Google Analytics

17/12/2012

Cinéma: Déborah François, Lucky Luke de la dactylographie dans "Populaire"

20255491.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx[1].jpgJolie blonde au teint transparent, pull rouge et jeans, Déborah François est perchée  sur des  Miu Miu noirs vernis aux talons vertigineux,  dont elle nous montre la totale maîtrise en courant dans les couloirs d’un grand hôtel genevois… Interview.

A 25 ans, la jeune actrice belge, fille d’une assistante sociale et d’un policier, a enchaîné quinze longs métrages depuis  la précieuse carte de visite offerte par les frères Dardenne avec L’enfant, palme d’or à Cannes en  2005. Elle a également obtenu le César du meilleur espoir en 2008 pour Le premier jour du reste de ta vie. Elle vient de terminer Il est parti dimanche de Nicole Garcia, aux côtés de Louise Bourgoin et Pierre Rochefort.

Mais elle est surtout l’ irrésistible héroïne de Populaire, le premier film de Régis Roinsard se déroulant au printemps 1958. Elle incarne Rose Pamphyle, une  jeune villageoise qui refuse une vie rangée de femme au foyer docile et débarque à Lisieux où le séduisant  Louis Echard, 36 ans (Romain Duris), cherche une secrétaire.  Rose foire complètement son entretien d’embauche mais il se trouve qu’elle tape à la machine plus vite que son ombre.

Face à ce Lucky Luke de la dactylographie,  Louis flaire la bonne affaiere. Il lui propose le poste, se muant en coach implacable pour faire d’elle la fille la plus rapide du pays, sinon du monde. En effet, des concours sont  organisés dans toute la France et  la meilleure participe à New York à  un championnat de la spécialité, qui s’apparente  carrément à un sport.

Régis Roinsard  livre une  comédie aussi charmante que pétillante où, dans une reconstitution brillante et fantasmée des années cinquante, il joue la carte de l’émancipation féminin e. Avec  une Rose audacieuse qui ne se laisse pas marcher sur les pieds par  son patron à la fois arrogant, séduisant et grognon.

20255494.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx[1].jpg -Déborah, vous avez été choisie parmi 150 candidates. Qu’est-ce qui vous a attirée dans ce personnage ?

-Son  insolence, a priori  insoupçonnable, son côté rebelle, irrévérencieux, sa spontanéité, sa maladresse, et bien sûr son côté féministe qui s’ignore, très moderne pour l’époque. Etre secrétaire alors c’était à la mode. Comme être hôtesse de l’air.  

-Rose Pamphyle est dans le refus mais pas dans la revendication

-En effet, c’est  ce qui m’a plu. Elle ne théorise pas, elle y va. C’est une pionnière, une précurseuse.

 -Comment se prépare-t-on pour un tel rôle ?

-On travaille beaucoup. Pour être crédible, je me suis exercée deux heures par jour pendant sept mois. Plus du piano. C’était très sportif. D’ailleurs Régis Roinsard nous filme comme des boxeurs sur un ring. Il a fait beaucoup d e compétition, notamment de tennis.

-En parlant de tennis, ces concours ressemblaient à un Grand Chelem, avec quatre tours, puis quarts de finale demi-finale et enfin finale

-C’est vrai. J’ai d’ailleurs failli rencontrer Kim Clijsters, pour qu’elle me donne des conseils. Mais cela n’a finalement pas pu se faire.

 -Vous aimez le sport ?

-Je ne pratique pas. En revanche j’adore  regarder. Par  exemple j’aii suivi les jex Olympiques de Londres de A à Z. Scotchée devant ma télé.

-Comment vous êtes-vous entendue avec Romain Duris ? Il a la a réputation de faire craquer les filles.

-C’est certes un beau garçon mais il y a longtemps qu’il s’est rangé. Il est très gentil, c’est un grand bosseur, il aime essayer des choses, cherche la meilleure version. Il s’est beaucoup impliqué dans le film, au point de travailler avec un entraîneur.

-Vous êtes paraît-il tentée par le film d‘action. Par exemple Vous vous verriez bien accrochée à un hélicoptère

-C’est ce qu’il y a de bien dans le cinéma. C’est pouvoir un peu tout faire. Oui j’aimerais bien quelque chose de physique  comme Lara Croft. J’aime tout ce qu’elle fait. Se jeter dans le vide, tirer, marcher sur des cordes. Je voudrais apprendre à me battre, être une petite Rambette. Le turban me va très bien.

Film à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 19 décembre.

 

 

08:09 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.