Google Analytics

26/05/2014

Roland Garros: grosse humiliation pour Wawrinka, l'outsider de choc!

67f55f5597f786a5dea0d7cd4caecb6c-1399439850[1].jpgCoup de tonnerre à Roland Garros avec la défaite pitoyable de Wawrinka dès son entrée dans le tournoi, alors que l’outsider de choc jouait les foudres de guerre. Affichant sans complexe ses ambitions dans tous les médias de la planète. Je suis capable de gagner Roland Garros. Je tiens la grande  forme, mon jeu est en place. La prétention du monsieur, je ne vous raconte pas.

Et les journalistes de surenchérir en chœur, continuant à couvrir le Vaudois de fleurs comme ils ne cessent de le faire depuis son huitième de finale galactique (mais perdu) contre Djokovic en Australie en 2013. Sans évidemment parler de sa victoire extraordinaire contre Nadal en janvier dernier. 

Certes, il avait hérité de l’adversaire le plus difficile comparé à ceux que devaient affronter les trois autres favoris du top. En l’occurrence Guillermo Garcia Lopez. Un garçon solide, mais pas de taille à poser de sérieux problèmes au valeureux Stan The Man, de loin plus puissant, costaud et doué. Au contraire, c’était plutôt une bonne chose pour le mettre immédiatement dans le bain.

L’intéressé lui-même n’hésitait pas à traiter l'Espagnol par-dessus la jambe. Oui, oui, je le connais bien. Je l’ai déjà battu. II a un jeu qui me convient. En d’autres termes, je me réjouis de lui flanquer la  pâtée. A croire qu'il affrontait Cyril Hanouna, la calamité du talk show! Résultat, une sacrée humiliation pour notre matamore. Du coup, les commentateurs s’arrachaient les cheveux toutes télés confondues, ne comprenant pas ce qui se passait sur le court où le malheureux Suisse errait misérablement, telle une âme en peine.

Or non seulement les experts du tamis ne doivent pas avoir vu évoluer récemment l’Ibère, qui s’est montré dangereux plus souvent qu’à son tour. Mais après les prestations catastrophiques de Wawrinka à Madrid et à Rome, nos connaisseurs auraient pu imaginer, sinon carrément se douter que les choses n’allaient pas franchement se passer de la meilleure des manières à Paris pour la nouvelle orchidée helvétique.

Mais le plus folklorique, c’était quand même le grand Marc Rosset qui, entre autres sottises du genre «si Stan remporte le second set, ce sera beaucoup plus difficile pour Garcia Lopez...", nous serinait que son idole faisait tout juste. Vraiment à se demander ce qui lui serait arrivé s’il avait fait tout faux!

22:50 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Ha ha ha et maintenant au tour du papy qui s'ennuie de ses deux FAUX jumeaux :0)

Écrit par : SuperDjoko | 26/05/2014

C'est toujours très drôle de vous lire.... Lorsqu'il s'agit de Nadal ou Novak, on parle d’accident de parcours, de blessures ou que sais-je ! Par contre lorsqu'il s'agit des Suisses, là, c'est humiliation, lamentation ou nul à ch....! Ah ! Objectivité quand tu nous tient !

Écrit par : Blectre | 30/05/2014

Blectre va passer une mauvaise nuit; il pourra lire un dictionnaire et apprendre les conjugaisons :0)

Écrit par : SuperDjoko | 02/06/2014

T'es bien mal placé pour jouer les professeurs. Balaye devant ta porte et retourne dans ton bac à sable.

Écrit par : Blectre | 02/06/2014

Les commentaires sont fermés.