Google Analytics

15/01/2014

Open d'Australie: "Francosport" et les exploits exceptionnels de son "invincible armada"

images[4].jpgJe ne sais pas si vous regardez Melbourne sur Eurosport. Mais quand on aime le tennis, c’est parfois franchement pénible. Il y a même des moments où c’est impossible de ne pas supprimer le son, tant les commentateurs ou les consultants se montrent insupportables. 

Surtout quand il s’agit des joueurs français, où il faut se farcir les gloussements et les glapissements de Marion Bartoli, les hurlements et les gags idiots d’Henri Leconte, ses "oui, Monsieur" agaçants à chaque fois qu’un Tricolore marque un point. Quand tous deux ne se moquent pas grossièrement de son adversaire malheureux.

A cela s’ajoutent les quiz répétitifs du sentencieux mais "émérite" Frédéric Verdier, étalant sa science et nous bassinant avec ses sempiternelles questions: quels sont les joueurs qui ont balancé les services les plus rapides depuis les débuts de la petite balle jaune, quelle joueuse a marqué le point décisif le plus fabuleux en 1925, ou autres radotages exaspérants du genre. 

Ce qui pousse évidemment ses petits camarades à plancher à haute voix, nous polluant du coup le déroulement du match. Et je ne vous parle pas d’Avantage Leconte, réservée exclusivement ou presque aux exploits extraordinaires sinon exceptionnels des Tricolores, tous dotés d’armes de destruction massive et donc capables de battre les meilleurs, selon nos rigolos infaillibles de l’émission.

Curieusement pourtant, Grand Chelem après Grand Chelem, "l'invincible armada" française coule inexorablement à peine le tournoi entamé. La preuve, d’une vingtaine au départ messieurs et dames confondus, les Bleus devraient aborder le troisième tour avec un effectif réduit plus ou moins des deux tiers.

Cela n’empêche malheureusement pas "Francoport" de nous passer les matches de leurs idoles en boucle toute la journée. Eh oui, si vous n’avez rien vu, vous pouvez vous brosser pour espérer un survol global en images.

C’est ainsi que mercredi par exemple, on a eu droit à Gasquet-Davydenko, suivi de Chardy-Dolgopolov, suivi de Razzano-Bouchard, suivi de Mannarino-Ferrer, suivi de Davydenko-Gasquet, suivi de Dolgopolov-Chardy, suivi de Bouchard-Razzano, suivi de Ferrer-Mannarino... Mille mercis pour Wawrinka, Djokovic et les autres, qui n'avaient pas l'insigne honneur d'affronter des Hexagonaux!

22:22 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Oui, et ça fait environ la quatre centième fois que vous nous rabâchez les oreilles avec la même histoire de commentaires insupportablement chauvin sur les chaines françaises. Donc, un moment, il faudrait arrêter de radoter. Si les chaines françaises vous dérangent, arrêtez de les regarder, et limitez vous à la télévision suisse éminemment non chauvine et les commentaires de Dupuis et al, simplement ponctués d'un allez rodger toute les 10 secondes.

Écrit par : ecanto | 15/01/2014

Oui on regarde sur Eurosport pour se taper tous les Français et les commentaires chauvins, comme dans chaque pays.

Le "oui, Monsieur", notre Marc Rosset national le fait aussi :0)

Ce n'est pas la science de Verdier mais ses recherches sur Internet...

"Ecanto" est fatigué !

Écrit par : SuperDjoko | 16/01/2014

Oui, Eurosport devrait s'appeler Francesport. Que ce soit en tennis ou en patinage, cette chaîne montre prioritairement les français. Même s'ils ont patiné ou joué comme des cloches, "ce sont les meilleurs mais ils y a eu des erreurs d'arbitrage et il faisait trop chaud".
Par contre sur RTS, les commentaires de notre cher Dupuis me font chaque fois marrer. Au 3ème set (les 2 premiers perdus 6-1, 6-0), à 5-0 et 40-0, il garde encore l'espoir en disant "s'il veut rester dans le match il doit gagner ce point". Un vrai génie du pronostic.

Écrit par : Lambert | 17/01/2014

Les cocoricos tricolores sont les champions du chauvinisme. Pour le moment, cela se concentre sur le tennis, puis sur le ski. Dieu sait que cela sera en juin au Brésil, lorsque les braves Suisses essaieront de les tailler en morceaux par le ballon rond. En attendant, aller transpirer avec Rodger pour que le boxeur Tsonga perde encore un peu de poids. La balle est également ronde et j'espère que notre héro national soit à la hauteur pour la renvoyer au bon endroit et non derrière les lignes. Si non, les Tricolores vont pousser leur coco rico comme le coq sur son tas de fumier et nous nous consolerons avec la fantastique victoire de notre König, pardon Küng, dompteur de la Lauberhorn mythique.
Quant à notre Edmée Nationale, elle pourra nous fournir son brillant commentaire comme elle sait si bien le faire. Bruno M aadooooooooore

Écrit par : Bruno Mathis | 19/01/2014

Les commentaires sont fermés.