Google Analytics

27/07/2014

Tour de France: ces forçats de la route doublés de smicards!

imagesCANDO4PX.jpgHeureusement qu’il n’y a pas que des médias français dans le monde… Juste pour vous rappeler que si deux Bleus squattent le podium, le roi de cette 101e Grande Boucle, c’est bien un Italien, le fameux Nibali, alias le requin de Sicile.

Je le signale surtout aux béotiens de la pédale légitimés à en douter en jetant un œil distrait sur les journaux télévisés de nos chers voisins ivres de bonheur.

Comme relevait Marie Drucker sur France 2, ce fabuleux exploit hexagonal après trente ans de disette a presque éclipsé la victoire du brave Vincenzo. Vu le fol enthousiasme déclenché par ce duo d’enfer, elle pouvait oublier le presque.

Or quand je pense que le Transalpin, au départ un outsider, précède ses dauphins de plus de sept minutes sinon huit, c‘est fort de café. Certes la belle lui a permis de dire quelques mots à la fin du JT, mais l’important c’était de lui demander ce qu’il pensait du parcours des deux Français. Du coup, il a été forcé de raconter qu’il s’agissait de très grands champions, donc de dangereux rivaux. 

Sauf si on en croit les mauvais esprits (évidemment pas tricolores) qui n’ont pas arrêté de prétendre que si notre Jaws de Messine a gagné les doigts dans le nez, c’est qu’il n’avait pas vraiment de concurrence digne de ce  nom. Relativisant du coup le «formidable» doublé.  

A part ça, je trouve qu’ils ont un sacré courage ces cyclistes. Surtout les malheureux besogneux pas terriblement doués. Pas étonnant qu’on les appelle les forçats de la route. Des forçats doublés de smicards de surcroît. Non seulement ils se démènent comme des fous, mais en plus carrément pour des prunes, étant donné les clopinettes que touche la grande majorité d’entre eux.     

Même si bien sûr il est logique que le talent se paie. Et c'est le cas. Comme toujours, le meilleur rafle la mise. Les 198 coureurs se répartissant (qu’en termes élégants cette chose-là est dite…) quelque deux millions d’euros de primes, Nibali en empoche  450.000. Sans compter une pluie de petits et gros bonus, ce qui porte ses gains à 500.000 francs et quelque. 

Les deuxième et troisième du classement ne sont pas trop mal lotis. C’est après que cela commence à se gâter. Et sérieusement à partir du dixième qui, sauf s’il a la chance insigne de remporter une étape, ne grimpe ou ne sprinte éventuellement pas trop mal, ne reçoit ainsi que... 3800 euros. Je vous laisse imaginer ce que ramassent les suivants. Sans parler des derniers! Pour trois semaines d’efforts surhumains, on se pince un chouïa.

Cela posé, si je considère indécentes les aumônes faites aux pauvres du Tour, le «pactole» de Nibali n’est que de la roupie de sansonnet comparé aux sommes astronomiques remportées par les vainqueurs des Grands Chelems, qui tournent autour de 2,5 millions de dollars. Les stars de la raquette livrant sept matches dont un tous les deux jours. Et cela quatre fois par an. Cherchez l’erreur…

22:24 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Un peu de recherches complémentaires avant de partager des contres-vérités ?

Les cyclistes professionnels sont salariés et leur revenus proviennent majoritairement de ça. Certains ont des contrats d'image extérieur en plus...

http://www.lejdd.fr/Sport/Cyclisme/Actualite/les-salaires-des-coureurs-du-Tour-de-France-355759

Écrit par : françois | 28/07/2014

Je ne voudrais pas être réducteur pour les cyclistes mais il y a quand même une grande différence entre la concentration et le talent qu’il faut pour gagner un tournoi (et même un match) dans un grand chelem au Tennis et pédaler pendant plus de 4 heures par jour sur les routes de France.

Physiquement le vélo est sûrement beaucoup plus violent mais en terme d’intelligence, de tactique, de ressources morales, de pression psychologique, etc. c’est de loin le tennis (et même beaucoup d’autres sports) qui l’emporte sur le vélo.

Le public ne s’y trompe d’ailleurs pas et si les droits de TV sont beaucoup plus importants pour le tennis, il est alors tout à fait logique que les tennismen soient mieux rémunérés. Non ??

Écrit par : Vincent | 28/07/2014

Smicards... Ca à l'air vrai mais en fait c'est un peu faux ! Car il ne faut pas oublier que ces forçats de la route sont engagés et payés par des équipes qui les rétribuent, certes en fonction de leurs mérites, tout au long de l'année. En effet, est-il encore utile de le rappeler, tout comme le football par exemple, le cyclisme sur route est avant tout un sport d'équipe. En fait, les primes engrangées par le leader de l'équipe lors d'un grand tour sont réparties entre tous ceux qui ont mis la main à la pâte tout au long de l'épreuve en sacrifiant leurs propres chances pour leur champion.
Quant aux cocoricos de nos gentils voisins, c'est enfoncer des portes ouvertes que de s'offusquer de ce comportement. C'est devenu tellement ridicule que c'est presque amusant. Au pays de la légion d'honneur, des multiples décorations et de la pléthore des commémorations plus ou moins guerrières ou victorieuses qui truffent le calendrier on a plutôt facilement le verbe patriotique et le ton emphatique.

Écrit par : Yoland Grosjean | 28/07/2014

merci bocoult

Écrit par : Comprar Viagra en farmacia | 28/07/2014

Dommage, l'article partait bien mais une succession d'inexactitudes plombe l'ensemble.

Comme indiqué par d'autres lecteurs, les coureurs cyclistes sont payés par leurs équipes à l'année et Nibali va partager son gain de EUR 450'000 avec les membres de son équipe.
Ceci dit, il est vrai que le cyclisme permet rarement d'assurer ses vieux jours financièrement.

Toutefois, la comparaison avec le tennis ne fait pas de sens. Tous les joueurs au-delà de la 100eme place mondiale galèrent et font figure de "forçats" du circuit.

Finalement, c'est le cas dans tous les sports, même au football.

A mon sens, la vraie base de comparaison entre sports consiste à analyser les gains des meilleurs dans chaque discipline.
C'est là où l'on voit que le cyclisme génère moins de droits TV que le football, le tennis ou le golf.
Moins de recette de billeterie (le Tour est gratuit pour les spectateurs!) et moins de sponsors, donc les meilleurs gagnent moins que dans d'autres sports.

Écrit par : Jean Daniel Champandal | 28/07/2014

Excellente écrite, je vous remercie!

Écrit par : acheter viagra | 09/04/2015

Les commentaires sont fermés.