Google Analytics

20/05/2014

Festival de Cannes: les Dardenne visent une troisième Palme d'Or et Marion Cotillard un Prix d'interprétation

dardenne[1].jpgAprès Rosetta et L’enfant, les frères Dardenne convaincront-ils le jury qu’ils méritent à nouveau d’être couverts d’or? Ce serait historique. En attendant le verdict, Deux jours, une nuit a été acclamé en projection de presse tout comme lors de la conférence qui a suivi. Il met en scène Sandra, une ouvrière aux abois qui, avec l’aide de son mari, passe un week-end à tenter de convaincre ses collègues de renoncer à leur prime de 1000 euros pour qu’elle garde son emploi.

Au départ, ils se sont prononcés contre elle sous l’influence d'un redoutable contremaître. Mais une amie de Sandra a obtenu du patron un nouveau vote, lundi matin. Alors la jeune femme les prend un à un, dans des scènes répétitives en forme de course la montre à pied, en bus ou en voiture, pour leur demander de changer d’avis. Son mari qui l’aime la pousse à essayer encore et encore. Mais au long de cet épuisant plaidoyer, Sandra, sortant d’une dépression et près de retomber, avale cachet sur cachet, doutant du succès de son entreprise…

Une brûlante envie commune de travailler ensemble

Avoir choisi Marion Cotillard semble a priori surprenant, les deux Belges n’ayant pas l’habitude de  faire appel à des stars. Mais à en croire les trois intéressés, il s’agissait d’une brûlante envie commune de travailler ensemble. Et le résultat est convaincant. Emouvante, sinon bouleversante,  crédible, Marion Cotillard a arraché quelques larmes et sa performance est unanimement saluée. Du coup on parle d’un Prix d’interprétation pour la Française qui avait décroché l’Oscar pour La môme en 2008.

Dans leur nouvel opus, les Dardenne font un état des lieux édifiant du monde du travail, de l’injustice et des contraintes qui y règnent en période de crise, poussant les individus à ne pas bien agir, par peur de se retrouver sur le carreau.  Mais ils  tiennent aussi à montrer que la solidarité peut exister et comment le soutien que ses collègues lui témoignent est finalement parvenu à transformer Sandra.

images[4].jpg"J’aime les rôles complexes"

En conférence de presse, l’héroïne du jour, douce souriante et disponible a longuement évoqué cette femme aux abois, perdue, à l’image du personnage qu’elle incarnait l’an dernier dans The Immigrant. "J’aime les rôles complexes. Je vois toutes ces femmes qui se battent pour leur survie et découvrent des choses en elles qu’elles ne soupçonnaient pas. Je suis très touchée par les gens qui se sortent de n’importe quelle situation. Visiter les coeurs et les âmes de ces personnes m’en apprend sur l’humain".

Pense-elle à un éventuel sacre de meilleure actrice? Je suis heureuse d’être là et j’ai la chance de ne jamais espérer un prix. Cela ne fait pas partie de mon fonctionnement. Mais évidemment quand cela arrive, je l’apprécie énormément, comme je l’ai vécu avec l’Oscar (pour La môme en 2008) qui m’a amené plein de beaux projets.

Dans Deux jours, une nuit, elle n‘est pas spécialement gâtée par la nature. Un défi pour elle? "Je suis  mouvante sur le sujet. Je ne me considère pas comme quelqu’un de moche….En même temps, des femmes très belles ne se perçoivent pas toujours forcément comme telles…  Ce que je sais, c’est que je peux réussir à être jolie ou très moche. J’ai cette capacité à me transformer, ce qui tombe plutôt pas mal dans ce  métier! Pour autant, je ne choisis pas des rôles en fonction de l’apparence du personnage ou pour échapper à mon physique. Cela ne rentre jamais en ligne de compte".

"Je laisse les clés de la voiture au personnage…"

Comment s’est-elle transformée pour être crédible en ouvrière ? "C’est un processus. Je pars à la découverte de quelqu’un. Je n’ai pas à proprement parler de méthode de travail. J’aime investiguer à l’intérieur du personnage. Et l’extérieur arrive, la façon de parler, de respirer, de marcher dans la rue. Je cherche les solutions qui vont me permettre de comprendre le personnage. Ensuite Je m’abandonne, je lui laisse les clés de la voiture et c’est lui qui va me conduire".

Un voyage inoubliable. "On sent que les frères Dardenne ont envie de faire vivre quelque chose d’exceptionnel aux spectateurs. Ce fut une expérience bouleversante, enrichissante, belle. Peut-être la plus belle  de toute ma carrière. Mais elle en a d’autres à tenter, dans une comédie, un film d’action. Elle avoue aussi avoir la fascination de jouer un homme. "Parce que cela paraît impossible, ça m’excite un peu". 

Film à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 21 mai. 

 


 

19:47 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Elle dit justement qu'elle ne vise pas un prix, vous vous dites qu'elle vise un prix, c'est étrange.

Écrit par : Rémi Mogenet | 20/05/2014

Les commentaires sont fermés.