Google Analytics

Cinéma: "Le mur invisible", folle histoire d'un Robinson féminin

Imprimer

DieWand_014[1].jpgInvitée à passer quelques jours à l’écart de la société dans un chalet isolé des Alpes autrichiennes, une femme est laissée seule par ses hôtes qui sont allés se promener. Ne les voyant pas revenir la nuit passée, elle décide de partir à leur recherche. Mais sur le chemin du village elle se heurte à une mystérieuse barrière invisible qui la sépare brutalement du reste du monde.

Au delà, les choses et les gens semblent pétrifiés, tel ce vieux couple figé dans la mort. Après plusieurs vaines tentatives de traverser le mur, la femme doit se résoudre à accepter son enfermement. Et tel un Robinson féminin, organise sa survie dans un micro-univers en compagnie de quelques animaux, un chien, deux chats, une vache et son petit.

Le mur invisible est le premier long-métrage de cinéma de Julian Roman Pölsler après une longue carrière à la télévision. Et pour ses débuts sur grand écran il n’a pas choisi la facilité en adaptant le best-seller de l’Autrichienne Marlen Haushofer. Se livrant à une réflexion passionnante sur l’humanité, sur fond métaphorique de catastrophe planétaire, il propose un film radical en forme de fable fantastique.

Présentant quelques points communs avec le cultissime  Into The Wild de Sean Penn, le film est porté de bout en bout par la remarquable Martina Gedeck (photo), qui avait beaucoup séduit dans La vie des autres. Elle est impressionnante de calme et de maîtrise dans ce rôle de guerrière livrant un combat quotidien et épuisant contre la nature et ses éléments.

Mamà donne dans l'épouvante grand public

680x478[1].jpgDeux gamines, Victoria et Lilly, ont disparu dans la forêt à la suite d’un terrible drame familial. Alors que Lucas est à la recherche de ses nièces depuis cinq ans, elles sont retrouvées, réduites à l’état sauvage, dans une cabane abandonnée.

Espérant les voir se remettre rapidement du cauchemar vécu,  Lucas les recueille chez lui. Son amie Annabel, bassiste dans un groupe de rock, pas trop à l’aise avec les enfants, n’est pas spécialement ravie de leur arrivée. Elle accepte toutefois de s’en occuper et fait de son mieux en dépit de son inexpérience. Mais comment les fillettes vont-elles réagir après tout ce temps et de quoi sont-elles capables? C’est alors que l’histoire bascule en principe dans l’horreur avec apparition de la mystérieuse Mama… 

Mamà d’Andrés Muschietti, extrapolation d’une vidéo de trois minutes qui avait séduit Guillermo del Toro au point de produire le long-métrage, promettait beaucoup. D’autant que l’essentiel du flim est porté par l’excellente Jessica Chastain, incontestable étoile montante à Hollywood, récemment vue dans Zero Dark Thirty ou Take Shelter. Elle sait tout faire y compris se transformer physiquement. C'est tout justed'ailleurs si on la reconnaît en brune aux cheveux courts, au premier regard. Dommage en revanche que son partenaire, le beau Nicolaj Coster-Waldau, passe la moitié du film à l’hôpital…

Mais ce n’est pas le seul défaut de l'opus qui, après un début sur les chapeaux de roue, peine à convaincre. En dépit de quelques moments de tension, le scénario comporte des trous béants et la situation n’évolue pas, le réalisateur se contentant souvent de multiplier des scènes d’épouvante répétitives pour se diriger lentement vers un final plus fantastique et mélodramatique qu’effrayant. De quoi ne pas trop horrifier le grand public, mais sans doute décevoir les amateurs purs et durs du genre.

Films à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 15 mars.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.