Google Analytics

02/08/2012

Festival de Locarno: Charlotte Rampling ouvre le bal des médaillés

topelement[1].jpgDiscours des pontes délivrés, petits fours et champagne engouffrés à la cérémonie d’ouverture, Locarno, 65e, c'est parti. Avec au programme quelque 300 films dont 19 en compétition officielle. Parmi les autres points forts la rétrospective, dédiée cette année au maître du cinéma hollywoodien Otto Preminger, et la célébrissime Piazza Grande, qui propose quelque 17 premières mondiales, internationales ou européennes. L’occasion également de célébrer sur scène les hôtes du festival. Prestigieux évidemment.

Et il y en a pas mal cette année, d’Alain Delon à Harry Belafonte en passant par Leos Carax, ou Ornella Muti. Mais pourquoi donc les stars se ruent-elles à Locarno, lui donnant des airs de Cannes, Berlin, ou Venise ?

Eh bien c’est simple, on leur remet des prix et elles viennent raconter leur carrière, après avoir reçu leur Léopard d’honneur sur la Piazza devant des milliers de personnes. Difficile de résister au fauve impérial…

A l’image de Charlotte Rampling, magnifique actrice, mystérieuse, fascinante, fatale, et qui, après les Susan Sarandon, John Malkovich, Michel Piccoli ou Isabelle Huppert, a reçu l’Excellence Award. Et  s’est prêtée aux questions d’Olivier Père, le directeur du festival, comme d’habitude vêtu de son étincelant costume blanc immaculé.

Charmante et tous sourires, cette fille d’un colonel britannique démentait sa réputation de personnage un peu raide, imperméable et au contact difficile, devant un public conquis.

Luchino Visconti et Liliana Cavani déterminants dans sa carrière

Elle est ainsi revenue sur ses débuts au cabaret, où elle chantait en français avec sa soeur, sur son  premier long-métrage à 19 ans The Knack (1965) de Richard Lester, long-métrage phare du Swinging London, Palme d’or au festival de Cannes. Qui lui a notamment valu d’être remarquée par le grand Luchino Visconti. "Il m’avait aussi vue dans un autre film que j’avais fait en Italie et a demandé à me rencontrer".

Le rendez-vous fut décisif, puisque le cinéaste italien lui confie le rôle important de Meredith dans Les Damnés, sublime fresque racontant, parallèlement à l’arrivée au pouvoir de Hitler, la décadence d’industriels allemands.

Alors âgée de 22 ans, la belle Charlotte interprète une mère de 30 ans avec des enfants. Un choix qui peut paraître surprenant de la part du réalisateur. Mais la comédienne l’explique. Visconti lui a dit: "Derrière vos yeux, je vois quelqu’un dont vous ne soupçonnez pas l’existence. Il a été déterminant dans ma carrière car il m’a appris ce qu’était le jeu de l’acteur".

20190049.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx[1].jpgDéjà bien lancée, elle est véritablement révélée au grand public grâce à Portier de nuit de Liliana Cavanani, où elle donne la réplique à Dirk Bogarde (photo). Dans ce triomphe planétaire à scandale, elle incarne une ancienne déportée qui retrouve, dans un hôtel de Vienne, son bourreau avec qui elle renoue une liaison morbide.

Exigeante, déclarant qu'on devient ce qu'on est après ce qu'on a fait, elle voulait s'impliquer dans ce tye de cinéma, au-delà du simple divertissement. "Un cinéma qui ne cache pas la réalité, mais montre ce qu’elle est. Portier de nuit est un film important. Nous sommes tous ses personnages. J’ai toujours essayé de parler à travers mes films d’une manière qui me paraissait appropriée. Pour moi, ce sont sont des voyages, composés de découvertes, où on va s’introduire dans différents personnages. Je suis favorable aux expériences à travers les genres, pourvu qu’il y ait une connexion avec ce que je suis, mon for intérieur, mon âme, quelque chose en quoi je peux croire".

De Jacques Deray à François Ozon

Si elle s'est invitée chez Lars Von Trier, Woody Allen, ou a pris un singe comme amant dans Max mon amour de Nagisa Oshima, Charlotte Rampling, domiciliée en France dans les années 70, fréquente évidemment beaucoup la pellicule hexagonale.

Parmi ses réalisateurs préférés on trouve Jacques Deray, avec qui elle tourne On ne meurt que deux fois. "C’est un film noir avec une atmosphère sombre, trouble, qui me donne une poussée d’adrénaline. Il y a aussi La chair de l’orchidée de Patrice Chéreau  Vive la vie! de Claude Lelouch, qu'elle apprécie énormément. "Il raconte des histoires d’une manière très personnelle et il aime ses acteurs".

Et puis bien sur il y a François Ozon, l’un des deux seuls cinéastes avec qui elle ait tourné plus d’une fois. Peu présente sur grand écran dans les années 90, elle revient en force avec Sous le sable (2001), jouant une femme désemparée après la disparition de son mari. Une belle performance de la part de Charlotte Rampling qui avoue: "On se souvient de vous pour un film ou deux. L’acteur doit laisser une trace qui vaut la peine".

Portier de nuit et Sous le sable sont deux des trois opus projetés durant le festival. La comédienne a également choisi l’un des plus récents I Anna (2012), de son fils Barnbaby Southcombe. "Au départ, il ne songeait pas vraiment à moi. De mon côté je pensais être trop vieille pour le rôle, mais au fur et à mesure, il s’est pour ainsi dire conformé à moi. C’est l’un de mes films les plus heureux".

16:58 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.