Google Analytics

JO de Sotchi: les Suisses à la conquête de l'or. Dur, dur...

Imprimer

5597052[1].jpgAinsi donc, destination lointaine, Sotchi pouvait prendre des allures de petite Suisse dimanche soir à la tombée de la nuit. Défago, Cologna et Amman, les champions de Vancouver se lançaient en effet à nouveau à la conquête de l’or.

Et avec eux plein d’autres athlètes suisses, tous sports confondus. Bref, un premier jour du Seigneur glorieux nous était promis, avec déjà cinq médailles sur les dix ou quinze annoncées pour ces JO. Au final il a fallu se contenter de la seule médaille de super Dario. En or, il est vrai, ce qui l'a poussé à essuyer une petite larme.

A mon avis toutefois c’était la moindre, cette breloque. Car rien qu’en descente, on devait à peu près tout rafler avec Janka en forme ascendante, Feuz un poil blessé mais c’est un dur, Kueng victime  d’une gastroentérite, mais lui aussi sait faire abstraction de ces petits bobs et Défago qu’une visibilité un brin  capricieuse ne dérangeait absolument pas…

Des considérations à mettre au crédit de l’inénarrable William Besse, piaffant de conserve avec Sa Logorrhée Jaton, encore plus persuadé que son consultant des chances incontestables de nos Helvètes de s’illustrer dans la discipline reine. Voire battre un record historique avec un Didier se hissant une seconde fois sur la plus haute marche du podium.

Evidemment c’était avant que notre quatuor de choc arrive en bas, réussissant notamment, si on excepte la sixième place d’Iceman, un sidérant tir groupé aux treizième, quatorzième et quinzième rangs… Tout alors s'était ligué contre eux.

Comment diable faire mieux avec un Feuz pas au mieux, un Kueng victime d’une gastroentérite et un Defago gêné par une visibilité capricieuse, nous rebalançait l’inénarrable William Besse, tandis que le malheureux Jaton inconsolable se lamentait face à ce monstrueux coup du sort.

Et ce fut rebelote toute la journée. Dans le slopestyle des dames, trois Suissesses se baladant en finale,  dans le biathlon féminin où on nous berçait d’illusions avec Selina Gasparin. Sans oublier bien sûr le saut au petit tremplin qui devait couronner une cinquième fois Simon Amman. Mais hélas, la star des Jeux de Salt Lake City et Vancouver avait lui aussi oublié de prendre sa potion magique.

Mais demain est un autre jour Et voici nos commentateurs repartis en rangs serrés à l’attaque des sommets. Parce que cette fois c’est sûr, Lara Gut va remporter le super-combiné... Ne dit-on pas que l’espoir rend les fous joyeux!  

Lien permanent Catégories : Les pieds dans le plat 1 commentaire

Commentaires

  • Diable Edmée, vous continuez sur la lancée de la méconnaissance du sport ! Mais comme vous dites :" l'espoir rend les fous plus joyeux" !!! Donc apparemment vous persistez dans vos travers, en espérant toujours qu'on vous lise et que votre tchatche détestable lance une quelconque polémique. Pour votre gouverne, tout d'abord Gasparin et les commentateurs n'ont jamais parlé de médailles mais de diplôme olympique ! Ensuite en saut à skis, tous les favoris, à l'exception de Stoch et Bardal se sont planté sur le petit tremplin (Schlierenzauer, Freund, Morgenstern, Kasai et Diethard). Quoique Diethard s'en est pas trop mal sorti en se classant quatrième. Et oui, que cela vous déplaise, on est tous derrière nos sportifs. On rêve et on espère, contrairement à vous, qui cherchez désespérément des poux. L'espoir fait vivre...!

Les commentaires sont fermés.