Google Analytics

31/10/2012

Djokovic, un futur numéro un d'opérette!

906224-15110519-640-360[1].jpgC’était dans la poche, gravé dans le marbre pour les experts. Etant donné son immense talent, l’impérial Djokovic n’avait même qu’à jouer une main attachée dans le dos pour gagner Bercy les doigts dans le nez et dominer à nouveau orgueilleusement le tennis mondial. Renvoyant à ses études ce pauvre Rodgeur, qui n’avait pas réussi à s’imposer une sixième fois en finale à Bâle, pour cause de Del Potro super motivé.

Pourtant c’était bien parti pour Nole opposé au relativement modeste Sam Querrey. Un euphémisme, vu que l’Américain se prenait une roue de vélo dans les gencives en vingt minutes au premier set. On l’imaginait dès lors sonné pour le compte, d’autant que le vampire de Belgrade enfonçait le clou, faisant immédiatement et assez logiquement le break contre le 23e, à l’entame de la deuxième manche.

Mais rien ne s’est ensuite déroulé comme prévu. Au grand dam de son clan, qui perdait minute après minute de son habituelle et insupportable superbe, en regardant son poulain lâcher misérablement son tennis au fil des jeux. Finissant par s’incliner face au Yankee survolté.

Une catatrophe pour Bercy qui, déjà maudit avec les forfaits de Federer et Nadal, paumant de surcroît  Gasquet, fait encore plus grise mine que les fans de Dracula. A l’inverse, il y en a un qui doit rire sous cape, c’est Notre Guillaume Tell de la raquette, vilipendé pour sa performance moyenne aux Swiss Indoors, à commencer par moi d’ailleurs. En même temps, regrette-t-il peut-être de ne pas avoir tenté un petit galop d’entraînement à Paris, histoire de perdre le moins de points possibles.

Evidemment, il y en aura toujours pour prétendre que Novak était mal fichu. Ou encore, qu’ assuré de terminer la saison sur le trône, il ne voulait pas prendre le moindre risque. Vu son début fulgurant, il est permis d’en douter. Une certitude en revanche: après cette cuisante défaite, le malheureux Serbe a pour l’instant tout d’un futur numéro un d’opérette! Sa Grâce, elle, avait eu l'élégance de remporter une septième fois Wimbledon pour lui piquer sa place...

18:19 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

30/10/2012

Sorties cinéma: Sandrine Bonnaire invite William Hurt dans "J'enrage de son absence"

jenrage_de_son_absence_1_recadre[1].jpgSandrine Bonnaire, après un documentaire sur sa sœur autiste et un film court est passée derrière la caméra pour son premier long métrage de fiction. J’enrage de son absence est inspiré d’un vécu personnel, évoquant un homme lié à sa mère, qu’elle a connu dans son enfance avant qu’il disparaisse et qu’elle le recroise par hasard à 20 ans.

Là on assiste au retour des Etats-Unis, pour régler la succession de son père qui vient de mourir, de Jacques, ancien compagnon de Mado. Il resurgit ainsi après dix ans d’une absence due à la perte tragique d’un enfant. Mais alors qu’il paraît incapable de refaire sa vie, il n’en est pas de même pour Mado, mariée et mère d’un garçon de sept ans, Paul.

Jacques est sous le choc lorsqu’il le rencontre. En même temps, naît une complicité si étrange entre eux que Mado, perturbée, interdit à son fils de revoir Jacques. C’est compter sans la détermination de ce dernier. A l’insu des parents, il invente un stratagème pour rester en contact avec le gamin qui, à l’évidence, comble un vide chez lui. 

Le malaise ne tarde toutefois pas à s’installer dans ce thriller romanesque. Une angoisse amplifiée par l’attitude trouble, inquiétante, l’attirance folle et soudaine de cet homme en douloureuse quête de paternité. Mais si Sandrine Bonnaire s’en tire honorablement, on est pourtant davantage séduit par les comédiens que par le film. Principalement en raison du côté trop improbable de l’intrigue, peinant un peu entre le suspense et un brin de fantastique. 

La réalisatrice en herbe a fait appel à son ex-mari William Hurt, qui se montre convaincant dans le rôle de Jacques, à l’image de Jalil Mehenni dans celui de Paul et d’Alexandra Lamy dans celui de la mère.

Walk Away Renee

1689389_3_d036_une-scene-du-film-documentaire-franco-americain_699dc43b06558405be012d3086a8ca22[1].jpgDepuis l’âge de neuf ans, Jonathan Caouette se filme ainsi que sa famille, la caméra faisant en quelque sorte office de thérapie. Cela n’a rien de très étonnant pour ce garçon trimballé deça et delà dans son enfance et son adolescence. Notamment élevé par ses grands parents, il était maltraité dans des familles d’accueil, où il était placé en raison des troubles mentaux de sa mère Renee Leblanc, qui a passé une grande partie de son existence dans des hôpitaux psychiatriques.

Après Tarnation en 2004 où il utilisait son impressionnante collection d’images pour se raconter, il livre en quelque sorte une suite avec Walk Away Renee, récit autobiographique en forme de road movie, où le fils et la mère, jouant les premiers rôles se déplacent dans une grande camionnette de déménagement. Avec un gros problème à régler, le remplacement des médicaments égarés par Renee et qu’aucun médecin n'accepte de prescrire sans hospitaliser la malade.

Au long de ce périple où on navigue entre présent et passé, on est saisi par l'amour et la tendresse indéfectibles que voue le fils à sa mère (photo). D’une infinie patience, toujours à l’écoute, admiratif, respectueux, il n’est jamais rebuté par les crises violentes et les sautes d’humeur de cette schizophrène, parfois très méchante à l’égard de celui qui a en plus englouti ses économies pour l’aider et la protéger.
 
Un film sur lequel plane l’ombre de Gus Van Sant, a priori destiné aux cinéphiles purs et durs par son côté arty. Mais pas seulement. Rien de plus trivial par exemple que la pose d’un dentier… Raison pour laquelle Caouette fascine à coups d’images époustouflantes et bouleverse en recréant sa réalité, tout en imaginant l’univers spécial où sa mère évolue.

Films à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 31 octobre. 

15:31 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Sortie cinéma: James Bond, la résurrection dans "Skyfall"

20264212.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx[1].jpgPour ses cinquante ans à l’écran, une chose est sûre. Si le dernier James Bond se plantait au box office, ce qui ne sera en principe pas le cas vu qu’il a déjà établi un record en Grande-Bretagne pour son premier week-end d’exploitation, il pourra au moins se targuer d’un tabac chez les critiques. A quelques exceptions près, on a rarement vu un tel engouement pour un film grand public. Au point qu’il passe souvent pour le meilleur de la célèbre saga.
 
Alors certes cette 23e aventure un rien crépusculaire du plus fameux agent de Sa Majesté britannique, signé Sam Mendes, est plutôt pas mal. L’auteur d'’American Beauty et du récent Noces rebelles, nous propose un Daniel Craig vieilli, à la barbe de trois jours, cabossé par la vie mais toujours aussi costaud et avide d’en découdre, face à un inattendu Javier Bardem dans le rôle du méchant. 

Il y a une bonne mise en scène, de belles images, de l’action, quelques cascades vertigineuses, un brin d’humour, un mélange entre high tech et archaïsme, sans oublier la chanson d’Adele pour enrober l’affaire. En gros des moments qui décoiffent. Mais d’ici à délirer et à en faire un chef d’œuvre…

Revenons au pitch. Echouant dans sa tentative de reprendre des mains d’un mystérieux individu, doté de capacités exceptionnelles, une liste informatique contenant les coordonnées secrètes des principaux agents britanniques disséminés dans le monde (on voit le désastre planétaire), 007 est abattu. Et sombre dans des eaux tumultueuses après une folle course poursuite dans les rues d’Istanbul et sur les toits de son bazar.

Un vilain d’opérette doublé d’un bouffon psychopathe

Mais cette mort précoce n’est qu’illusion. Tel Moïse sauvé de l’onde, voici le grand James ressuscité pour accomplir sa mission, consistant notamment à tirer M des griffes d’un hacker surdoué (pour le côté moderne de l’intrigue). Ce vilain d’opérette inverti à la moumoute peroxydée est doublé d’un bouffon psychopathe, façon Joker dans Batman mais en moins bien. C’est l’un des points faibles  de l’histoire, Javier Bardem déjà en mode hystérique au départ en rajoutant des tonnes au long de l’opus.

L’affrontement impitoyable entre les deux garçons (des "rats survivants") vire carrément à la psychanalyse sur les envies de meurtre de la mère par le fils rejeté et jaloux du préféré… Le tout se jouant lors d’une laborieuse et interminable partie finale dans l’écossais manoir ancestral de l’agent revenu, accompagné de M (alias Judi Dench qui ne survivra pas à l’aventure), aux sources de son enfance. Du coup cela nous vaut nombre d’observations de café du commerce, aussi fumeuses qu’absconses, de la part des Dr Freud de la pellicule qui s’en donnent à cœur joie.

Portion congrue laissée aux femmes

A noter enfin le côté macho de Skyfall, si on en juge par la portion nettement plus congrue que dans les autres épisodes, laissée aux femmes, dont l’Hexagonale Bérénice Marlohe. Qui  nous fait deux trois petites scènes et puis sen va. Cela n’empêche pas les Français d’éclater de fierté à l’idée de cette nouvelle Bond girl tricolore plus ou moins surgie du néant, après Claudine Auger, Carole Bouquet, Sophie Marceau et Eva Green. Il est vrai qu’elle a damé le pion à 3000 candidates.

Comment ce physique de guêpe et cette aura vénéneuse a-t-il pu laisser la France de glace? se demande d'ailleurs Paris-Match. Reste à savoir si avoir embrassé Daniel Craig avant de se faire descendre par Javier Bardem, permettra désormais à Bérénice de décrocher des premiers rôles.

Film à l’affiche dans les salles romandes depuis samedi 27 octobre. 

12:33 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

28/10/2012

Après Wawrinka, Federer fait aussi sa boulette à Bâle

473699_l-argentin-juan-martin-del-potro-apres-sa-victoire-contre-roger-federer-en-finale-du-tournoi-de-bale-le-28-octobre-2012-a-bale[1].jpgJe me demande si Federer, se déclarant excité comme une puce à l’idée de retrouver Del Potro en finale des Swiss Indoors, l’était autant après sa défaite… Reste que ça me mine un chouïa le moral, quand je pense que Djokovic n’avait qu’à attendre dans son fauteuil que Rodgeur se plante pour lui faciliter encore davantage l’accession à ce trône qu’il va impitoyablement piquer au phénix après Bercy, voire d’ailleurs officieusement pendant.

Cela dit, il faut bien reconnaître que la boulette du king à Bâle était aussi attendue que celle de Wawrinka. Toutes proportions gardées évidemment, Rodgeur étant quand même très au-dessus de Stan la lose.

En cause des performances rhénanes très moyennes. Je veux parler de son premier set contre Becker, de sa victoire in extremis en trois sets contre Bellucci et de celle, peu convaincante, contre Mathieu. Il était donc illusoire de nourrir de gros espoirs de voir Rodgeur ajouter un nouveau chapitre à sa légende. Surtout face à un Del Potro qui, lui, avait au contraire enclenché la surmultipliée dès son entrée dans le tournoi.  

Et cela n’a pas changé face au maestro dont il s’est emparé de la baguette tambour battant pour diriger sa propre partition. Il n’y avait que le folklorique tandem Dupuis-Rosset, toujours aussi diarrhéique dans l’analyse lancinante des prestations de chaque joueur, pour en douter. 

C’est ainsi que mettant une grosse pièce sur le Suisse au troisième set, le grand blond nous racontait à l’envi que si Del Potro voulait atteindre le niveau des Federer, Djokovic, Nadal ou Murray, il fallait qu’il améliore considérablement son jeu de défense, ses petits pas, ses déplacements vers l'avant, ses volées au filet et j’en oublie...

De son côté la perruche trépignait, ne cessant de nous répéter qu’il y avait un coup à jouer pour Sa Grâce à chaque point laborieusement grappillé sur le service de l’Argentin. Lequel ne s’obstinait pas moins à l’en empêcher, tissant sa toile avec autant de talent que de patience et de ténacité. D'où le résultat déprimant que l’on sait, la mouche helvétique se laissant inéluctablement prendre au piège.

Il y a néanmoins des remarques qui me font abonder dans le sens de nos commentateurs fous. Quand ils nous affirment par exemple que Federer et Del Potro sont de grands champions qui n’ont pas la grosse tête, alors que des seconds couteaux se la jouent super star. Dans leur domaine, ils savent de quoi ils causent nos rigolos…

L’autre point sur lequel je suis complètement d’accord avec l’ex-tennisman genevois, c’est quand il nous avoue ne pas trop entretenir sa condition physique. Il suffisait en effet de l’entendre souffler comme un phoque dans le micro lorsqu’il consentait à se taire pour s’en convaincre… 

PS.-Sans surprise, Serena  Williams a balayé Maria Sharapova en finale des Masters féminins d’Istanbul. Il faut dire qu’affronter une joueuse qui cumule tous les meilleurs coups de ses rivales les plus douées, sans oublier une impérieuse rage de vaincre, ce n’est pas de la tarte. De quoi en remontrer aux cadors masculins!

18:44 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

23/10/2012

Wawrinka à Bâle: chronique d'une boulette annoncée

Des trois Helvètes en lice ces deux premiers jours aux Swiss Indoors de Bâle, le seul qui n’ait pas passé la rampe, c’est …  Wawrinka. Rien de surprenant tant c’était chronique d’une défaite annoncée contre Davydenko. L’ennui, c’est qu’il a fallu subir les commentaires du bassinant duo Dupuis-Rosset, plus infernal que jamais. 

Les choses ont commencé avec le fait qu’on ne savait pas très bien où en était le Russe, poussant notre avisé tandem à miser avec une quasi certitude sur une grosse fatigue dans la mesure où il avait jeté l’éponge dans ses derniers tournois.

Et ce n’est rien de dire qu’ils furent confortés dans leur savante analyse de la condition physique du Poutine des courts après les deux premiers jeux miraculeusement remportés par le Vaudois. Ce fut hélas l'unique moment propre à espérer un éventuel succès du pauvre Stanislas, non seulement rattrapé illico, mais allègrement dépassé pour être par la suite constamment à la remorque du fougueux Slave qui l’a impitoyablememt achevé en deux tie-breaks dévastateurs.

La paire dantesque en étant pour ses frais concernant une très aléatoire baisse de régime du redoutable Nikolay, dont elle ne manquait pas de moquer à l’occasion les piètres amorties ou autres volées laborieuses, elle s’est alors jetée sur son palmarès à chaque coup gagnant. Rappelant les 21 titres récoltés dont trois en Master Series par ce tennisman d’exception. Sans oublier sa victoire et son statut de finaliste en Coupe Davis.

Et c’est ainsi qu’après avoir abandonné définitivement leurs illusions de voir un autre visage de Wawrinka, ingénument qualifié de trop gourmand alors qu’il jouait simplement comme un pied, les comiques de la télé ravalaient courageusement leur chagrin en affirmant qu’il n’y avait en somme rien d’humiliant pour leur poulain à perdre contre celui qui fut quand même troisième mondial. En 2006, vous imaginez le danger…

Remarquez, je me demande encore pourquoi je m’étonne de telles sornettes, après avoir entendu la veille la perruche se pamer parce que Federer, mené 2-3 pour cause de break, s’est retrouvé tout soudain à 4-3 face à l’Allemand Becker. Fabuleuse remontée de la légende contre le 83e du classement, non ?

22:53 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Sorties cinéma: "Amour", la Palme d'or de Michael Haneke

20272262.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx[1].jpgDès sa projection à mi-parcours du festival à Cannes en mai dernier, l’accueil enthousiaste réservé au film en faisait le grand favori pour la Palme d’or. Quelques jours plus tard son auteur Michael Haneke obtenait logiquement, après celle reçue en 2009 avec Le ruban blanc, la récompense suprême pour Amour.

Une grande œuvre superbement réalisée et dialoguée, mais au sujet qui n’a apparemment rien pour séduire. Voire tabou dans nos sociétés qui préfèrent cacher ces choses. Le film ouvre avec une scène où des pompiers enfoncent la porte d’un appartement parisien cossu. Dans une chambre ils découvrent une vieille dame allongée sur son lit, morte, des pétales de fleurs disposés autour de sa tête. Sur fond noir, le mot  "Amour", révélateur…

Flash back pour une action qui va alors se dérouler entièrement dans cet appartement. Entre moments cauchemardesque, sublimes, romanesques, poétiques, fous, le réalisateur livre un huis-clos dramatique, s’attachant  à montrer, alors que la faucheuse rôde, un amour qui s’achève et la manière de gérer une souffrance liée à la perte d’un être adoré. 

A l'épreuve de la maladie

Là, il s’agit d’Anne et Georges, deux beaux octogénaires élégants et cultivés laissant oublier l’outrage des ans. Fins lettrés et anciens professeurs de musique, ils lisent en écoutant Schubert entre les visites d’un jeune concertiste ou de leur fille. Mais la vie du couple, dont l’amour indéfectible nous est révélé par des paroles, des gestes et des regards d’une infinie tendresse, est soudain ébranlé par les ravages de la maladie.

Victime d’une attaque cérébrale, Anne se retrouve à moitié paralysée à la suite de l’opération. Et cette belle femme fière et forte voit sa santé se dégrader de jour en jour, son pauvre  corps perclus la lâcher, jusqu’à devenir aussi dépendante de Georges qu’une enfant qu’on doit nourrir, laver, changer.

Une déchéance terrible et des conditions humiliantes dont le réalisateur ne cache rien pour montrer que l’amour absolu consiste à accepter l'nacceptable, tout en filmant avec une grande pudeur cette lente et douloureuse progression vers un dénouement inéluctable.

Outre à son égérie Isabelle Huppert dans le rôle secondaire de la fille du couple, Michael Haneke a fait appel à deux de ses idoles. Emmanuelle Riva, inoubliable héroïne d'’Hiroshima mon amour et Jean-Louis Trintignant qu’on ne présente plus (photo). Tous deux jouent magistralement les personnages d'Anne et de Georges dans cet opus tragique, bouleversant, éprouvant, simple, juste. Et à la portée universelle dans la mesure où il nous place dans une situation à laquelle nous sommes tous confrontés à un moment de notre vie.

Lors de la conférence de presse Emmanuelle Riva, balayant le côté dégradant de l’état physique dans lequel elle devait se trouver, avouait que se mettre à la place d’Anne avait  été un bonheur exceptionnel, presque voluptueux. Quant à Jean-Louis Trintignant, se déclarant incapable de résister au cinéaste autrichien, il a laissé entendre que ce serait son dernier film. Sa magnifique prestation n’en est que plus précieuse.

   
Au galop, un film qui se traîne

still2[1].jpgAlors que son père vient de mourir, un écrivain séduit une femme sur le point de se marier, voit sa mère perdre progressivement la mémoire et sa fille connaître ses premiers émois amoureux. Une chronique familiale que l’on doit à l’acteur Louis-Do de Lancquesaing (Le père de mes enfants, Polisse), passé pour la première fois derrière la caméra.


En dépit d'un contexte parfois assez finement analysé comme ces scènes où une femme hésite entre un nouvel amour et la crainte de faire du mal à un compagnon bien sous tous rapports, le sujet est banal, le ton et les dialogues affectés, le traitement souvent complaisant. De plus l’intrigue se traîne. Un comble pour un film qui s’appelle Au galop!

Restent les acteurs qui font le travail, sans plus. A l’image d’Alice, la fille de Louis-Do, de Valentina Cervi (photo), de Marthe Keller, émouvante en mère fantasque souffrant d’un début d’Alzheimer, mais qui nous rejoue du coup un peu trop celle de Fragile de Laurent Nègre. De son côté Xavier Beauvois a du mal à convaincre, tandis que Louis-Do de Lecquesaing ne cesse de vouloir nous persuader qu’il est un super beau mec… 


Modest Reception dénonce l'argent qui corrompt

still4[1].jpgLeyla et Kaveh (le bras dans le plâtre) forment un couple bizarre à l’air plutôt aisé venu de Téhéran.  Peut-être mari et femme, peut-être frère et sœur, ils parcourent les montagnes kurdes en voiture, le coffre bourré de sacs de billets de banque qu’ils sont censés distribuer par on ne sait qui aux gens qu’ils rencontrent au hasard de leur étrange voyage dans cette région bombardée.

De quoi se demander à quel jeu, éventuellement pervers, ils jouent entre aumône, honneur, pari et tentation. Reste que tous deux se heurtent à la méfiance, voire à la forte réticence des bénéficiaires qui, pourtant très pauvres, vont jusqu’à refuser fièrement cette manne suspecte. Provoquant des colères feintes ou amusées des curieux bienfaiteurs, exigeant de surcroît que chaque donation soit filmée.

Avec cette comédie burlesque, le réalisateur Mani Haghighi, interprète de  Kaveh aux côtés de Taraneh Aligoosti (Leyla), livre un constat ironique de la société iranienne, doublé d’une parabole se voulant originale sur l’argent qui corrompt l’homme. On regrettera toutefois des longueurs et outrances pénibles. Telle la monstre et interminable engueulade du début entre les deux protagonistes.


Films à L’affiche dans les salles romandes dès le mercredi 24 octobre.

17:23 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

10/10/2012

Et si Wawrinka contribuait à détrôner la légende?

8485396,300[1].jpgCe n’est un secret pour personne,la légende de la raquette n’a qu’une chance infime de terminer l’année numéro un mondial. Et quand je dis infime, c’est juste pour cultiver l'espoir fou de voir Rodgeur conserver sa couronne. Il suffit de penser à ses 3000 points à défendre contre les petits 560 de Djokovic pour se convaincre de la difficulté de l'entreprise. D’autant que le redoutable Serbe vient de réduire son retard sur l'Helvète en remportant le tournoi de Pékin dimanche dernier.

Haut la main de surcroît. Car le vampire de Belgrade, toutes dents dehors, a recommencé  à saigner impitoyablement ses adversaires à blanc, comme en 2011, après ses errements olympiques et sa défaite à l’US Open contre un Murray la belette encore survolté par sa médaille d’or.

En d’autres termes la belle aventure de Federer commencée en fin de saison dernière pourrait même déjà s’achever au Masters de Shanghai. Il suffira pour cela que Dracula rafle le titre et que de son côté le king n’atteigne pas les quarts de finale. Une infamie.

Mais le pire dans l’histoire c’est de songer à celui qui serait responsable de ce coup de pied de l’âne. Stanislas Wawrinka en personne, qui s’est également qualifié pour le troisième tour et va du coup affronter Sa Grâce. Cela doit certes donner quelques boutons supplémentaires au Vaudois à l’idée de devoir vaincre ce satané signe indien. Mais sait-on jamais. Surtout à en juger par le laborieux deuxième set du Bâlois contre le Taïwanais Lu.  

Alors ce serait déjà assez moche de voir la Ferrari du tamis perdre son trône en se faisant tamponner par une des Twingo du circuit. Mais par un compatriote en plus, je ne vous raconte pas l’horreur! Réponse demain sur le coup des 14 heures suisses.

21:21 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Sorties cinéma: Le magasin des suicides

Le-Magasin-des-Suicides_portrait_w193h257[1].jpgPour échapper à la sinistrose dans leur environnement urbain lugubre, les gens décident de passer de vie à trépas. Une aubaine pour Mishima, qui tient avec sa femme Lucrèce et ses deux enfants le magasin des suicidés. Et a de quoi proposer aux désespérés toutes sortes de solutions, de la plus simple à la plus sophistiquée, pour en finir avec leur triste existence.

Crise oblige, les affaires de la famille Tuvache prospèrent. Jusqu'au jour où vient au monde le petit dernier, Alan, dont la bonne humeur et l’optimisme à tout crin menace ce juteux business. Vaguement inspiré par Tim Burton et son Etrange Noël de monsieur Jack, Patrice Leconte, qui fut dessinateur de BD, est revenu à ses premières amours pour adapter le conte morbide de Jean Teulé.  Malheureusement il n’est à la hauteur ni de l’un, ni de l’autre.

Dommage car le début, très prometteur, se révèle des plus macabres. Mais, perdant de sa noirceur au fur et à mesure, l’intrigue vire carrément au rose avec l’arrivée de ce bambin respirant la joie de vivre avec une rare indécence! Et Patrice Leconte de nous gratifier de chansons aux paroles dégoulinantes de bons sentiments et d’amour du prochain. Restent quelques dialogues sarcastiques et plutôt enlevés. Mais c’est loin de suffire.

Clochette et le secret des fées

Clochette-et-le-secret-des-fees-3D_portrait_w193h257[1].jpgLe nouvel épisode de la saga de la fée Clochette, signé de la réalisatrice et scénariste Peggy Holmes, nous emmène dans la Forêt Blanche, un dangereux royaume interdit où règne l’hiver. Mais cela n’empêche  évidemment pas l’audacieuse Clochette d’y pénétrer. D’autant plus que ses ailes se mettent soudain, comme par magie, à scintiller. 

Alors qu’elle cherche à découvrir la raison de ce phénomène extraordinaire, elle tombe sur sa jumelle du pays des glaces. Cette aventure, qui va bouleverser pas mal de choses, devrait séduire les amoureux de l’intrépide petite fée.

Films à l’affiche dans les salles romandes dès mercredi 10 octobre.

19:22 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Sorties cinéma: Meryl Streep et Tommy Lee Jones en thérapie conjugale dans "Hope Springs"

tommy-lee-jones-meryl-streep-great-hope-springs-[1].jpgIls sont la soixantaine, sont mariés depuis plus de trente ans, font chambre à part et ne se parlent plus guère. Bref, même s’ils éprouvent encore des sentiments l’un envers l’autre, ils ont pris l'habitude de se côtoyer dans une aimbable indifférence.

Mais Kay en a marre. Ras-le-bol. Elle aimerait bien que son cher Arnold éprouve encore du désir pour elle au lieu de la considérer comme un meuble ou une machine à lui préparer son petit déjeuner. Mais face à ses vains efforts de séduction pour donner un second souffle à son mariage, elle décide d’acheter deux billets pour Hope Springs (c'est aussi le titre du film) dans le Maine, afin de consulter un éminent thérapeute dont elle vient de découvrir le livre.

Le psy est spécialisé dans l’aide aux couples en difficulté, qui finissent par se croiser sans se voir. Arnold n’a pourtant pas la moindre envie  d’aller lui raconter ses problèmes, ses préférences ou ses  fantasmes sexuels.  Mais il se force, une fois n’est pas coutume, pour faire plaisir à sa femme.

Cette comédie psychologique aux dialogues sonnant juste mais au scénario cousu de fil blanc tient surtout au jeu des deux acteurs principaux. Meryl Streep en femme  en mal de gestes affectueux  un peu honteuse de les quémander, se montre tout aussi convaincante que Tommy Lee Jones  en  mari grincheux, négligent, parfaitement désagréable pour masquer sa  gêne à se dévoiler, et qui s’humanise, voire se lâche au fil de l’histoire. 

Ce long-métrrage signé David Frankel  semble a priori destiné aux couples sexagénaires à la dérive. En réalité il s’adresse à tous ceux que la routine menace. Ou qui s’y sont déjà installés, quel  que soit leur âge. 

Ted, un ami pour la vie!

tedmark-jpg_161847[1].jpgComme Ted est une comédie grossière, scato, lourde et pas drôle, inutile de préciser qu'elle a cartonné aux Etats-Unis pendant l’été. Et qu’elle suscite un véritable engouement en Europe, particulièrement en Allemagne et en Russie où elle caracole en tête du box office.

Tout ça pour la grotesque histoire de John Bennett un gamin de 8 ans  mal aimé de ses petits camarades qui a reçu un ours à Noël et fait le vœu, exaucé le lendemain,  qu’il s’anime et devienne son meilleur ami  pour la vie. Au point que Ted s’incruste et que trente ans plus tard, maintenant John dans l’enfance, l’empêche de devenir un homme en freinant son épanouissement professionnel et menaçant sa relation amoureuse avec Lori. Johnest sommé de choisir.

La jeune femme ne supporte en effet plus l’omniprésence de cette peluche parlante façon stand up,  vulgarissime de surcroît, et avec qui  John passe ses loisirs à boire des bières, à fumer des joints , à regarder des nullités ringardes à la télévision. Sans oublier les flatulences dégoûtantes ou les pulsions sexuelles écoeurantes de cet ours répugnant, qui plaît aux filles et n’hésite pas à ramener rune bande de call girls à la maison.

Et il y en a des millions pour trouver ça désopilant. Surtout les hommes du genre ados très attardés. Cherchez l’erreur...

Films à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 10 octobre.

08:07 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

09/10/2012

Sorties cinéma: François Ozon nous entraîne "Dans la maison". Façon Hitchcock

20254555.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx[1].jpgL’éclectique réalisateur farnçais retrouve son punch évocateur avec Dans la maison, son nouveau film singulièrement ludique, humoristique et pervers. Formant un couple à la Woody Allen avec sa femme galeriste, mais poliment imperméable aux improbables œuvres d’art contemporain qu’elle expose, Germain est surtout un professeur de français désabusé. Déprimé à l’idée de reprendre ses cours après les vacances.

En l’occurrence, il est accablé par le consternant niveau de ses élèves, à qui il a demandé une composition pourtant simple. La narration de leur week-end. Mais il se heurte à un décourageant ramassis de banalités. Jusqu’au moment où il tombe sur la rédaction pour le moins intrigante de Claude Garcia, qui raconte s’être introduit dans la maison d’un copain et ce qu'il y a vu.

Immédiatement séduit par l’évident don littéraire de ce garçon, Germain est également très excité par la mention "à suivre..."  figurant au bas du texte. Ce qu’il décrit a-t-il eu lieu?  Ses personnages sont-ils réels? Que va-t-il se passer?

Du coup, Ozon installe une sorte de suspense hitchcockien autour de la relation trouble entre le maître et l’élève. Le premier, retrouvant du goût à l’enseignement joue les pygmalions en donnant des leçons d’écriture au second, qui, passionné par la vie de cette famille de "la classe moyenne", en fournit chaque semaine l’observation cruelle dans un nouvel épisode de ses incursions un rien glauques dans leur intimité.

En adaptant la pièce de l’Espagnol Juan Mayorga, Le garçon du dernier rang Le réalisateur reprend, entre roman-photo et thriller,  le dispositif du fameux Fenêtre sur cour. Mêlant la réalité à la fiction, les récits aux fantasmes, il propose un bel exercice de style aux dialogues ciselés et à la mise en scène brillante. On regrettera juste le côté un brin répétitif du scénario et la relative difficulté de l’auteur à  boucler son film.

Rien à redire en revanche sur la performance des comédiens. Surdoué de la tchatche évitant heureusement ses outrances verbeuses coutumières, Fabrice Luchini se révèle fluide dans le discours et crédible dans son rôle de professeur quelconque, soudain fasciné par le jeu malsain dans lequel l’entraine cet élève manipulateur. Impeccablement interprété, lui, par le jeune Ernst Umhauer (photo). 

S’ajoutent notamment à ce duo Kristin Scott Thomas, en épouse de Germain également perturbée par la découverte de ce nouveau Rimbaud dangereusement voyeur, ainsi qu’Emmanuelle Seigner en mère de famille dont s’amourache l’ado, et qui rêve de reprendre des études de déco en zonant pendant des heures sur son canapé.

Broken , drame social à l’anglaise

964140[1].jpgOuvrant la Semaine de la Critique à Cannes en mai dernier, le premier film du Britannique Rufus Norris avait conquis les festivaliers. il met principalement en scène Tim Roth et une débutante, Eloïse  Laurence dans le rôle de Skunk (photo).

Fragile gamine diabétique de 11 ans, elle vit dans un quartier populaire. Et voit brusquement son univers basculer le jour où elle est témoin d’un acte aussi brutal qu'injuste envers son voisin Rick, un gentil garçon mentalement déficient. L’agresseur est le père de trois délinquantes précoces, dont l’une accuse à tort de viol la malheureuse victime.  

Tout paraît désormais hostile à Skunk qu’il s’agisse de sa maison, de son quartier, de son école. Envahie par une peur diffuse de l'inconnu, elle se pose alors une foule de questions sur son avenir, l'amour qu'elle voue à son instituteur, le départ de sa mère alors qu'elle était petite. Des interrogations auxquelles tente de répondre un Rufus Norris pas toujours très inspiré, en dépit des louanges dont son film est souvent l’objet.

Influencé par la BD, metteur en scène réputé de théâtre (Festen) et d’opéra (Dr. Dee ), il convainc en effet un peu moins dans ce drame social à la fois bancal et esthétisant, sur fond de chronique familiale, de mineure abusée, d’alcool, de violence et de meurtres sanglants. 

En revanche, il sait évoquer les bizarreries du quotidien à travers des situations absurdes. Et diriger ses acteurs. Tim Roth est comme toujours parfait. Mais on est surtout séduit par Eloïse Laurence, véritable révélation avec son côté Uma Thurman de poche.

Films à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 10 octobre.

17:33 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |