Google Analytics

26/01/2014

Nadal blessé, Wawrinka roi de Melbourne. A vaincre sans péril...

images[9].jpgDécidément ils se sont tous décarcassés pour offrir à Wawrinka son premier Grand Chelem. Après Pospisil forfait, Djokovic pas vraiment en super forme et Berdych toujours aussi psychologiquement instable, Nadal y a mis du sien à son tour pour que cette Coupe tant convoitée n’échappe pas à Stan The Man, en se bousillant le dos au début du second set.

D’ordinaire on prétend qu’il n`y a rien de plus dangereux qu’une bête blessée. Le courageux Rafa a failli donner raison au dicton en refusant d’abandonner le combat et en remportant même le troisième au nez et à la barbe d’Iron Stan, qui se mettait soudain à trembloter des gambettes. Mais il s’est bien repris, comment faire autrement me rétorquerez-vous en l’occurrence, pour s’adjuger les oreilles et la queue d’El toro à genou dans l’arène.

Mais une victoire est une victoire, même si à vaincre sans péril, on triomphe dans gloire… Les experts de la petite balle jaune, particulièrement helvétiques c’est logique, s’accrochent donc furieusement à la manche initiale effectivement tricotée de main de maître par le Vaudois et les quelques jeux galvaudés à l'entame de la deuxième par l’Espagnol apparemment encore en pleine possession de ses moyens, pour qualifier de phénoménale la performance de Stantastique. Miraculeuse eût été un adjectif plus approprié...

En tout cas j’en connais un qui doit l’avoir très amère en considérant le pot insensé de son compatriote. C’est ce pauvre Federer qui, deux jours auparavant, aurait rêvé de bénéficier de ce formidable coup de pouce du destin. Carrément maudit face à l'Ibère, le maestro.

Mais s’il doit ressentir une intense frustration, Rodgeur a aussi sans doute poussé un gros soupir de soulagement, dans la mesure où son meilleur ennemi demeure à quatre longueurs de ses dix-sept tournois en Grand Chelem. Et il a toutes les raisons d’espérer un freinage dans la redoutable progression de l'ogre majorquin vers son record.

En effet Stanimal, numéro un suisse désormais troisième du classement et donc protégé par le tirage au sort, pourrait maintenir le pitbull à distance de la légende en le privant d‘une ou deux autres réussites au sommet. Sans parler du vampire serbe, actuellement très loin du compte et victime d'un petit coup sur la tête avec son mortifiant revers en quarts de finale.  

14:10 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Avant de, comme toujours, déverser votre fiel, vous êtes vous demandé pourquoi Nadal s'est "bloqué" le dos?
Avez-vous, même une fois, touchez une raquette de tennis? Franchement, j'ai bien l'impression que vous ne savez pas de quoi vous parlez.
Ne vous en déplaise, la victoire de Stan est complète et RIEN, oui, RIEN ne peut être avancé pour la minimiser. Ni l'état de Nadal en finale, ni quoi que ce soit sur les matchs qu'il a livrés dans ce tournoi.
Je me demande jusqu'où vous êtes capable d'aller dans l'art de la provocation...et ça marche! Mais, il est vrai que c'est là votre gagne pain.

Écrit par : Duval | 26/01/2014

Pauvre petite Madame. Arrêtez de jouer la critique tennistique et sportive pour tenter de lancer une quelconque polémique, vous êtes ridicule. Pour info, il a juste battu les deux meilleurs joueurs mondiaux, point barre. Il était en forme au bon moment et il a mérite ce titre. Il serait temps de reconnaître que c'est un bon joueur.

Écrit par : Blectre | 26/01/2014

Bravo Stan ! Formidable tournois !

Les chien aboient et la caravane passe !

ppc

Écrit par : PPh Chappuis | 26/01/2014

Une vraie rabât-joie...

Écrit par : Déblogueur | 26/01/2014

La lecture de ce billet est en quelque sorte une injection d'adrénaline ou de testostérone. C'est selon.
Tout y est : les horreurs, les excès, les sales gueules patibulaires - mais presque -, les monstres, les sanguinaires, les amputés des oreilles, les émasculés, etc. Les passagers du train fantôme eux-mêmes, en auraient pour leur argent.

Stantastique, Stanimal, Iron Man, les oreilles et la queue d’El toro, l'Ogre majorquin, un pitbull, le vampire serbe, ...

Dans cette envolée lyrique tout droit sortie du Cirque d'Hiver à Paris, à l'époque des belles années, où les rencontres de catch avaient beaucoup de succès, il ne manque que l'Ange Blanc, le Bourreau de Béthune, auxquels nous ajouterons le régional de l'étape : "Flamby le Laboureur des cœurs", ceci pour mettre un peu de baume dans ce monde de brutes et égayer la liste ...

Merci Edmée pour cette analyse très fine et pointue de ce fait de société !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 26/01/2014

Savez-vous tenir une raquette de tennis ?

On peut largement se poser la question ...

Écrit par : Lise | 26/01/2014

Plus facile avec un forfait, un abandon et des blessés effectivement !
La suite...

Écrit par : SuperDjoko | 26/01/2014

Blog certes provocateur, mais si l'on fait abstraction d'un brin de chauvinisme des passionnés de la balle jaune, il faut bien admettre que notre Suisse avait devant lui un Nadal bien handicapé.
Ce dernier a eu la classe de respecter, tant notre Helvète que le public, en continuant le match j'usqu'au bout !
Il suffisait de regarder, en fin de partie, l'attitude très respectueuse pour ne pas dire gènée du vainqueur face à son adversaire du jour. Les protagonistes sur le terrain savent parfaitement juger des conditions de jeu.

Écrit par : Exprof | 26/01/2014

Le taureau fumant enfin sans arme chimique efficace doit baisser sa garde! Bravo Stan et merci pour ce premier set enchanteur!
C'était encore mieux comme cela plutôt qu'une finale entre deux Suisses puisqu'il y aurait eu automatiquement un Suisse perdant!
Magnifique dimanche pour une Suisse qui gagne et qui est respectée du nord au sud!
Edmée vous allez vous ridiculiser encore plus en restant sur ce ton. Tout change, la belle preuve que voilà, alors ne laissez pas passer votre chance!

Écrit par : Corélande | 27/01/2014

Je ne suis pas un spécialiste mais il me semble, Madame, que l'ancien N°1 mondial, P. SEMPRAS, a fait l'éloge de la parfaite technique et domination du jeu de Wawrinka avant que Nadal se blesse...

Écrit par : Patrick Lussi | 27/01/2014

Ah Edmée .... toujours fielleuse rarement mielleuse ! Donnant l'impression d'y connaître quelque chose, elle déverse son acidité, joue les provocatrices faciles et tout cela sans jamais n'avoir rien démontré ni montré. Il en va de sa plume tennistique comme de celle prétendument ciné-critique : une vague impression de déjà lu, déjà rejeté car déjà insignifiant. Triste plume qui ne surprend plus personne tant son jet acide est prévisible. dommage mais le talent ne s'invente pas ! Stan a pour lui le travail, l'abnégation et le respect de l'autre : une belle leçon inspiratrice, non ?

Écrit par : uranus2011 | 27/01/2014

Un blog provocateur est intéressant quand son auteur sait mélanger faits avérés et mauvaise foi subtilement. Ce qui n'est d'évidence pas vraiment le cas d'Edmée, qui doit être un petit peu trop excitée par les râles gutturaux de Nadalator pour être objectivement fière de Wawrinka, lequel a battu un Djokovic en pleine possession de ses moyens n'en déplaise à Madame Acérée. Quant à la finale, il suffit de voir le premier set pour se rendre compte que la victoire de Stan ne doit rien au hasard et que rien ne permettait d'affirmer que Musclor l'aurait emporté.

Écrit par : Courant alternatif | 27/01/2014

Les commentaires sont fermés.