Google Analytics

29/07/2012

Les JO: une soupe suisse à la grimace

Après les gags d’une drôlerie presque aussi irrésistibles que ceux de Mister Bean dont nous ont gratifiés les désopilants Massimo Lorenzi et Pascal Droz gais comme des pinsons lors la cérémonie d’ouverture des Jeux, cette pauvre Helvétie fait drôlement la grimace.

C’est qu’elle est plutôt mal partie pour espérer glaner le minimum des six médailles prévues. Même si les commentateurs de la RTS, l’espoir chevillé au corps, ne cessent de nous promettre le miracle à chaque compétition. Hélas, leur prestation se termine généralement par un triste et inévitable "c’est vraiment dommage" face aux bourdes de nos plus grands porteurs d’espoir.

A l’image de Fabian Cancellara à terre, de la gymnaste Giulia Steingruber sur les fesses, du judoka Chammartin au tatami de la badmingtonnienne Sabrina Jaquet à côté de son volant ou des tireurs, indignes fils de Tell, s'obstinant à manquer la cible.

Sans parler du nageur Dominik Meichtry et de Stanislas Wawrinka, qui n’a donc pas pu créer la surprise face à Andy Murray, comme le relevait ingénument Pascal Droz. Quand je pense que lui et ses collègues, dont évidemment la perruche Pierre-Alain Dupuis, nous serinaient depuis le tirage au sort qu’il valait mieux pour le Vaudois rencontrer la belette écossaise au début qu’en cours de tournoi!

Et on n’a pas fini de manger notre pain noir dans le domaine. Je veux parler de ce brave Federer. En voyant le grandissime favori balbutier  laborieusement son tennis contre le second couteau colombien Alejandro Falla, je vous avoue que j’ai un mal fou à l’imaginer remporter le tournoi.

J’ai plutôt la désagréable impression que la légende va se planter méchamment au deuxième tour contre sa bête noire Julien Benneteau,  D’autant que contre le Français toujours prêt à lui sauter à la gorge, le Bâlois a la détestable habitude de commencer en mode diesel. Il faudra que Séverin Lüthi lui rappelle qu’aux JO, à part la finale,  les matches se jouent en deux sets gagnants……

Enfin vous m direz qu’il nous reste nos as du volley-ball, notre spécialiste de canoë-kayajk Mike Kurt, ou le quatre poids léger en aviron pour éventuellement nous consoler. De quoi se dire que pour les Suisses, il vaut mieux pratiquer des sports de plage pour éviter de se noyer

23:49 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les Suisses aux JO: pain noir et soupe à la grimace

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaasaaaaaabeach.jpgAprès les gags d’une drôlerie presque aussi irrésistible que ceux de Mister Bean dont nous ont gratifiés les désopilants Massimo Lorenzi et Pascal Droz, gais comme des pinsons lors la cérémonie d’ouverture des Jeux, cette pauvre Helvétie fait déjà drôlement la grimace…

C’est qu’elle est plutôt mal partie pour glaner le minimum des six médailles prévues. Même si les commentateurs de la RTS, l’espoir chevillé au corps, ne cessent de nous promettre le miracle à chaque compétition. Hélas, leur prestation se termine généralement par un triste et inévitable "c’est vraiment dommage" face aux bourdes crasses de nos plus grands porteurs d’espoir.

A l’image de Fabian Cancellara à terre, de la gymnaste Giulia Steingruber sur les fesses, du judoka Chammartin au tatami, de la badmintonnienne Sabrina Jaquet à côté de son volant, ou des tireurs, indignes fils de Tell, s'obstinant à manquer la cible avec une rare constance. 

Sans parler bien entendu, avec la défaite fatale des footeux "olympiques" contre les Coréens du Sud, de Stanislas Wawrinka, qui n’a donc pas pu créer la surprise face à Andy Murray, comme le relevait ingénument Pascal Droz. Quand je pense que ses collègues, dont évidemment la perruche Pierre-Alain Dupuis, nous serinaient depuis le tirage au sort qu’il valait mieux pour le Vaudois rencontrer la belette écossaise au début qu’en cours de tournoi !

Et on n’a pas fini de manger notre pain noir dans la disciplne. Je veux parler de ce brave Federer. En regardant le grandissime favori  balbutier laborieusement son tennis contre le second couteau colombien Alejandro Falla, je vous avoue que j’ai un mal fou à l’imaginer remporter la palme. 

J’ai plutôt la désagréable impression que la légende va se planter méchamment au deuxième tour. D’autant qu'il rencontre le Français Julien Benneteau, prêt comme jamais à lui sauter à la gorge, et que le Bâlois a la détestable habitude de débuter en mode diesel. Il faudra que Séverin Lüthi lui rappelle qu’aux JO, à part la finale, les matches se jouent en deux sets gagnants……

Enfin vous me direz qu’il nous reste nos as du beach-volley (photo), notre spécialiste de canoë-kayak Mike Kurt, ou le quatre poids léger en aviron pour voir éventuellement une poignée de Suisses poursuivre la compétition. Comme quoi pour les nôtres, il vaut mieux pratiquer des sports de plage pour éviter de sombrer trop tôt. Même si le nageur Dominik Meichtry, éliminé en demi-finales où il s'était qualifié par les poilos, s'est ingénié à me démentir. "C'est vraiment dommage..."

20:55 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | | Pin it! |

22/07/2012

Wawrinka, le Jean-Claude Dusse du circuit!

images[1].jpgAprès m’être absentée quelques jours, me voici de retour pour constater que rien ne change hélas du côté de Stanislas Wawrinka. Sinon en pire à en juger par le tournoi de Gstaad. Les organisateurs doivent se mordre furieusement les doigts d’avoir eu l’imprudence de signer avec lui un contrat qui court jusqu’en 2016.

Quatre éditions encore à manger du pain noir en voyant le malheureux Vaudois se laisser bouffer par tout le monde. Le pauvre passe de plus en plus pour le Jean-Claude Dusse du circuit. A l'image du héros des Bronzés, le Vaudois a des ouvertures… mais n’arrive décidément pas à conclure.

Il l’a logiquement prouvé en se laissant piteusement éliminer dès son apparition sur l’ocre de l’Oberland bernois. Alors que quelques ahuris en avaient fait le favori. Tel le commentateur de choc de la RTS, Jean-Marc Rossier. Ce qui n’a rien d’étonnant dans la mesure où il annonce régulièrement le contraire de ce qui va se passer!

Bref, je me dis qu’on va avoir du mal à survivre sportivement lorsque la légende aura raccroché sa raquette. Impossible donc de ne pas revenir, même tardivement, sur le fabuleux septième sacre de ce brave Rodgeur à Wimbledon.

D’autant que depuis lundi dernier, la légende aux désormais 17 Grands Chelems se révèle un peu plus légendaire après avoir ajouté un record à son impressionnant palmarès. Battant donc celui de Sampras en ayant passé sa 287e semaine sur le trône. Et devenant accessoirement, à 31 ans, le numéro un le plus âgé de l’histoire derrière André Agassi

De quoi en baver des ronds de chapeau, à commencer par moi qui ai irrévérencieusement osé traiter notre gloire nationale de mythe un poil mité. Mais tandis que je resongeais à cette prouesse hors du commun, je regardais la retransmission de la seizième étape du Tour de France. Où le Français Thomas Voeckler s'est imposé une seconde fois dans cette édition 2012. Jetant du coup à genoux ses compatriotes submergés d’un bonheur ineffable.

Constatant l’extase inouïe dans laquelle cette performance dans le fond relativement banale mettait le commentateur et son consultant, un flash, fulgurant, m’a traversé le cerveau. J’ai imaginé une seconde le cauchemar permanent dans lequel la planète entière serait plongée depuis une dizaine d’années si Federer avait vu le jour dans l’Hexagone. 

Surtout en pensant à la prétention démente dont aurait en l’occurrence fait preuve l’as des as, à en juger par celle de champions tricolores d’opérette du côté du ballon rond. Cela posé, j’admets que la modestie excessive du King s’avère un brin agaçante. "Moi, je voulais juste me faire plaisir", a-t-il notamment déclaré, allant jusqu’à refuser de se considérer comme le meilleur de tous les temps. Un joueur parmi d’autres en quelque sorte.

Mon œil! Plutôt paradoxal en effet de la part de ce redoutable chasseur de primes qui, à l’interview, se mue parfois en Delon du tamis, parlant quasiment de lui à la troisième personne et n’en revenant pas de son jeu "absolument incroyable" lors de chaque victoire ou presque. Alors faudrait quand même pas trop pousser…

16:10 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! |