Google Analytics

23/12/2014

Grand écran: "Whiplash", un récit autobiograhique pour un choc cinématographique

Whiplash-2[1].jpgTout a commencé par un court-métrage déjà intitulé Whiplash. Et puis Damien Chazelle, réalisateur franco-américain passionné par la musique, auteur en 2009 du confidentiel Guy And Madeline On A Park Bench, s’est lancé dans la version longue d'une relation conflictuelle à l’extrême, entre un batteur de jazz et son professeur. Un remarquable récit autobiographique pour un choc cinématographique.

Chazelle propose un duel implacable. Un affrontement total entre un disciple suant sang et eau (ce n’est pas une image), acharné à dépasser ses limites pour devenir une star dans son domaine, et son mentor tyrannique, gourou admiré, redouté, détesté et déterminé à pousser celui qu’il sent comme un futur virtuose dans ses derniers retranchements. Quitte pour l'élève et le maître avides de gloire, à se perdre dans ce combat d’une rare et folle intensité  

Il fallait de sacrés comédiens pour relever un tel défi et maintenir d’un bout à l’autre sous haute tension, sans faiblir, ce petit bijou à l’étonnante puissance dramatique et au rythme d’enfer. Rendant hommage à la musique au cinéma, il vous prend aux tripes comme un formidable solo de batterie.

Damien Chazelle a trouvé son bonheur et le nôtre en engageant J.K Simmons pour jouer le méchant et draconien enseignant tandis que Miles Teller incarne l’étudiant dans sa recherche obsessionnelle de la perfection. Tous les deux (photo) sont simplement bluffants, évitant avec brio, intelligence et finesse le piège de la caricature. A commencer par Simmons, qui n'hésite pas à surfer sur le second degré.  

On a comparé le rôle de Miles Teller à celui de la ballerine en quête d’absolu, interprétée par Natalie Portman dans Black Swan. En ce qui concerne J.K. Simmons, on pense à la première partie de Full Metal Jacket de Stanley Kubrick, où le terrifiant harcèlement du redoutable sergent Hartman contre le malheureux marine qu’il a surnomme Baleine, conduit à la tragédie. Les choses ne se terminent pas aussi tragiquement ici, mais dans l’esprit, on n’en est pas loin. Et ce drame qui menace, amplifiant le malaise, rend Whiplash encore plus fascinant.

Film à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 24 décembre.

17:50 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

La façon dont vous parler de cet événement esthétique donne vraiment envie de le regarder

Écrit par : equi | 25/12/2014

Les commentaires sont fermés.