Google Analytics

Cinéma: "Blue Jasmine" de Woody Allen avec la magnifique Cate Blanchett

Imprimer

MV5BMjA3ODYwOTA4M15BMl5BanBnXkFtZTcwNzc3OTM3OQ@@._V1_SY100_CR25,0,100,100_[1].jpgUn nouveau Woody Allen est toujours attendu avec impatience et, à de rares exceptions près, le grand homme est toujours à la hauteur. A l’image de Blue Jasmine, une comédie dramatique légèrement teintée de polar, où il renoue avec les Etats-Unis après ses escapades parisienne et romaine.

Alors à la fac, Jasmine laisse tomber ses études pour épouser un businessman qui brasse des millions et mène la belle vie au fil d’un quotidien idyllique à ses yeux, peuplé de fêtes mondaines entre gens riches et célèbres. Jusqu’au jour où son mari, un escroc arrêté pour fraude par le FBI, se retrouve derrière les barreaux.

Jasmine perd tout et quitte Big Apple pour San Francisco. Habituée aux somptueuses résidences avec piscine, elle se retrouve dans le modeste trois pièces-cuisine de sa sœur adoptive Ginger, caissière de supermarché flanquée de deux enfants et d’un fiancé garagiste beaufissime. Petit à petit, maladroitement, dopée au xanax et au martini, Jasmine essaye de se reconstruire. Trouvant d’abord un job chez un dentiste, elle suit un cours d’informatique puis se lance dans une tentative apparemment fructueuse de décoratrice d’intérieur... 
 
On ne peut certes pas prétendre que l’intrigue, construite en flash backs, soitr d’une originalité folle. Et pourtant Woody Allen parvient à nous séduire par l’intelligence du texte, des dialogues, par sa manière subtile et humoristique de faire, d’amener les choses, de provoquer les situations. A en oublier quelques scènes inutiles au bon déroulement de l’histoire.  

Il faut reconnaître que le réalisateur est à son habitude bien aidé par ses comédiens. A commencer par Cate Blanchett (photo), son atout maître. Elle se révèle vraiment excellente dans le rôle, pas loin d’être son meilleur, de cette femme dont il dresse un portrait peu flatteur sur le plan moral, mais aussi parfois physique.  

Evoluant jadis parmi les happy few de la haute société newyorkaise, on la voit soudain confrontée à l’inanité de son existence, fauchée, désespérée, enlaidie et en pleine névrose. En sœur heureuse,  naïve, touchante, drôle, exaspérante et un rien ingrate, Sally Hawkins, son exact contraire, se montre également parfaite. Tout comme le plutôt surprenant Alec Baldwin. 

Film à l’affiche dès mercredi 25 septembre

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.