Google Analytics

25/11/2014

Coupe Davis: le Saladier d'argent aux Suisses, c'est la moindre des choses!

5157145[1].jpgUn retour sur cet exploit, en partie facilité par des Français obnubilés, obsédés, hantés depuis septembre dernier par l'idée de décrocher le Graal du Graal, s'impose.  

Tandis que les Fedrinka s’en allaient disputer quelques tournois majeurs pour se maintenir à flot, les Bleus repliés au camp de base se contentaient de nourrir des rêves orgasmiques de dixième Coupe, notamment illustrés par cette affiche ridicule (photo ci-dessous) où les mousquetaires et leur entraineur posent la gueule grande ouverte. Un rugissement guerrier complété par ce titre sans ambiguïté: l’ultime combat.

Autant dire que pour nos chers voisins, c’était quasiment fait. Sondages à l’appui, tout était prétexte à servir du petit suisse à chaque repas, chacun y allant de son analyse pointue pour mieux le boulotter. Et puis dimanche dernier, voilà que tombait l’info qui décoiffe, justifiant pleinement ces actes de foi: Federer était contraint de déclarer forfait en finale des Masters de Londres pour cause de dos en capilotade.

Entre sanglots déchirants et larmes de crocodile

Tandis que cela sanglotait dans les chaumières helvétiques face à ce tragique coup du sort, la nation traumatisée n’ayant plus que la prière pour implorer le Dieu du tennis d’épargner la meilleure de ses brebis, les Tricolores se lamentaient en versant des larmes de crocodile. Déclarant urbi et orbi que sans le king ce ne serait pas pareil, sans pourtant cacher que dans le fond une victoire est une victoire. Et qu’on oublierait vite son échine douloureuse dans les statistiques.

e5713286b42884f19bf02d086f542[1].jpgIl n’y eut d’ailleurs pas besoin d’attendre longtemps, si on se réfère aux commentaires déments qui suivirent le succès de Monfils sur la légende diminuée en deuxième partie de programme le premier jour.

La Monf’ en feu a atomisé, pulvérisé, émietté, terrassé assommé, dévasté, brûlé le mythe, pouvait-on lire un peu partout. Bien sûr on concédait ici et là qu'il n'était pas entièrement remis à neuf, mais bon, quoi. Le mérite de cette démolition en règle n’en revenait pas moins au stratosphérique Gaël.

Tsonga ayant auparavant pathétiquement plié devant Stan plus animal que jamais au cours de la rencontre précédente, Monfils ce héros remettait donc les coucous suisses à l’heure frenchie. Car vu la déculottée du phénix, les Hexagonaux ne l’imaginaient pas se rhabiller illico presto (moi non plus je l'avoue), se pensant dès lors avec le double en poche. Et mieux évidemment ensuite si entente…

Toujours experts varient

Mais funérailles, les choses basculaient soudain avec le résultat final que l’on sait, ce premier triomphe mondial helvétique devenant brutalement d’une évidence aveuglante pour tous ceux qui la veille pariaient carrément sur l’inverse. Souvent, sinon toujours, experts varient... Et c’est ainsi qu’on assistait à un retournement spectaculaire avec cette phrase: pourquoi gagner était mission impossible pour la France.

Certains spécialistes mettant subrepticement en doute le fait que Federer en ait eu «plein le dos» en le relevant avec amertume, la plupart s’acharnait à nous expliquer l’implacable logique de l’affaire. La marche était trop haute pour leurs poulains végétant au-delà du top 10, face aux numéros 2 et 4 mondiaux. Une sacrée découverte quand même au bout d’une soixantaine d’heures…

Côté helvétique, inutile de revenir sur la déferlante, le typhon, le tsunami de louanges. Une euphorie à la hauteur de l'exploit, me rétorquerez-vous. Certes. Sauf qu'il serait bien de relativiser dorénavant. Car si l'événement fut extraordinaire pour Stan The Man, las de porter sa croix depuis dix ans pour des prunes, trop s'ébaubir risque de devenir un poil offensant pour le maestro. Voir le meilleur joueur non seulement du monde mais de l'histoire du tennis contribuer enfin à la conquête du fameux Saladier d'argent, c'est franchement la moindre des choses

 

 

 

 

 


 

14:13 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Roger qui était bien mal en point vendredi et dimanche, face à Gasquet "le second couteau", on retrouver un Roger au sommet de sa forme.
Bizarre bizarre...

L'or olympique, en simple, il l'aura pas !

"La gueule grande ouverte", Roger et Stan connaissent bien aussi :0)
Pourtant, "Les Guignols", les sondages français... ne les voyaient pas gagner. Les cotes étaient aussi en faveur des numéros 2 et 4 mondiaux.

Et ils sont tous contents, admiratifs du succès de RF. On aurait voulu un 5e match décisif.

De toute manière, c'était la peste et le choléra !

Écrit par : SuperDjoko | 25/11/2014

Une fois de plus les oiseaux de mauvaises augures ont crevé la bouche ouverte. Ces abrutis, habitués à Canapé Magazine ou à l'hebdomadaire Heinecken, qui ne connaissent le sport que par procuration, en ont eu pour leur grade. Depuis deux ans, ces mêmes ignares nous bassinent avec la chute de Federer. Mais quelle poisse, il est toujours dans le top, c'est ennuyeux ça !
Ca me rappelle quelque chose....! Attendez voir ! Ah oui, les mêmes qui criaient haut et fort que Didier Cuche aurait dû arrêter le ski après sa blessure au début des années 2000 ! Etonnant non !
Quant au teckel de service, qui bave sans ouvrir les yeux, il confirme ce que je viens de dire. Y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ! C'est une victoire d'équipe et non pas de RF. Coup de chapeau à Stan et à Severin particulièrement.
Le pire dans cette histoire, c'est les médias français qui cherchent désespérément un coupable à la défaite des bleus. Tout de suite, c'est la débacle, la cata, la crise. Il faut faire le ménage....! Heureusement que le ministre des sports a remis les coucous à l'heure en insistant sur une équipe qui est encore en construction et qui s'est trouvé face à meilleure qu'elle. Mais bon, ça c'est une autre histoire...!

Écrit par : Gérard Menjouet | 27/11/2014

Les commentaires sont fermés.