Google Analytics

11/02/2014

Cinéma: Dans "Abus de faiblesse", Catherine Breillat raconte sa pitoyable mésaventure

abus-de-faiblesse-photo-522f289e46089[1].jpgUn lit aux draps blancs immaculés, une femme dont les membres se paralysent, avant d'ête soudain victime d’une hémorragie cérébrale. Des scènes d’hospitalisation. Puis de rééducation et de réapprentissage des gestes les plus basiques pour Maud Schoenberg, réalisatrice devenue hémiplégique, mais animée d’une force de caractère étonnante.

Toujours alitée, elle découvre un soir, en regardant un talk show télévisé, Vilko Piran, un bad boy connu pour avoir arnaqué des célébrités. Séduite par son allure virile et son insolence, elle le veut absolument pour son prochain film. Ils se rencontrent et ne se quittent plus. Il ne tarde pourtant pas à l’escroquer elle aussi, lui empruntant d’énormes sortes d’argent. En même temps, ce voyou baratineur charismatique s’occupe d’elle, apportant une forme de gaité et de chaleur qui éclairent sa douloureuse solitude.

En Vilko et Maud, le spectateur au parfum reconnaîtra évidemment Christophe Rocancourt et Catherine Breillat qui raconte, en s’inspirant de son livre coécrit en 2009 avec Jean-François Kervéan, la mésaventure lamentable et largement médiatisée dont elle a été victime deux ans auparavant. 

Dans le rôle de Maud, on retrouve Isabelle Huppert fragile, rigoureuse, tenace et opiniâtre, qui donne la réplique à Kool Shen, Casanova d’opérette arrogant, brutal et sans scrupule (photo). Mais le couple ne suffit pas à emporter l’adhésion face à un scénario plutôt ennuyeux, où Catherine Breillat expose sa faiblesse morale et sa déchéance physique avec une froideur si clinique qu’elle finit par fatiguer et à agacer au lieu d'émouvoir.

"Les trois fères, le retour", un gros ratage

7765456584_les-trois-freres-2[1].jpgParmi les sorties françaises de la semaine, un retour perdant, celui des Trois frères. Après quelque 20 ans de carrière solo au cinéma, Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Legitimus reforment sur grand écran le trio qui les a vus triompher auprès des fans. Reprenant leurs rôles respectifs, ils doivent en l’occurrence payer les dettes de leur mère décédée. Inutile de préciser que leur existence déjà minable ne va pas s'arranger. 

Dans le genre naufrage, c’est spectaculaire. Interprétation grossière, gags gras,  humour vulgaire, scénario indigeste, absence de mise en scène. Plus beauf, c’est difficile. Cela fait penser au ratage des  Bronzés 3. En nettement pire.

Films à l’affiche dans les salles de Suisse romande, dès mercredi 12 février.

 

18:41 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.