Google Analytics

Toronto: Tsonga s'offre Federer en finale et fait délirer l'Hexagone

Imprimer

images[5].jpgToute la semaine, les fans de Federer se sont demandé si la Rogers Cup serait la sienne. Mais funérailles, ce fut finalement celle de Tsonga. Et comme vous pouvez bien l’imaginer, c’est parti pour la dithyrambe.

On n’a d'ailleurs pas fini d’en parler dans l’Hexagone, qui n’en revient pas de l’excellence de son nouveau champion, remonté du coup à la 10e place du classement.

Magistral, énorme, stratosphérique, galactique. Pour les spécialistes de la raquette, le Manceau qui n’avait jusqu’ici remporté qu’un seul Masters 1000,  à Bercy en… 2008, n’est pas loin de passer pour le meilleur joueur du monde suite à cet exploit extraordinaire. Ne prétendent-ils pas qu’il a en réalité gagné plus d’un trophée au terme de sa fabuleuse semaine.  

D’accord ses compatriotes ont de quoi se taper sur le ventre. Non seulement premier Français à s’imposer au Canada, JoWi s’est payé à la suite le scalp de quatre top 10. Commençant par celui de Djokovic, les doigts dans le nez de surcroît, poursuivant avec celui de Murray, un chouïa plus difficile à maîtriser  la belette écossaise, puis de Dimitrov à nouveau en trois coups de cuillère à pot, le bombardier de service parachevait le travail en finale, terrassant en deux sets un Federer en petite forme, vacillant sur ses gambettes.  

Rageant quand même pour le maestro qui, après avoir vu un 18e Grand Chelem s'envoler in extremis face au vampire serbe à Wimbledon, a également été privé de son 80e titre avec cette nouvelle défaite. Il en reste pour l’instant à deux victoires dans d’insignifiants tournois de campagne comme Dubaï et Halle, alors qu’il s’est hissé en finale sept fois cette saison. 

Le Mohamed Ali des courts, qui avait dû déclarer forfait l’an dernier pour les deux Masters nord-américains, pourrait à nouveau péter le feu à Cincinnati, où il devrait logiquement retrouver Dracula en quarts de finale. En revanche je cultive les plus grands doutes en ce qui concerne le parcours de la légende. Ne se montrant pas franchement souveraine à Toronto, elle est arrivée par les poils en finale.

Et contrairement au Tricolore, Rodgeur est obligé de récidiver la semaine prochaine, s’il ne veut pas perdre de précieux points. Il était en effet parvenu à ce stade l’an passé, avant de se faire éliminer par Nadal. Bref, je vais déjà me faire des cheveux lors de la première rencontre, où le Bâlois risque d’affronter le redoutable Canadien Pospisil. Et je ne vous raconte pas une suite éventuelle pleine de pièges tendus par les Monfils, Murray ou autres Raonic!

Lien permanent Catégories : Les pieds dans le plat 2 commentaires

Commentaires

  • Le jeune coq gaulois a plumé le vieux coq Suisse! Je lis dans les pensées des anti français "les poules mouillées" dont le cloaque est perturbé jusqu'à la petite queue de cheval..

    Bon, la vie continue en Suisse; chez nous en France, cette victoire laisse de marbre nous sommes en vacance sous la pluie et l'actualité dépressive.

    Condoléances....

  • On savait bien après ses matches calamiteux contre le beau grand Marin et la mobylette David que le papy perdrait tôt ou tard.
    Ce fut tard par un bras cassé bodybuildingué :0)
    Cap sur les USA pour les amoureux de la petite balle jaune...

Les commentaires sont fermés.