Google Analytics

06/01/2013

Le tournoi de Doha prend du galon grâce à la victoire de Gasquet!

rg[1].jpgVu comme c’est parti, on n’est pas sorti de l’auberge. Je veux parler du regard extasié que portent les commentateurs français sur leurs champions. Je m’y étais un peu habituée avec le ski où, depuis le début de la saison, c’est du délire à chaque apparition tricolore sur le petit écran. 

Cela continue d’ailleurs, les Bleus ne se révélant pas seulement les plus beaux du circuit course après course, mais ayant techniquement toutes les armes pour faire jeu égal avec leurs adversaires. Ceux-ci possédant de surcroît, de quelque nationalité fussent-ils, quelque chose en eux d’un as hexagonal…

Et les experts de la latte brandissent très haut cette intime conviction, alors qu’à part Alexis Pinturault, on attend encore ses compatriotes sur la plus haute marche du podium. Pour ne rien vous cacher, l’amour indéfectible que les experts français vouent aux leurs m’émeut. Et autant dire que je croyais en avoir entendu pas mal.

Erreur. Ce n’était rien en regard des commentaires enthousiastes générés par la présence hexagonale au tournoi de Doha. Et surtout évidemment par la victoire de Richard Gasquet. Du coup d’ailleurs, l’épreuve prenait du galon. Qualifiée de première compétition majeure de l’année, elle était encore rehaussé par cette  «grande» finale où s’imposait le Biterrois face au Russe Davydenko, qui avait lui-même terrassé l'Espagnol David Ferrer grâce à son jeu exceptionnel.

Certes, je suis très contente pour ce brave Richard. Mais sachons raison garder. En effet, c’est tout juste si on n’était pas en train d’assister à une finale du Grand Chelem croisée avec celle des Masters de Londres. Alors qu’en réalité, l’Exxon Mobile du Qatar, même très richement doté par la vertu pétrolière du coin, n’est qu’un banal ATP 250 de campagne, à l’image de Chennai ou de Brisbane.

Avec donc un plateau correspondant, nettement plus pain et fromage que caviar et champagne. C’est ainsi qu’il réunissait, à part Ferrer et Gasquet 5e et 10e mondiaux, des joueurs classés entre la vingtième et la 150e places. De plus, le moteur de la mobylette espagnole subissant un raté intempestif, il devenait quasi impossible au Français de ne pas empocher le trophée! Moralité, pas vraiment de quoi se pâmer! 

17:28 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Et avec le Russe qui s'est blessé en jouant.

Écrit par : Comisetti | 12/01/2013

Les commentaires sont fermés.