Google Analytics

19/05/2014

Festival de Cannes: pour en finir avec DSK et "Welcome To New York"

7771240803_gerard-depardieu-et-jacqueline-bisset-dans-welcome-to-new-york-d-abel-ferrara[1].jpgOn en a heureusement terminé, du moins on l’espère, avec Welcome To New York d’Abel Ferrara, largement inspiré de l’affaire DSK, survenue le 14 mai 2011 et qui avait parasité le festival pendant des jours. Rebelote dans le genre sur la Croisette après un suspense de plusieurs mois entretenu par l’auteur, le producteur Vincent Maraval et Gérard Depardieu.

Le voile a donc été levé samedi soir suite aux projections en marge du festival. Elles se sont déroulées au marché et sous tente pour la presse, sur la plage Nikki Beach en face du Carlton. Comme annoncé la chose ne sera donc pas visible en salle, mais bénéficie dorénavant d’une sorte mondiale en VOD. 

Inutile de le préciser, ce fut beaucoup de bruit pour rien pour cette "bombe" en forme de pétard mouillé sur fond de partouze avec chantilly et champagne à la clé, où commence par s’exhiber Depardieu, alias DSK rebaptisé Deverreau. Puis les choses s’enchaînent avec la grande scène du viol de la femme de chambre du Sofitel, l’arrestation à l’aéroport, l’incarcération, les premières audiences judiciaires, l’arrivée de Simone, la riche épouse qui loue un somptueux appartement…

En d’autres termes, circulez car il y avait bien autre chose à faire ce soir-là à Cannes que de courir tels des dératés et se poser dans une queue interminable dans l’espoir de voir ce long-métrage ennuyeux de deux heures, le plus souvent qualifié de navet, de nul, d’abominable, de grotesque, sinon de porno soft douteux et d’une rare indigence. Où un Gégé obèse et peu ragoûtant (difficile de l’imaginer en dirigeant du FMI ou en futur président de la République) donne la réplique à la classieuse Jacqueline Bisset dans le rôle d’Anne Sinclair, la femme bafouée.

Lors de la conférence de presse retransmise en direct par la chaîne de télévision française BFM qui a obtenu l’exclusivité, le comédien, tout en citant Shakespeare et Handke, a avoué avoir pris beaucoup de plaisir à tourner ce film évoquant un fait divers qui a intéressé le monde entier et réjoui les médias. "Je n’ai jamais pensé à DSK, mais il était là sans arrêt… C’est une aventure unique… Comme un happening des années 60… Je n’ai pas cherché à donner tort ou raison au personnage…" De son côté Jacqueline Bisset, qui a "vécu avec des hommes difficiles" a eu l’impression de "rejouer sa propre vie".

Dimanche, Anne Sinclair a exprimé son dégoût, mais a déclaré qu’elle ne se pourvoirait pas en justice, ne voulant pas faire ce plaisir à Abel Ferrara et à Vincent Maraval. «Je n’attaque pas la saleté je la vomis», a-t-elle ajouté sur le site français du Huffington Post qu’elle dirige.

 

00:20 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Par fois il suffit de peu pour être financé dans le cinéma, sans doute une version "Sarko/Hollande/Obama", un tiers/un tiers/un tiers !

Après avoir lu d'autres article sur le sujet qui ne mérite en fait aucun commentaire, vous oubliez, volontairement ou pas de relaté certaines intonations antisémites largement exploitées dans le navet en question, notamment concernant la famille de Madame Sinclair, pour couronner le package !

Bien à vous

Écrit par : Corto | 19/05/2014

Aux dernières nouvelles DSK porte plainte en diffamation. De tout coeur avec lui, j'espère qu'il va obtenir le maximum d'argent en matière de dommages et intérêts.

Quant à Depardieu, plus ça va, plus il devient naze avec tous les qualificatifs du mot et inapte à jouer, il l'est plus pour boire.

Ne pas regarder ce film est la bonne formule pour ne pas être désinformé et raviver l'antisémitisme.

Écrit par : Pierre NOËL | 19/05/2014

Pierre, en effet, un Depardieu qui fuit la France pour sauver ce qu'il a gagné grâce à la France suffit pour illustré le film précité !

Écrit par : Simom | 19/05/2014

"De tout coeur avec lui, j'espère qu'il va obtenir le maximum d'argent en matière de dommages et intérêts."

Un max de fric en effet. Le reste on s'en fiche.

Écrit par : Tokowitz | 19/05/2014

Pas besoin d'en dire plus, ce film est indigeste, sale, vulgaire et ne mériterait même pas d'être mentionné. Quand au réalisateur, il est tombé dans une bassesse crasse à vouloir absolument faire le buzz avec son navet. Navrant ou comment appauvrir encore plus le cinéma français.

Écrit par : Blectre | 19/05/2014

Si vous voulez bien rigoler je vous recommande la lecture de l'article suivant:

http://www.lefigaro.fr/festival-de-cannes/2014/05/18/03011-20140518ARTFIG00107--l-antisemitisme-nauseabond-de-welcome-to-new-york.php

Écrit par : Tokowitz | 19/05/2014

Blectre, si ce n'était que le cinéma français, même les camemberts sont fabriqués avec du lait pasteurisé dans des usines en inox !

Tokowitz, oui, mais comment en sont-ils arrivés si bas ?

Il doit y avoir des tuyautages politicards dans cette piquette, DSK va faire censurer le film et ça va coûter bonbon à la production !

Un relent de pétainisme mêlé affiché accompagné d'une bande son aux bruits de chiottes, voilà comment qualifié l'art cinématographique franchouillard !

Dommage, le sujet aurait permis de remettre les pendules à l'heure, mais ça, ni la gauche, ni la droite l'aurait admis !

En fait ce film n'est que la continuation du traquenards dans lequel ils ont fait tomber DSK, ça ne fait que prouver qu'il s'agissait bien d'un coup monté !

Écrit par : Corto | 19/05/2014

http://www.slate.fr/culture/87297/dsk-ferrara

A lire !!

Écrit par : Corto | 19/05/2014

@Corto : mais bien sur que tout le monde sait que c'était un coup monté. D'ailleurs tous ces politicards sont à l'affut de la moindre carie qui n'aurait pas un plombage réglementaire pour déstabiliser l'autre. Le gros problème, c'est qu'une affaire en justice risque de faire encore plus de pub à cette grosse daube.

Écrit par : Blectre | 20/05/2014

@ Blectre,

Ferrera est un quasi inconnu et le restera soyez-en certain, son producteur ou je ne sais va ou vont se retrouver avec des kils de péloche et un séquestre suffisant pour les calmer jusqu'à leurs départs pour Jupiter ou la Corée du nord !

Là bas, ils trouverons des spectateurs !

Regardez avec Dieudonné, ses comptes sont confisqués, sont théâtre dans une procédure d'expulsion et se promène avec 40 avocats aux talons, ça calme, vous pouvez en être certain, de toute manière nous ne sommes pas des gens à pratiquer à ce quoi il appel, en douceur et avec tact !

Écrit par : Corto | 20/05/2014

"Une grosse daube", "Un film indigeste, sale, vulgaire"... vous l'avez vu, vous, ce film ?!? Eh bien moi pas, et il m'intéresse : le personnage de DSK est a priori un fantastique personnage de théâtre ou de cinéma, genre Shakespeare ou tragédie grecque ; et Gérard Depardieu, ne vous en déplaise, a certes tourné dans pas mal de navets, mais il peut aussi être un immense acteur. Ce n'est peut-être pas le cas ici, mais rien que pour en avoir le cœur net, j'ai envie de voir le film. Quant aux accusations d'antisémitisme, possible que certaines sensibilités exacerbées dès qu'on touche à ça soient heurtées par une ou deux phrases, mais ce n'est apparemment vraiment pas le sujet du film. De toute façon, attendons de le voir avant de cracher dessus !

Écrit par : Mathilde Lavenex | 20/05/2014

@ Mathilde Lavenex, concernant Obelix, en dehors de ce rôle, je dois vous dire que ça fait bien des décennies que je ne l'ai pas vu briller en dehors de ce jeu d'attraction pour enfants, quoi qu'au vu de ses récentes provocations et je ne parle pas uniquement de "welcome to New York", Depardieu n'est pas recommandable du point de vue artistique !

Concernant l'antisémitisme, vous parlez d'exacerbés ?

Que vous faut-il pour ne pas l'être, il faut dire que je m'attendais depuis quelques jours que sur le blog d'Edmée, personne n'ait avant vous présenté les faits d'une manière aussi "approfondie".

Au fait, selon vous, à partir de quelle limite, une réaction envers ce que l'on nome antisémitisme, est-elle justifiée pour ne pas être affublé aussi angéliquement ?

L'antisémitisme vous dérange t-il à ce point pour qu'il ne mérite plus que l'on s'y attarde, un peu comme à la belle époque ?

Je vois en vous, une volonté à vouloir voir à tout prix ce film, certainement pour des raisons moins exacerbantes !

En ce qui me concerne, rien que le fait que Depardieu participe dans une distribution suffit pour exacerber mon aversion.

Bien à vous

Écrit par : Corto | 21/05/2014

Les commentaires sont fermés.