Google Analytics

03/06/2013

Roland Garros: le combat épique de Wawrinka et Gasquet, une histoire de cuisses!

b_06-02-Montage_Gasquet_Wawrinka[1].jpgC’était l’affiche du jour. Suisses et Français se pourléchaient les babines à l’idée de cet affrontement titanesque entre les deux meilleurs revers du circuit. Ils n'ont pas été déçus par le spectacle.

L’émerveiilement a toutefois failli tourner court. Du moins pour les Helvètes catastrophés après la perte du premier set où, en dépit de coups sublimes, Stanislas n'a pu s'empêcher de nous faire du Wawrinka en loupant une déprimante avalanche de balles de break.

Côté hexagonal c’était évidemment le contraire, Gasquet ayant rejoint Gaël Monfils dans la stratosphère. Le dépassant même au second set, au début duquel Rosset n’avait pas fini de nous vanter le physique supérieur du Vaudois que celui-ci, délivrant une série de jeux désespérants, fléchissait sérieusement pour cause de cuisse en marmelade.

Enfin en marmelade, je me pose la question. Après avoir appelé le physio, Stan se remettait miraculeusement à trotter mieux qu’un pur-sang. Mais personne ne l’ignore, rien ne sert de courir… Hélas pour lui, il paumait une nouvelle manche tricotée par un Richard flamboyant. 

Facile d’imaginer que le Biterrois allait nous finir le pull en deux temps trois mouvements. D’autant qu’il avait revêtu sa chemisette fétiche d’un rouge on ne peut plus helvétique. Ce qui fit apparemment sur Stanislas l’effet de la cape sur le taureau, lui permettant d’enlever victorieusement le troisième  morceau.

Et cela en dépit d’un débat houleux avec l‘arbitre et le superviseur à propos d’une faute annoncée tardivement. Mais sortez-moi ce juge de ligne incompétent, tempêtait le Lausannois furax, nous révélant un côté teigneux que je ne lui connaissais pas. Il a dû patienter avant le départ du coupable...

L'affaire était cependant très loin d’être dans la poche, le Tricolore maintenant drôlement la pression, aidé par un public entièrement et logiquement acquis à sa cause, nous chantant la Marseillaise avant l’heure. Tandis que Wawrinka continuait à égarer les balles de break. Mais voilà que Gasquet se mettait lui aussi à souffrir douloureusement du haut de la gambette, mais plus gravement et au mauvais moment. A son tour, il commençait à jouer sur un pied.  

Du coup, son rival perclus de crampes et presque à terre dans l’arène, Stan en profitait insolemment pour rafler les oreilles et la queue après un combat épique de plus de quatre heures. Et tout ça dans le fond pour une histoire de cuisses...

P.S.- J'oubliais de préciser que la belle épopée de nos deux champions risque bien de s'arrêter là. Nadal va hériter d'un Wawrinka au bout du rouleau. Et si Federer nous offre l'ersatz de tennis qu'il a livré contre Simon, une chose est sûre: Tsonga va le boulotter plus vite qu'un Kinder Bueno!

21:50 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Comment le Suisse a-t-il pu parler à l'arbitre de cette façon ? C'est la disqualification ! Les joueurs qui tutoient les arbitres qui plus est. Quel manque de respect ! Et il lui donne des ordres !

Il est prêt à abandonner, il se fait masser et, après, il court comme un lapin.

PS : Vamos Tsonga seulement pour le match suivant :0)

Écrit par : Comisetti | 03/06/2013

J'espere que vous avez d'autres billets de cette qualité sous le coude !

Écrit par : site de paris en ligne bonus | 27/02/2014

Un beau duel quand même. Stan s'est bien défendu je trouve.

Écrit par : avena sari | 28/04/2015

Les commentaires sont fermés.