconte le quotidien infernal de Tombouctou tombé aux mains des djihadistes et de ses habitants soumis aux lois des extrémistes religieux. Tout manquement aux interdictions signifie mort ou torture .au terme de simulacres de procès. Un film coup de poing sans manichéisme ni pathos , dénonçant les atteintes aux libertés et aux droits de l’homme. ,

Mommy de Xavier Dolan, avec Antoine-Olivier Pilon, Anne Dorval

Passion et humour vache, pour ce film où  le cinéaste prodige nous plonge  dans une relation  houleuse entre Steve et sa mère Diane. Adolescent hyperactif, il souffre de graves troubles psychiatriques. Il devient ingérable au point que l’établissement où il est scolarisé refuse de le garder. Diane refuse de le voir à nouveau interné et décide de l’élever seule en dépit du danger qu’il représente. Pour  lui et pour elle. 

Whiplash de Damien Chazelle avec Miles Teller, J.K. Simmons

Whiplash-2[1].jpgL’auteur propose un duel implacable, total entre un disciple acharné à dépasser ses limites pour devenir une star dans son domaine, et son mentor tyrannique, gourou admiré, redouté, détesté et déterminé à pousser celui qu’il sent comme un futur virtuose dans ses derniers retranchements. Quitte pour l'élève et le maître avides de gloire, à se perdre dans ce combat d’une rare et folle intensité  Un récit autobiographique pour un choc cinématographique

Twelve Years A Slave de Steve McQueen, avec Chiwetel Ejiofor, Michel Fassbender

Le film raconte le destin tragique d’un jeune afro-américain né libre  à New York. Enlevé, il est vendu comme esclave au cruel propriétaire d’une plantattiion en Louisiane et réduit à travailler dans les champs pendant douze ans. S’ensuitun incessant combat pour ecnquérir sa liberté. Un opus ample,intense etuissant sur la résistance à l’injustice et à la torture.

Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée, avec Matthew McConaughey, Jared Leto

La vie de Ron Woodroof cowboy macho, alcolo et drogué bascule lorsqu’il apprend qu’il a le sida et un mois à vivre. Mais il  durera encore  sept ans, recourant à des médicaments alternatifs et se lançant dans la contrebande de ceux-ci. Une histoire vraie mettant en parallèle la prise de conscience de l’Amérique face au sida et le parcours d’un homme faisant certes du business, mais contribuant à l'avancée de la cause et à sauver des vies.


Saint Laurent de Bertrand Bonello avec Gasard Ulliel et Jérémie Renier

la-production-de-saint-laurent-de-bertrand-bonello-repoussee,M108198[1].jpgTout en racontant l’histoire d’amour entre YSL et Pierre Bergé, son compagnon pendant plus de cinquante ans, l’auteur s’est plus particulièrement penché, avec la complicité de Gaspard Ulliel et de Jérémie Renier, sur la période 1965-1976. La décennie la plus riche en terme de mode et de vie du héros de l’histoire, en proie à ses démons.


Une nouvelle amie de François Ozon, avec Romain Duris, Anais Demoustier

Romain Duris se sent femme dans ce film entre mélo et comédie, questionnant avec humour, ironie et finesse le genre, la différence, la tolérance. Il joue sur les apparences tout en surfant sur le sujet du mariage pour tous.

Magic in Moonlight de Woody Allen, avec Colin Firth, Emma Stone

Un magicien du cinéma raconte l’histoire d’un autre magicien qui ne supporte pas les spirites. Baignant dans les années 20, Woody Allen livre une comédie romantique, pimentée de fantaisie, de malice, d’humour. Sans oublier une touche de surnaturel

Gone Girl, de David Fincher, avec Ben Affleck, Rosamund Pikeplus

A l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle s’effrite. Les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à penser qu’il a tué sa femme. Un thriller haletant où le cinéaste n’épargne rien ni personne.

Mon flop ten 

Welcome To New York d’Abel Ferrara, avec Gérard Depardieu, Jacqueline Bisset

7771240803_gerard-depardieu-et-jacqueline-bisset-dans-welcome-to-new-york-d-abel-ferrara[1].jpgUn long-métrage inspiré de l’affaire DSK, grotesque, douteux et d’une rare indigence, où un Gégé obèse et pathétique donne la réplique à la classieuse Jacqueline Bisset.

Sex Tape de Jake Kasdan, avec Cameron Diaz, Jason Segel

La vidéo d’un couple filmant ses ébats amoureux risque de se retrouver sur YouPorn. Une comédie se voulant grivoise sinon X, mais se révèlant  d’une consternante vulgarité et d’un rare ennui,

Triple Alliance de Nick Cassavetes, avec Cameron Daz, Leslie Mann

Un calamiteux navet surfant sur une prétendue et minable guerre des sexes, où le girl power, est censé l’emporter. Tout se joue en-dessous de la ceinture, entre le pas drôle, les gags vulgaires,  l'humour scato, humain ou canin, saupoudré de vomi. Du sale en pagaille à déguster!

Horrible Bosses 2 de Sean Anders, avec Jason Batman, Jason Sudeikis

Nick, Dale et Kurt décident de monter leur entreprise pour ne plus avoir de patrons et mettent au point un plan  foireux avec rapt et rançon exigée à la clé. Cette deuxième mouture est encore pire que la première.

Les trois frères, le retour de Didier Bourdon, avec Bernard Campan, Pascal Legitimus

19 ans après, les trois humoristes effectuent un come-back cauchemardesque. Figés dans une nostalgie vulgaire et ringarde, ils llvrent une succession de gags plus pesants qu’un troupeau de mammouths.

Fiston de Pascal Bourdiaux, avec Kev Adams, Frank Dubosc

Le film aligne sans surprise  les clichés, les grosses ficelles, les maladresses et les situations téléphonées, sur fond de conflit de génération. Frank Dubosc y apparaît plus beauf que jamais,

Les recettes du bonheur de Lasse Hallström, avec Helen Mirren

Lutte entre un resto indien et un représentant de la haute gastronomie française Pour une fable d’une indicible fadeur, sous prétexte de tolérance et de diversité culturelle. On a mal pour Helen Mirren censée incarner le sommet de la restauration hexagonale.

Grace de Monaco d’Olivier Dahan, avec Nicole Kidman, Tim Roth

sipa_rex40276950_000001-(1)[1].jpgRidicule opus frisant l’outrance, en évoquant  la période particulière où Grace Kelly a dû choisir entre rentrer à Hollywood pour tourner Marnie sous la direction d’Alfred Hitchcock et rester Altesse Sérénissime sur le Rocher. Tandis que le général de Gaulle menace d’annexer Monaco

Lucy de Luc Besson avec Scarlett Johansson

Une intrigue aux hypothèses fantaisistes, où se mêlent pseudo-métaphysique, philosophie de bazar et  féminisme saugrenu. Avec effets spéciaux,  laborieuses scènes d’action et interminables fusillades. En questionnant  le pouvoir de nos neurones, Luc Besson néglige de se servir des siens.

The Search de Michel Hazanavicius, avec Bérénice Béjo, Annette Benning

Oscarisé pour The Artist, le réalisateur s’est lancé dans un film de guerre dont l’action se situe pendant la seconde guerre de Tchétchénie, en 1999. N’ayant pas les moyens de son ambitieux projet, il nous fourgue un interminable drame tire-larmes dégoulinant de bons sentiments.

18:51 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

5 films sur 10 sont également dans mon top ten ! De plus, "Pas son genre", "Dallas Buyers Club" et "12 years a slave" seraient dans mon top 15! Pas mal comme avis partagés! Je ne vous suis donc juste pas sur "Saint-Laurent" et "Magic in the moonlight" que j'ai vus, mais qui ne m'ont pas franchement marqué.

Quant à votre "flop ten", il doit être très juste, puisque je n'ai vu aucun de ces films! Au plaisir de continuer à lire vos critiques en 2015!

Écrit par : didier bonny | 01/01/2015

Les commentaires sont fermés.