28/08/2012

Sorties cinéma: "Atmen", un second souffle pour une deuxième chance

19729286.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110503_100955[1].jpgPetite semaine avec le meilleur, le très moyen et le pire au menu. Le meilleur, c’est Atmen, un premier long-métrage de l’Autrichien Karl Markovics. En français, Respirer. Un film sur la rédemption à travers une deuxième chance. Une sorte de second souffle pour Roman Kogler, 18 ans, détenu dans un centre pour mineurs depuis trois ans après avoir tabassé un autre garçon à mort.

Comme il a déjà purgé la moitié de sa peine, Il pourrait être libéré sur parole. Mais paumé, fermé, taiseux, sans famille, il peine à trouver un emploi, avant de choisir, drôle d’idée pour reprendre sa vie en main, de travailler dans une entreprise de pompes funèbres…

Un jour, il tombe sur le cadavre d’une femme qui porte le même nom que lui. Bien que ce ne soit pas  sa mère, cette découverte le pousse à partir à la recherche de la sienne, tout en espérant retrouver sa  place dans la société. Roman avance ainsi sur le chemin de la réinsertion, mêlant les questions qu’il se pose sur son passé et sa quête de salut.

Simplicité, rigueur, sobriété, économie de mots et d’effets pour cette fiction à double trajectoire qui prend des allures de documentaire et dont la mise en scène est notamment basée sur la répétition. Celle, très réaliste, des gestes autour des morts et du rituel de la fouille au retour chaque soir de Roman en prison (photo).
 
Les comédiens participent largement à la grande réussite de cette histoire sombre mais sans excès, évitant le misérabilisme, le pathos ou la complaisance. Elle repose surtout sur les épaules de son héros principal, l’excellent Thomas Schubert, que le réalisateur ne quitte pas d’une semelle tout au long de l’intrigue.


Un homme et son chien...

20218638.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx[1].jpgOn n’en dira pas autant du dernier-né de Quentin Dupieux Wrong. Alors que l’iconoclaste cinéaste français, alias Mr Ozio, avait séduit l’an dernier à Locarno grâce à son jubilatoire Rubber, pneu tueur et télépathe, il a raté son coup cette année au festival tessinois avec sa troisième fiction. Pour preuve, pas un seul journaliste n’avait daigné assister à sa conférence de presse. 

Dans cette comédie burlesque, Dolph Springer se réveille un matin pour constater avec horreur que l'amour de sa vie, son chien Paul, a inexplicablement disparu. Parti à sa recherche, Dolph croise un mystérieux gourou, une vendeuse de pizza nymphomane, un jardinier loufoque et un bien curieux détective. De quoi faire perdre définitivement la raison au malheureux, déjà gravement inadapté social.
 
En créant un univers décalé mélancolico-surréaliste peuplé de quelques freaks sur fond de relations chiennes, le but de Quentin Dupieux est de provoquer le malaise, voire une certaine angoisse. Il n’a réussi qu’à générer un ennui certain.


Attention,  couple en péril!

20159851.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx[1].jpgBien que cette histroire entre un homme et son toutou adoré ait du mal à tenir la route, elle ferait presque figure de chef d’œuvre à côté de l’affligeant, pathétique et outrancier A cœur ouvert de Marion Laine. La réalisatrice se penche sur le quotidien tourmenté de deux chirurgiens du cœur, Mila et Javier, liés depuis dix ans par leur amour et leur métier. Mais Mila tombe enceinte et l’équilibre du couple s’en trouve brutalement menacé. Le penchant immodéré pour la bouteille de Javier n’arrange pas les choses…

Passion, sensualité, dépendance amoureuse, alcoolique, amour à mort, pourquoi pas ? Sauf que tout cela exige beaucoup de talent à la fois derrière et devant la caméra. Mais si la réalisatrice est loin d’être au top, ses deux vedettes Juliette Binoche et Edgar Ramirez, bêtes de sexe caricaturales à pleurer, achèvent de plomber définitivement l’affaire. En un mot, consternant.

Vous prendrez bien encore un peu de Rousseau

Un dernier mot Le nez dans le ruisseau de Christophe Chevalier, qui fait référence au tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, largement fêté depuis le début de l’année. Chargée d’un reportage sur le grand homme, Marie rencontre Tom, un jeune garçon qui semble le connaître sans en avoir conscience. La journaliste lui propose alors de rencontrer un spécialiste du philosophe. Rapidement, le gamin de dix ans réussit à ébranler les certitudes de l’éminent savant. Un opus intelligent à vocation pédagogique avec notamment Sami Frey et Anne Richard.

Films à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 29 août.

17:05 Publié dans Cinéfil | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.