Google Analytics

Cinéma: "Two Men In Town", avec Forrest Whitaker entre damnation et rédemption

Imprimer

la-voie-de-l-ennemi[1].jpgAvec Two Men In Town (La voie de l’ennemi) deuxième volet, après Just Like A Woman, de sa trilogie consacrée aux relations entre les Etats-Unis et le monde arabe, le réalisateur maghrébin Rachid Bouchareb propose un remake de Deux hommes dans la ville (1973), vibrant plaidoyer contre la peine de mort de José Giovanni, où Alain Delon et Jean Gabin tenaient les rôles principaux.  

Là, c’est Forrest Whitaker (l’ancien gangster William Garnett) qui donne la réplique à Harvey Keitel (le shérif Bill Agati). Garnett vient d’être libéré sur parole après avoir passé 18 ans derrière les barreaux pour le meurtre d’un flic. Alors qu’il tente de reprendre une vie normale avec l’aide de l’agente Emily Smith (Brenda Blethyn) chargée des mises à l'épreuve, il se heurte à l’irrépressible désir de vengeance du shérif, qui veut lui faire payer cher la mort de son adjoint et n'a de cesse de le voir replonger. 

Tout en montrant la fragilité de la réinsertion d’un ex-taulard, Rachid Bouchareb étoffe son portrait. Garnett s’est converti  à l’islam en purgeant sa peine. La bague à l’étoile et au croissant musulmans au doigt, son tapis de prière sous le bras, il s’est forgé une nouvelle identité. Mais celle-ci, tout comme son aspiration à une existence poaisble en saisissant cette deuxième chance offerte et la relation qu’il noue avec une jeune femme ne pèsent pas lourd face au harcèlement du très rancunier Bill Agati. Sans oublier un vieux complice qui vient le relancer.

L’action s’étire lentement dans la chaleur accablante, la poussière et l’aridité des paysages désertiques du Nouveau Mexique. Un décor de western, prétexte à de magnifiques images pour ce polar à la fois noir et contemplatif, qui vaut surtout par la prestation des acteurs.

A commencer par Forrest Whitaker, excellent dans ce personnage qui, entre damnation et rédemption, lutte pour contenir sa rage et sa violence. Brenda Blethyn se montre également convaincante en policière intransigeante, dure mais éprise de justice. Quant à Harvey Keitel, un rien rassis sur les bords, il fait correctement son boulot. En revanche, on peine à croire à l’histoire d’amour  de Garnett, tandis que sa conversion en principe importante, apparaît curieusement plus que secondaire dans le traitement sans enjeu que Bouchareb lui réserve.

Film à l’affiche dans les salles romandes dès mercredi 7 mai.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.