Google Analytics

26/12/2012

Cinéma: Tom Cruise se coule dans la peau de "Jack Reacher"

jack-reacher-tom-cruise1[1].jpgJack Reacher est un fantôme, ex-membre de la police militaire. Un brillant enquêteur, mais aussi un fauteur de troubles qui se fout de la loi et des preuves… Si on se fie à la bande annonce dont ces quelques mots sont tirés,  on se dit que le film est assez prometteur. D’autant que Tom Cruise, le début de cinquantaine alerte, y joue le premier rôle.

Et en effet  les différents éléments se mettent au début en place d’une manière  intéressante. Après avoir passé quelques minutes en compagnie d’un tireur d’élite qui va  abattre cinq personnes au hasard, on passe dans le bureau du procureur. Où Jack Reacher disparu depuis deux ans et qu’on ne trouve que s’il le veut, se présente comme par miracle à la demande du coupable présumé. Dont une enquête rapide conclut à l’innocence…
 
C’est ensuite que les choses se gâtent, ceux qui veulent lui faire porter le chapeau commettant bizarrement maladresses sur maladresses. Quant à Jack Reacher, il se démène pour trouver le véritable assassin au sein d’une intrigue aussi grossière qu’invraisemblable. L’une des séquences la plus saugrenue restant l’instant où il dépose ridiculement son arme pour combattre à mains nues et sous la pluie l’affreux crétin qu’il tenait pourtant au bout de son fusil. Sans oublier qu’il avait en plus une jeune femme à tirer de toute urgence des griffes de l'ennemi!
 
Adapté du roman de Lee Child Folie furieuse, 9e tome des aventures de Jack Reacher, ce retour au film de "vigilante", courant droitier et violent du genre noir qui s’est développé dans les années 70, n’est pour tout dire pas franchement à l’honneur du réalisateur Christopher McQuarrie, scénariste entre autres de l’excellent Usual Suspects. Reste Tom Cruise pour tenter de sauver l'affaire. Sans grand succès... 

Film à l'affiche dans les salles romandes depuis mercredi 26 décembre.

18:14 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Bonjour,

J'apprécie beaucoup le travail de recherche que vous avez effectué pour retrouver les origines de ce film, Jack Reacher.

Cela dit, mon avis sur la qualité du film diffère très intensément du vôtre.

Pour commencer, j'aimerais rappeler que nous parlons bien de cinéma, et qui plus est, de cinéma américain. Lorsqu'il y a un héros dans l'histoire, il est plus qu'évident qu'il va devoir gagner... c'est un film américain, avec un héros américain, projeté hors frontières US, pour donner une image du pays...

Revenons sur l'humour sinistre du film.
Certes, il y a des échanges de dialogue qui sont à proscrire à la population mineure et même aux adolescents. Avec un sadisme et un plaisir manifeste à jouer de la pression psychologique instantanée, les divers protagonistes du film se mettent bien volontiers dans la peau d'un éventuel diable capable d'assassiner le moral de leurs adversaires d'une seule réplique.
Néanmoins, pour le groupe d'adultes avec qui je suis allé voir ce film (et dont je faisais partie), ces dialogues acides ont été la source d'excellentes crises de fou-rires qui se sont répétés bien après la séance de cinéma.
Et cela faisait longtemps que je n'avais pas ri comme cela.

Je défendrai aussi le côté purement machiste du film.. il est vrai que c'est un film plein de testostérones, bien plus adapté à des personnes endurcies par les mauvais côtés de cette existence qu'à celles qui cherchent à répandre paix et amour partout où elles passent. Mais là aussi, j'en fais également partie, ce qui ne m'empêche pas d'aller voir des films comme Expandables et Jack Reacher. Tout en sachant bien faire la part des choses; le films étant l'expression visuelle de fantasmes, à contrario des documentaires et des reportages.

Ceci dit, il y a bel et bien des scènes incohérentes avec la logique, comme la scène de bagarre que vous citiez. Incohérence ? Pas tant que cela... Vous n'avez visiblement pas servi dans des forces armées, pas appris l'esprit de camaraderie face à la mort, ni le respect qui émane entre adversaires d'un niveau technique similaire et hors du commun. Toutes ces choses sont des "affaires d'hommes", lorsqu'il y a des armes ou des combats physiques au menu, mais les femmes ont aussi ce genre d'équivalence de respect lorsqu'elles croisent une rivale potentielle dans le secteur qu'elles dominent habituellement.
C'est sur ce genre de sentiment que ces personnages de films se battent, avec une vague idée d'honneur derrière tout cela.

Vous en avez un autre exemple dans le film Commando, impliquant Arnold Schwarzenegger et diffusé hier soir sur la chaîne DRS Zwei : lorsque John Matrix ( Arnold ) est au point d'être battu par le mercenaire ravisseur de sa fille unique ( Alissa Milano ), il lui propose de régler ça entre hommes, au couteau plutôt qu'au pistolet, alors qu'il est sur le point d'être abattu par le méchant mercenaire.

Jouant sur la corde sensible de la virilité de ce dernier, le mercenaire craque, et après un combat dont l'issue logique aurait dû être la mort d'Arnold, le méchant fini transpercé par... une canalisation arrachée puis lancée par Arnold contre son adversaire.

Ces échanges machistes n'auraient que très rarement leur place dans notre civilisation mondiale actuelle où la plupart des êtres vivants sont capables des pires coups tordus pour vaincre un adversaire plus fort ou plus haut positionné hiérarchiquement que soi. Le sens de l'honneur et celui de la considération pour le courage d'une personne d'un autre statut social que le nôtre sont des notions qui continuent de se perdre irrémédiablement.

Ces scènes de films nous rappellent parfois, lorsqu'elles ne sont pas ridicules à l'excès, qu'il y a des valeurs qui dépassent le simple rapport de force, armé ou non.

Mais vous retrouverez également passablement de films et de séries qui insistent sur ces points, dans une histoire plus féminisée et dont le public sera bien évidemment composé d'une majorité de femmes, pour apprécier lesdites séries.

Je ne critique pas, je laisse à chacun ses mérites... et ses rêves.

Jack Reacher est dans la trempe des films machos, avec une notion toutefois bien plus spirituelle et comique que les combats de boules de muscles habituelles.

En vous souhaitant un excellent début 2013 !

Écrit par : Dan | 30/12/2012

Les commentaires sont fermés.