Google Analytics

12/08/2013

Festival de Locarno: pour Jacqueline Bisset, le cinéma passe aussi par l'estomac!

get[5].jpgLa plus belle femme de tous les temps... C’est ainsi que l’avait une fois qualifiée Newsweek. Une simple déclaration et non un fait, remarque modestement Jacqueline Bisset dans le quotidien officiel du festival, ajoutant qu’une telle affirmation était plutôt désobligeante pour toutes ses congénères.

La comédienne, née en 1944 en Angleterre, est venue à la rencontre du public après avoir reçu à son tour son Léopard d'Or. Comme Faye Dunaway, Anna Karina, Christopher Lee ou Sergio Castellitto, elle a évoqué sa carrière, dévoilant avec grâce, naturel et humour une part plus intime de sa personnalité à travers une foule de petites anecdotes. D’où il ressort que le cinéma pour elle passe aussi par l’estomac.

Il est clair qu’elle aime manger et boire. Ses souvenirs de tournage sont liés à un verre de vin, à la découverte du pernod, au bonheur de désobéir à un cinéaste, qui avait interdit l’alcool à ses protagonistes, en descendant quelques margaritas en douce. Aux repas pris en commun. "Pas seulement parce qu’on se nourrit. La pause, c’est aussi un moment privilégié pour discuter avec ses partenaires".   
 
get[1].jpgAlors qu’on a pu la voir à Locarno dans Under The Vulcano (1984) de John Huston, elle est aussi la vedette de Rich And Famous (1981), dernier film de George Cukor à qui le festival consacre sa rétrospective 2013. Jacqueline Bisset l'a redécouvert avec un immense plaisir sur l’écran géant de la Piazza grande et se déclare fière d'avoir coproduit cet opus dont elle a adoré le scénario.

C’est avec le célèbre réalisateur qu’elle a appris le langage du corps. "Au début les acteurs sont rigides. Ils se cachent derrière des gestes. Puis ils se détendent et les oublient. Ils avaient intérêt car Cukor détestait les poseurs. Avec lui, la seule difficulté c’était son obsession de la rapidité tant il craignait de perdre les spectateurs en ralentissant le rythme. Plus vite, plus vite ne cessait-il de nous répéter. S’il avait eu un fouet,  il s’en serait servi… "

Mais avant d’en arriver là, Jacqueline Bisset a rappelé ses débuts, précisant qu’elle n’avait jamais été mannequin, ainsi que tout le monde le prétend. "Pendant cinq mois, j’ai essayé de gagner un peu d’argent en faisant des photos. Ce n’est pas cela être un mannequin. D’ailleurs je n’étais pas bonne. Mais j’ai eu l’occasion de rencontrer de fantastiques photographes qui m’ont enseigné l’importance de la lumière".

De fil en aiguille, elle s’est retrouvée à jouer des petits rôles dans Cul de sac (1966) de Roman Polanski aux côtés de Catherine Deneuve et dans Voyage à deux de Stanley Donen l’année suivante, où elle donnait notamment la réplique à Audrey Hepburn. Une Audrey qui, à son désespoir, ne mangeait qu’une tomate et un peu de pain à déjeuner…

nuit_americaine_1973-2[1].jpgL’actrice raconte aussi sa collaboration avec François Truffaut dans La nuit américaine (1973). Elle se demandait en fait pourquoi il l’avait engagée. "J’étais une sorte de hippie qui vivait sur la plage. Mais il avait pris sa décision après m’avoir vue dans The Mephisto Waltz. J’ai ainsi eu l’impression d’être vraiment choisie par lui et non par le directeur du casting. Et c’est un bon sentiment. Toutefois  là encore s’est posé un petit souci de bouffe, Truffaut n’étant pas intéressé par la cuisine. En plus il ne buvait pas...

Dans le même ordre d’idée, elle pense que la réputation d’un Chabrol grand gastronome était surfaite. Elle ne semble pas non plus avoir beaucoup apprécié son rôle dans La Cérémonie (1995). Alors qu’elle avait été immédiatement traumatisée en débarquant dans un hôtel qui lui faisait penser à celui de Shining,  elle se sentait comme une poupée dans cette peau de bourgeoise que Chabrol lui avait assignée… "Nous n'avons pas eu une relation chaleureuse. Non seulement Il ne laissait pas place à l’improvisation, mais comme il détestait les bourgeois, à la fin il nous a tous tués!"

Une occasion pour elle de définir les qualités principales d’un réalisateur. "C’est le grand-père du plateau. Il doit être chaleureux, ouvert, capable de capter les moments de vérité, permettre aux acteurs de répéter, les respecter, voire les aimer. "Certains s’en foutent et ne sont franchement pas cool. A se demander pourquoi ils font ce métier."

Ce n'est pas le cas d'Abel Ferrara, avec qui Jacqueline Bisset vient de tourner Welcome to New York, adaptation apparemment scabreuse de l’affaire qui a provoqué la chute de DSK, l ’ex-directeur cavaleur du Fonds monétaire international. Elle incarne Anne Sinclair, aux côtés de Gérard Depardieu.

Du film, l’actrice ne révèle pas grand-chose, mais trouve Ferrara tendre sous sa carapace de New Yorkais sauvage. Elle chante par ailleurs les louanges  de Depardieu. "Nous nous sommes bien entendus. C’est un charmeur, un homme attachant, généreux, enthousiaste, déployant une énergie phénoménale et montrant un énorme appétit de vivre". On ne s'étonnera pas qu'elle ait dîné avec lui.  Un convive qui a dû lui plaire, le grand Gérard ne s’étant à coup sûr pas contenté d’une tomate avec du pain! 

18:41 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Excellent article. Rien à dire puis je tiens en personne à vous remercier pour ce super travail.

Écrit par : paris sportifs | 01/04/2014

Bonjour,En passant par hasard depuis notre cher moteur de recherche Google, j'ai été attiré par la qualité de vos articles notamment ce billet, et je tiens beaucoup à vous remercier et à vous souhaiter une bonne continuation. Au de vous relire prochainement.

Écrit par : parie en ligne | 02/04/2014

Les commentaires sont fermés.