Google Analytics

28/05/2013

Cinéma: "L'attentat", une histoire d'amour sur fond de conflit politique

the-attack-movie-ziad-doueiri-561x374[1].jpgDans un restaurant de Tel-Aviv, une femme fait exploser une bombe qu’elle dissimulait sous sa robe de grossesse. Toute la journée, le docteur Amine Jaafari, médecin israélien d’origine arabe bien connu et estimé dans la ville, opère les nombreuses victimes de l’attentat.

Au milieu de la nuit, la police israélienne le rappelle d’urgence à l’hôpital pour lui annoncer, horreur, que le kamikaze est sa propre femme. 

Brisé par cette terrible révélation, refusant d’y croire, ne parvenant pas à comprendre comment il a pu ne pas déceler les intentions de son épouse, Amine décide de se rendre dans les territoires palestiniens, à la recherche de ceux qui l’auraient recrutée.

Le film est adapté par le Llibanais Ziad Doueiri du roman éponyme de l’Algérien Yasmina Khadra,  pseudonyme féminin de Mohammed Moulessehoul. Alors que l’opus divise, le réalisateur se défend, comme on le lui a parfois reproché, d’avoir voulu présenter une nouvelle vision du drame palestinien en donnant la parole à l’autre camp. 

Se concentrant sur la tragédie vécue par ce chirurgien paisiblement et parfaitement intégré à la société israélienne et dont la vie bascule soudain dans la violence et le rejet par ceux qui l’avaient adopté, Ziad Doueiri raconte avant tout une histoire d’amour sur fond de conflit politique. Cela n’a pas empêché l’œuvre d’être interdite de diffusion au Liban et boycotée par les pays de la ligue arabe.

Après la nuit, entre polar et documentaire

BK4TzD_CIAIR5En[1].jpgA découvrir également Après la nuit où Sombra, un marginal parmi les marginaux tout juste sorti de prison, retourne à son existence de dealer dans le bidonville créole Reboleira de Lisbonne.

Mais entre l’argent qu’il ne parvient pas à se faire rembourser, celui qu’il doit, les bizarreries de son iguane, une petite fille envahissante, une tante protectrice, un ami farfelu et certaines autres personnes qui gravitent autour de lui, c’est tellement la galère qu’il ne tarde pas à se dire qu’il aurait été mieux inspiré de rester derrière les barreaux.

Naviguant entre polar et documentaire, Après la nuit invite le spectateur à partager l'univers de ces gens, mais également à s’immerger dans la culture du lieu. Il est signé Basil Da Cunha, 28 ans. Ce Suisse d’origine portugaise, propose un regard empreint de poésie sur un quotidien absurde et un peu fou dans un film "fabriqué avec amour". Bien que les protagonistes se comportent avec une certaine brutalité. "Mais non, c'est juste parce qu'ils ne se comprennent pas toujours. Au fond ce sont de gentils gangsters", remarque Basil. A noter que le Genevois rentre de Cannes où il a été sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs.

Films à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 29 mai.

22:30 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Merci pour cet article fort intéressant.

Écrit par : generique | 29/05/2013

Un film vraiment poignant que je recommande

Écrit par : avena sari | 01/04/2015

Les commentaires sont fermés.