Google Analytics

24/05/2014

Festival de Cannes: nos favoris, filles et garçons, pour le Prix d'interprétation

Il n’y a pas que la Palme d’Or attendue avec fébrilité par les réalisateurs. Les comédiens sont aussi impatients de savoir lequel et laquelle décrocheront les Prix d’interprétation. En attendant de connaître la décision de Jane Campion et ses co-jurés, ce soir sur Canal +, voici nos favoris, filles et garçons.


images[6].jpgMarion Cotillard. La Française est bouleversante dans Deux jours, une nuit des frères Dardenne. Métamorphosée en ouvrière dépressive dans une petite usine belge, elle passe un week-end épuisant, avec l’aide de son mari, pour tenter de convaincre ses collègues de ne pas céder au chantage du patron. Prenant son courage à deux mains elle leur demande de renoncer à leur prime de 1000 euros pour lui éviter d’être licenciée.

Anne Dorval. La Québécoise est tout simplement bluffante en mère quadra bien roulée, un rien vulgos à l’allure rock, Dans Mommy, du prodige de 25 ans Xavier Dolan, dont la projection a provoqué un tsunami sur la Croisette, elle entretient une relation houleuse avec son fils, un adolescent ingérable et violent souffrant de graves troubles psychiatriques.

Juliette Binoche. Déjà sacrée en 2010 pour Copie conforme d’Abbas Kiarostami, la comédienne enfile avec talent le costume d’une actrice dans Sils Maria d'Olivier Assayas, tourné aux Grisons et proposant une réflexion sur l’âge. Femme mûre, l’alias de Binoche, Maria Enders, est acculée au suicide par une jeune fille ambitieuse au charme trouble interprétée par Chloé Grace Moretz. Kristen Stewart est également de la partie.

Hilary Swank. L’Américaine se révèle géniale dans The Homesman, le western féministe et noir signé Tommy Lee Jones et qui se déroule en 1854. Elle incarne une pionnière trentenaire à la fois frustrée et au caractère bien trempé, qui doit transporter trois malheureuses folles du Nebraska en Iowa. En quête désespérée d’un mari, Hilary Swank se voit cruellement rejetée par les hommes qui la trouvent trop autoritaire.

Juliane Moore. Autre Américaine, elle séduit dans Maps To The Star. En actrice comme Juliette Binoche mais complètement barge, elle rêve de jouer le rôle principal dans un remake qui avait fait de sa mère une vedette. Le film est réalisé par le Canadien David Cronenberg qui, poursuivant son exploration de l’être humain, de ses névroses et de ses phobies, en profite pour décrire avec férocité, cynisme et humour les dessous de l’industrie hollywoodienne.
 
n-MOMMY-DOLAN-large570[1].jpgAntoine-Olivier Pilon. Donnant la réplique à Anne Dorval dans Mommy de Xavier Dolan, il est à 16 ans la grande révélation masculine du festival. Extraordinaire dans le rôle de Steve (voir ci-dessus), il campait l’an dernier l’ado torturé de College Boy, le clip d’Indochine réalisé par le cinéaste québecois.

Steve Carrell. Très loin de ses comédies habituelles il apparaît méconnaissable avec ses cheveux grisonnants et son menton déformé. Remarquable, il incarne John Du Pont un coach sportif milliardaire excentrique,  redoutable et terrifiant dans Foxcatcher de Bennett Miller inspiré d’une histoire vraie. A ses côtés, Channing Tatum se montre lui aussi convaincant en lutteur médaillé d’or aux JO de Los Angeles en 1984, et qui retente sa chance pour ceux de Seoul.

Gaspard Ulliel. Il est formidable dans Saint Laurent de Bertrand Bonello. Certains diront mieux que Pierre Niney chez Jalil Lespert, d'autres non. Mais peu importe. Ulliel livre sa composition, décoiffante, du célèbre couturier. Evitant le mimétisme, il ne cherche pas à être Yves Saint Laurent. Il est juste et vrai dans la voix, nasale et flutée, dans la démarche, la gestuelle et la retenue. 

Timothy Spall. Dans Mr Turner de Mike Leigh, le comédien britannique se révèle excellent en peintre  presque autiste. Il se glisse avec une rare aisance dans la peau de cet artiste visionnaire complexe et tourmenté, dévoré par son art et par ses blessures. Autodidacte instinctif et rustre, il avait notamment de grosses difficultés à s’exprimer et qui, au lieu de parler, grognait.

Haluk Bilginer. Son nom ne dira sans doute rien à beaucoup, mais il est très populaire en Turquie. Dans Winter Sleep de son compatriote Nuri Bilge Ceylan, l’opus le plus long de la compétition avec ses 3h16,  le comédien joue à merveille un ancien acteur médiocre qui tient un petit hôtel en Anatolie centrale avec sa femme et sa sœur. Arrogant, sûr de son pouvoir et usant de la parrole comme d’une arme, il perd peu à peu de son orgueil et de sa superbe.
 
 

 

12:54 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.