Google Analytics

25/04/2013

Cinéma: Avec "11.6", François Cluzet se glisse dans la peau du convoyeur le plus célèbre de France

667893-francois-cluzet-identifie-solitaire-tony[1].jpgConvoyeur de fonds à Lyon depuis dix ans, Toni Musulin arrive chaque jour à vélo au boulot. Avare, secret, il ne dépense presque rien, ne dit presque rien. Mais à l’intérieur, ça bouillonne. Un jour, amoureux des belles bagnoles, ce taiseux s’achète une Ferrari dans une vente aux enchères. Et puis, le 5 novembre 2009, à 10 heures du matin, alors qu’il vient de parquer son fourgon blindé, il presse doucement l’accélérateur et repart dans l’autre sens.  A l’arrière il y a des sacs contenant 11,6 millions d’euros…

11.6, c’est aussi le titre du film mettant en scène l’étrange aventure de ce braqueur énigmatique surnommé Robin des Bois par les internautes, qui a concocté ce casse énorme et sans violence à la Spaggiari. Pour se venger d’être né du mauvais côté, prendre sa revanche sur une société qui le méprise, sur ses supérieurs hiérarchiques à qui il voue une haine aussi sourde que tenace. 
 
Onze jours plus tard il se rendra à la police de Monaco. L’histoire veut que ce soit à 11h06… A l’exception de 2,5 millions d’euros toujours dans la nature, le reste de la somme est retrouvé dans un garage qu’il avait loué. Mais les billets manquants n’ont pas piqué la curiosité de Philippe Godeau. Ce qui l’a bien davantage intéressé dans cette affaire qui conserve ses zones d'ombre, c’était la personnalité du convoyeur le plus célèbre de France, actuellement détenu à la prison de Corbas, près de Lyon. 

Un rôle sur mesure pour François Cluzet qui porte le film sur ses épaules. Il n’incarne pas seulement, il  est ce personnage solitaire, mutique, apparemment impassible, mais que l’on sent constamment sur le point d’exploser. Le comédien est entouré d’autres bons acteurs comme Corinne Masiero ou Bouli  Lanners, qui contribuent à ancrer le film dans la réalité quotidienne d’un milieu peu glamour, mais très crédible.  

86026_t6[1].jpg"Ce qui m’a donné envie de faire ce film c’était d’essayer de comprendre et de montrer la motivation de cet homme. Non pas d’expliquer mais de faire ressentir comment il en est arrivé là. Son sentiment d'être exploité et de retrouver en somme sa dignité à travers un acte fou en forme de bras d’honneur à l’intention de ses patrons", raconte le réalisateur de passage à Genève. "Et puis je trouvais également passionnant le fait qu'il ne soit pas parti avec l’argent. Pour moi ce n’est pas un gangster. C’est un résistant, plein de défauts certes, mais un rebelle cherchant à se relever". 

Comment vous y êtes-vous pris pour remonter son parcours?

Avant d’écrire, je suis allé avec le scénariste à Lyon pour recueillir des témoignages. Nous avons rencontré les policiers qui l’ont arrêté, son avocat avec qui il est en contact permanent et des gens avec qui il travaillait.

-Quelles ont été leurs réactions?

-Ils étaient tassez traumatisés. D’un côté ils étaient plutôt fiers de Musulin, de l’autre assez détruits par cette histoire. Certains ont été soupçonnés, interrogés. L’un d’eux a été licencié

-Vous retrouvez François Cluzet après votre collaboration dans Le dernier pour la route. J’imagine que pour vous c’était un choix évident.

-Oui, dans la mesure où dès la fin du tournage, nous avions décidé de refaire un film ensemble. 

-François Cluzet est parfait de sobriété, d'économie de gestes, de mots. De quelle manière s est-il préparé?

-Un rôle de ce genre se travaille beaucoup en amont. Par exemple sur le plan physique. il a fait pas mal de musculation, car Musulin est costaud. Je lui ai également présenté des proches de Musulin. Il est évidemment aussi allé puiser chez lui des choses plus personnelles. Et puis ça a l’air bête dire ça, mais on a pris grand soin de ses vêtements, de choisir le bon blouson, les bonnes chaussures.

-Toni Musulin est toujours incarcéré. L’avez-vous rencontré ? 

 -Non, j’aurais voulu mais il est en isolement et refuse les visites. J’ai acheté les droits du livre où il témoigne. Je ne le regrette pas car je tenais à garder du mystère et cela m’aurait peut-être  bloqué dans mon imaginaire. J’ai besoin d’être près de la réalité dans mes films, mais cela reste des fictions.

-Et lui avez-vous montré 11.6 ?

-Pas encore. J’aurais souhaité qu’il le voie avant tout le monde mais cela n’a pas été possible.

Nouveau film à l’affiche dans les salles romandes.

18:31 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Un regard un peu critique sur ce film aurait été plus crédible. Dire que Cluzet le porte sur ses épaules est un euphémisme, tant la mise en scène manque de rythme et nous prouve, s'il fallait encore, que le cinéma français n'est généralement pas à la hauteur dès qu'il s'agit d'illustrer les histoires de bas fonds (ce que d'autres ont fait avec génie dans des films tels Qu'il était une fois en Amérique ou, plus récemment, avec Heat). L'intrigue derrière l'histoire de Toni Musulin avait pourtant de quoi créer un film réussi, quitte à rajouter quelques éléments s'éloignant de la trame de base. A éviter.

Écrit par : Warren | 26/04/2013

Les commentaires sont fermés.