Google Analytics

12/11/2013

Cinéma: "Cartel", casting cinq étoiles pour un thriller façon boui-boui...

movies-the-counsellor-cameron-diaz-penelope-cruz[1].jpgPour son premier scénario, le romancier américain à succès Cormac McCarthy, lauréat du prix Pulitzer et dont plusieurs livres ont été adaptés au cinéma dont notamment No Country For Old Men des frères Coen, n’a pas franchement mis dans le mille avec Cartel (The Counsellor pour le titre original). Un thriller réalisé par Ridley Scott, lui aussi à côté de la plaque. Résultat, des critiques sévères et un gros flop financier Outre-Atlantique .

Ce qui n’a rien d’étonnant au vu de cet opus évoquant la lente descente aux enfers d’un ambitieux avocat. Attiré par l’appât du gain, ce pénaliste pourtant véreux  se laisse entraîner comme un bleu dans un dangereux trafic de drogue dirigé par un couple des plus douteux. Et se retrouve évidemment dans de  sales draps.

On ne peut guère en dire davantage, car à  partir de là on nage en plein brouillard dans cette intrigue laborieuse, bavarde, outrancièrement tarabiscotée et aux dialogues impénétrables. Pour tout dire, un truand n’y retrouverait pas sa came, ce qui nuit quand même fâcheusement à un suspense qui se veut dramatique.

Seul éventuel intérêt de l’affaire un casting cinq étoiles. Avec chez les hommes le très séduisant Michael Fassbender qui met donc naïvement le doigt dans l’engrenage pour avoir de quoi épouser sa petite amie, Javier Bardem, malfrat ridicule qui aurait fourré lui un doigt dans la prise en se coiffant le matin et Brad Pitt, un mystérieux intermédiaire mollasson qui se fait décapiter par une machine infernale pour avoir bêtement dragué la mauvaise personne.

Côté féminin, on a Penelope Cruz, la future femme genre oie blanche du beau Michael, apparemment trop grassouillette pour apparaître en entier. Face à elle Cameron Diaz, plastique d’enfer, se glisse dans la peau d’une sulfureuse femme fatale. Dont on retiendra surtout le spectaculaire grand écart sur le capot d’une Ferrari, avant de se frotter suggestivement la chatte sur le pare-brise du bolide. Le tout sous les yeux ébahis d’un Bardem au look capillaire plus ananas que jamais.

Alors d’ici à en déduire, comme certains, que Ridley Scott assassine Hollywood avec ses obsessions noires et ses affreuses visions d’une Amérique préfigurant l’Apocalypse, et cela grâce à la complicité de l’auteur d’un script diabolique, il y a une sacrée marge. On a plutôt l’impression qu’il a fumé la moquette en compagnie de McCarthy

Film à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 13 novembre.

16:59 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Salut, j'ai visité une salle de cinéma à Los Angeles pour regarder le film Cartel. Il est vraiment passionnant et le film parfois drôle.

Écrit par : sildenafil | 13/11/2013

Les commentaires sont fermés.