Google Analytics

07/02/2013

Cinéma: "Hitchcock", "Main dans la main", "Amitiés sincères", "Arbitrage", "Gangster Squad"

hitchcock-hopkins[1].jpgSi la quantité est au rendez-vous, la qualité laisse à désirer dans les sorties de la semaine qui font une large place à la comédie, en majorité française. Mais commençons par un ersatz de biographie du grand Hitchcock, son auteur Sacha Gervasi se penchant plus particulièrement sur la relation d’Alfred  avec sa femme Alma  Reville, la plus fidèle de ses collaboratrices et son principal soutien.

En l’occurrence dans son projet, rejeté par son entourage,  d'évoquer un tueur en série. Mais au risque de tout perdre, le couple tient bon pour mener à terme le célébrissime et controversé Psychose. Anthony Hopkins, qui  donne la réplique à Helen Mirren, tente l’audacieux pari d’incarner l’ineffable Hitch. Mais le comédien en fait des tonnes dans sa volonté d’imitation assumée, mais si appliquée qu’elle vire à la caricature. 

Les spécialistes du maître du suspense ont par ailleurs tendance à s’étrangler devant l’inutilité, voire la trivialité d’une histoire visant à réduire le mythe au commun des mortels. Mais tout n’est pas à jeter dans cette adaptation certes sans génie mais plutôt amusante du livre Alfred Hitchcock And The Making Of Psycho.

Main dans la main pour un coup de foudre peu banal

main-dans-la-main[1].jpgLorsque la directrice de l’école de danse  de l’Opéra Garnier Hélène Marchal et le miroitier de province Joachim Fox se rencontrent, c’est plus que le coup de foudre. Ils sont  carrément aimantés l’un par l’autre. Au point qu’ils ne peuvent plus se séparer, liés par une force qui les dépasse et les oblige à rester quasiment collés l’un à l’autre, sorte d’automates condamnés à faire les mêmes gestes au même moment.
 
Une idée originale et pour le moins farfelue tout droit sortie de la tête de Valérie Donzelli. Cette fantaisie à la fois absurde et légères donne lieu à certaines scènes loufoques et parfois irrésistibles entre Valérie Lemercier et Joachim Elkaïm, chargés d’interpréter ce couple ultra fusionnel. 

Du moins dans la première partie. Car la grande difficulté, dans ce genre de sujet, c’est de garder la cap et de tenir la distance.  Mais la réalisatrice, qui nous avait beaucoup séduit au long de La guerre est déclarée, son précédent opus, n’évite pas les dérapages, finissant par gâcher ses intentions de départ dans un fade épilogue new-yorkais.

Amitiés sincères et gros mensonges  

amities-sinceres[1].jpgTrois vieux potes, Gérard Lanvin, Jean-Hugues Anglade et Vladimir Yordanoff, se réunissant une fois par semaine pour une bouffe bien arrosée,voilà qui pouvait tourner à la  redoutable  beaufitude. Contre toute attente, ce n’est pas le cas d' Amitiés sincères, adaptation d’une pièce de théâtre à l’écran par ses auteurs Stéphan Archinard et François Prévost-Leygonie.

Contrairement à ce que son titre suggère, l’intrigue est basée sur le mensonge. Réac et donneur de leçons n'ayant jamais tort, Lanvin ne se rend pas compte qu’on lui cache l’essentiel. Il ne sait pas que Yordanoff est gay et ignore surtout qu’Anglade se tape sa fille. Inutile de préciser que ce fort en gueule va tomber de haut lorsqu’il découvrira la chose.

Une réflexion qui n’est pas à tomber par terre mais se révèle plutôt drôle et touchante sur l’amour, l’amitié, les relations père-fille. De leur côté, les comédiens bien dirigés assurent sans cabontiner,  Lanvin en tête.

On n’en dira pas autant de Tu honoreras ta mère et ta mère, encore une comédie française où Brigitte Roüan fait du n’importe quoi n’importe comment  en Grèce, sur fond de théâtre antique. Dans cette laborieuse farce de patronage, son héroïne Jo réunit, autour du festival qu’elle organise chaque été, ses quatre garçons adultes, leurs compagnes et leur marmaille.

Une bande qui nous vaut des chamailleries, des rires et des larmes tombant aussi à plat que les gags qui émaillent cette agaçante, hystérique et pathétique réunion de famille. Dont les membres squattent de surcroît, situation hautement probable, une belle villa sur les hauteurs de l’île. Sans parler des acteurs en roue libre, de Nicole Garcia  à Eric Caravaca en passant par Gaspard Ulliel. 

Arbitrage pour Richard Gere

arbitrage-gere-still-660[1].jpgSexa sexy, mari  d’une femme magnifique, père d’une fille brillante, Robert Miller, incarnation du rêve américain, règne sur la finance de Big Apple. Mais les apparences sont trompeuses. Manipulateur, jouant dangereusement avec l’argent de ses clients, ce rouage de la machine qui a conduit à la crise de 2008 est sur le point de s’effondrer.

A deux doigts de parvenir à tout vendre pour éviter la découverte de fraudes massives, le magnat provoque un accident qui coûte la vie  à sa belle et jeune maîtresse française. Incapable de faire face, il s’enfuit lâchement. Dès lors, pas facile de s’en sortir sans franchir les limites…

Tenant la forme, Richard Gere incarne aux côtés de Susan Sarandon et Laetitia Casta ce milliardaire douteux qui se croyait invulnérable, dans un thriller signé Nicolas Jarecki. Pas d’une originalité folle mais efficace et rondement mené. Un bémol sur la nature inutilement complexe des magouilles financières.    


Gangster Squad veut sauver L.A. des mafieux

Gangster-Squad1[1].jpgOn se demande quelle mouche a piqué Sean Penn pour aller se ridiculiser en parrain impitoyable de la mafia dans le Los Angeles de la fin des années quarante, avec sous sa coupe hommes politiques et policiers plus corrompus les uns que les autres. Bref tous ont le trouillomètre à zéro, à l’exception d’une petite brigade de durs à cuire, prêts à en découdre avec le redoutable Mickey Cohen et lui bousiller son empire.

Un film noir a priori attirant dans un style rétro façon  Incorruptibles avec gangsters à la gâchette facile, ambiances enfumées de palaces et de casinos où ondulent de fatales créatures…

Mais Ruben Fleischer joue les pâles copieurs, nous soûlant d’interminables fusillades tout en se complaisant dans un étalage de violence. Heureusement  qu’il y a le beau Ryan Rosling et la "glamoureuse" Emma Stone pour nous offrir de brefs instants de douceur et de grâce dans ce monde de brutes…

Films à l’affiche dans les salles romandes mercredi 6 février.

08:07 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.