Google Analytics

14/09/2014

Les Suisses en finale de la Coupe Davis: de gros soucis à se faire contre la France!

4134327_fab553-115111-01-02_640x280[1].jpgPas de stress dans la cabine et devant le poste glosaient  Pierre-Alain Dupuis et son consultant Marc Rosset hilares, voyant Federer atomiser vite fait Fognini et donc qualifier la Suisse pour la finale.

En effet que de dithyrambes à l’égard du maestro avant le match, nos experts exaltant l’incommensurable talent du Suisse, doté d’une flopée d’options tactiques et critiquant sinon moquant les faiblesses immenses de l’Italien, incapable à leurs yeux ne serait-ce que d’éventuellement tenter d’ébranler un tant soit peu le monument.

Le Transalpin n’a pourtant pas été aussi mauvais qu’ils l’ont prétendu. Certes il a plutôt mal tricoté les deux premières manches, à la plus grande joie de nos deux comiques, lui souhaitant hypocritement le contraire. Et qui furent forcés de retourner pitoyablement leur veste lors de la troisième.

Car Fognini resserrant les mailles contre toute attente, se mettait à surclasser le maître, livrant jeu blanc sur jeu blanc tandis que la légende, peinant à plusieurs reprises jusqu’à égalité puis avantage pour son adversaire, finissait par concéder un t-break relativement dangereux. 

Du coup nos comiques, rabattant leur caquet, se mettaient  trembler, invoquant à l’envi la grosse fatigue de la tournée américaine, le décalage horaire, et la tension mentale de notre gloire nationale. C’est quand même une demi-finale de Coupe Davis! relevaient-ils avec angoisse. Toutes choses qui évidemment n’avaient même pas été mentionnées à l’entame de la partie.

D'accord, le phénix s'est ressaisi in extremis. Et seule la victoire est jolie. Il n'empêche. Au vu du nouvel échec mortifiant en double et de ce match au dernier set des plus laborieux bien qu’on parle en substance de récital du phénix, une chose est sûre: on a de gros soucis à se faire pour la finale contre les Français, fin novembre à Lille.

Surtout après la claque retentissante infligée par Tsonga et Gasquet aux Tchèques qui, comptant quand même Berdych dans leurs rangs, ont été terrassés en trois petites rencontres. Or quand on pense que nos chers voisins ont encore Monfils, Simon et Benneteau à disposition, Il est fort douteux qu’ils s’offrent en victimes expiatoires.

D’autant que Rodgeur va leur faciliter la tâche en ratant, comme il en a dorénavant pris la fâcheuse habitude, la majorité de ses balles de break. Pour autant qu’il en obtienne. Si cela n’a finalement pas porté à conséquence contre Bolleli et Fognini, ce sera rédhibitoire contre les Bleus. 

Le mythe helvétique a certes affirmé qu’il n’allait pas jouer une finale pour la perdre et Rosset estime les chances des combattants à 50/50. Voilà qui me paraît extrêmement optimiste. Pour ne pas dire complètement irréaliste face à des Tricolores non seulement hyper fans de l’épreuve mais qui l’ont gagnée un certain nombre de fois…

16:04 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Les prophéties d'Edmée. Vous dites l'avenir pour les pékins aussi? Ca m'intéresse, sérieusement.

Écrit par : Déblogueur | 14/09/2014

Comment se fait-il que la finale se joue en France ?
Pas sur terrain neutre à ce niveau là ?

Écrit par : bidouille | 14/09/2014

Quel cirque et quelles singeries à l'interview avec l'incompétente Viola !

Dupuis complètement à la masse !

Pauvre Roger, traits tirés l'air fatigué, le papy, triste à voir !

On se demande pourquoi on prend 4 ou 5 joueurs pour n'en faire jouer que 2 ou 3.
Et dire que Federer ne s'est pas déplacé en Serbie. Il devrait être interdit de jouer ce week-end.

Écrit par : SuperDjoko | 14/09/2014

C'est un réel plaisir de lire vos billets acidulés...

Écrit par : JMC | 14/09/2014

Allez entraîner, coacher et jouer !

Écrit par : Marie | 14/09/2014

Ce sera un plaisir d'éliminer la Suisse en France!

Écrit par : ckoidonc | 15/09/2014

Au-delà de la provoc habituelle, rappelons que si la finale a lieu en France, c'est le règlement de la compétition puisque les français sont venus en Suisse la dernière fois. Deuxième rappel, même si un pays compte 7 ou 8 joueurs de niveau, seuls 4 joueurs participent aux matches du week-end de Coupe Davis. Enfin - et c'est le plus heureux - l'incertitude du sport reste l'élément majeur de ce type de compétition ! Demandez-le aux français qui ont perdu les 3 finales jouées chez eux (et sur terre battue qui était prévue pour 'gêner' l'adversaire) alors qu'ils étaient les favoris.
De toute façon un beau week-end en perspective dont le tennis sortira vainqueur.

Écrit par : uranus2011 | 16/09/2014

Les commentaires sont fermés.