Google Analytics

24/06/2012

Eurofoot: et la montagne française accoucha d'une souris

O rage, ô désespoir, ô équipe ennemie,
N’avons-nous tant vibré que pour cette infamie?
Mais pourquoi donc nous entraîner dans ce merdier
Pour voir en un seul match flétrir tant de lauriers?
Ces Bleus qu’avec respect toute l’Espagne admirait
Ces Bleus que jusqu’ici l’armada redoutait
Par des conflits internes se sont laissé miner
Leur ego l’emportant sur l’envie de gagner
O cruel souvenir de notre gloire passée
Œuvre de tant de jours en un soir effacée...

J’exagère à peine. Pendant une bonne heure vendredi sur M6, on a ainsi eu droit au Cid revisité, après la pitoyable performance des Français contre les Espagnols, par tous ces experts déçus voire carrément prostrés face à la montagne ayant accouché d’une souris. Tant ils avaient encore, jusqu’au coup d’envoi, les yeux de Chimène pour leurs compatriotes qu'ils sentaient, en dépit du contexte explosif, capables d’aller plus loin.   

Mais je vous avais avertis, les Tricolores sont passés maîtres dans l’art de nous procurer des sensations inédites. Toujours capables d’un exploit, ils ont donc réussi, avec l’aide complaisante d’Ibères loin d'être ombrageux, à livrer le match le plus soporifique, stérile, inefficace, improductif, en résumé le plus nul et surtout le plus moche du championnat jusqu’ici. 

Sans oublier, ajoutant la bêtise à l'incompétence, de se  vautrer dans l’autosatisfaction. On a bien joué, on est content, on a fait un bel Euro, on a tout donné sur le terrain, il ne nous manquait pas grand-chose, on était meilleur qu’eux… Certes on aurait pu prendre davantage de risques, nous montrer plus percutants. En même temps, on est tombé sur la plus forte équipe du monde et on n’a rien à se reprocher.
 
Bref, nos zozos partent en vacances avec le sentiment du devoir accompli et du contrat rempli. Des propos qui laissaient les spécialistes tellement babas qu’ils s’en étranglaient de fureur et de frustration, rappelant que les Français n’avaient marqué que quatre points en quatre matches. Impensable avec notamment une star comme Karim Benzéma. Le cas dire qu’on a les vedettes qu’on peut…

Le plus curieux pourtant dans cette histoire, c’est le crédit quasi illimité dont bénéficie Laurent Blanc, qui ressort immaculé du minable parcours de ses footeux qui s’en foutent. A l'image du petit Nasri, qui s'est à nouveau illustré dans l'insulte. Comme l’animateur tentait vainement de le rappeler, qu’est-ce que le malheureux Domenech avait pris en raison de l’attitude finalement pas tellement différente de ses ouailles au Mondial sud-africain!

Parce que dans le fond, on n’est pas très loin de la mutinerie de Knysna. Sauf qu’en l’occurrence, les Bleus de Blanc ont décidé de quitter le quart...

PS.- Il me reste à espérer que Federer ne jouera pas au Frenchie de base à Wimbledon. Je nourris en effet les pires inquiétudes avec tous ces connaisseurs qui bâtissent des plans sur la comète, nous racontant que la légende va redevenir numéro un mondial. Impossible à imaginer après l'avoir regardé se liquéfier à Halle contre le très modeste Tommy Haas.

14:01 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

22/06/2012

Eurofoot: les Français avancent en reculant. Pour mieux sauter?

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaanasri.jpgC’est fou ce qu’ils aiment jouer à se faire mal. Ou peur. Depuis mardi soir, les médias français en souffrance se répandent sur cette douloureuse défaite des Bleus, humiliés par des Suédois éliminés du tournoi. Vilipendant leurs misérables compatriotes à côté de la plaque ainsi que leur déplorable attitude pleine de suffisance, tous continuent à manquer de mots pour qualifier l’inqualifiable.
 
A écouter les spécialistes hexagonaux de la télé commentant et recommentant à l'envi le match contre ces fiers Vikings, à lire la presse du lendemain et du surlendemain, on a l’impression de se retrouver en 1998, où les médias avaient lynché cette pauvre France et son sélectionneur, le si mal Aimé Jacquet avant le début des hostilités.

Pour tomber en pâmoison à leur premier succès et y rester jusqu’à la finale, où les Tricolores en état de grâce avaient battu le Brésil. Un triomphe qui avait en outre propulsé Zidane dans une autre dimension. C’était la naissance du mythe.

Depuis, les journalistes traumatisés par leur manque de jugeote, n’osaient plus trop la ramener lors des contre-performances de leur équipe, attendant d’être absolument convaincus de sa nullité crasse pour oser étaler leur rancœur en la clouant férocement au pilori.

Comme  au Mondial sud-africain, où le tabou avait rapidement explosé. Pareil pour ce qui devient carrément "l’affaire de Kiev", suite à une engueulade paraît-il monstre dans les vestiaires, avec Samir Nasri et Hatem Ben Arfa (photo) au banc des accusés. Jeudi soir on nous racontait sur M6, avec des trémolos dans la voix, que les joueurs risquaient de tout faire sauter!

Du coup, je me dis que j’ai des chances de ne pas trop me tromper en misant audacieusement sur eux. Et pour cause. Dotés  à leur habitude d’un pot pas possible, nos coqs sont heureusement sortis de la poule, décrochant grâce aux Anglais ne se faisant pas prier pour tirer les premiers, leur qualification pour les quarts de finale.

Un billet, même s'ils doivent affronter samedi les redoutables Ibères, qui pourrait les emmener plus loin. Bien que les experts français du crampon clament qu’ils ne le méritent pas, au vu d'un engagement affligeant les ayant honteusement forcés à passer la rampe par un trou de souris.    

Paroles, paroles. Car je les connais, ces prétendus outragés. Ils nous chantent la grande scène du II, mais en réalité, je suis quasi certaine qu’à part une insignifiante poignée de sincères amoureux du beau jeu, la plupart s’en balance de cette défaite en forme d'avertissement sans frais. En effet, qu'importe la largeur de l'ouverture de la porte, lorsqu'il suffit d'en franchir le seuil. Et puis en somme, deux pas en avant et un en arrière, c’est ce qui s’appelle reculer pour mieux sauter…

09:57 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | | Pin it! |

17/06/2012

Tennis: sale temps pour les cadors du circuit!

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaafed.jpgJe ne voulais plus parler de raquette jusqu’à Wimbledon. Mais franchement, c’est difficile de faire l’impasse avec la semaine qu’on vient de vivre dans le domaine. Que ce soit au Queens ou à Halle.

Le moins qu’on puisse relever, c’est d’abord le sale temps pour les cadors. Plus particulièrement en Angleterre où Andy Murray, la belette écossaise, disparaissait déjà à son premier tour, tandis que Jo-Wilfried Tsonga, l’un des Big Four en l’absence de Novak Djokovic, ne parvenait même pas à jouer les marionnettes. Juste un p’tit tour avant de s’en aller. A l’image de la majorité des autres têtes de série d’ailleurs.

N’en restait que deux, Marin Cilic et David Nalbandian, pour un affrontement au sommet. Pas des plus culminants à en juger par l'issue aussi malheureuse qu’inédite du match. Il fut en effet enlevé par le Croate par… disqualification de son adversaire. Ne se contrôlant plus suite à une faute, l’Argentin a en effet bêtement explosé du pied un panneau, blessant du coup un juge de ligne à une jambe qui se trouvait juste derrière. Sanction immédiate, loin du bal!

Et je ne vous raconte pas le tournoi allemand, où l’extraterrestre Rafaël Nadal se laissait misérablement sortir en quart de finale par l’un des hommes du cru, le relativement modeste Philip Kohlschreiber.

Le pire allait venir avec Federer, pourtant le seul des cadors à résister jusqu’en finale. Où une sixième victoire lui tendait presque indécemment les bras, le Suisse, bourreau impitoyable du Russe Youzhny, se voyant opposé au Germain Tommy Haas. Certes un joli garçon, ancien numéro 2 mondial, mais actuellement 87e à l'ATP et comptant nettement plus d’heures de vol que la légende.

Eh bien macache bono. Comme face au vampire de Belgrade dans le dernier carré à Roland Garros, ce pauvre Rodgeur a inexplicablement perdu la partie après avoir fait le break et été ensuite à un cheveu du second dans la première manche.

Mais le plus étrange fut quand même la déclaration de celui qui ne l'a plus emporté sur gazon depuis trois ans: "Ce fut une superfinale et j’aurais volontiers voulu la gagner. Mais ce fut malgré tout une supersemaine pour moi".
 
En entendant un truc à ce point nul de la part du phénix, je me dis que l’herbe, il ne s’est pas contenté de la fouler. Il l’a également fumée!

17:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

16/06/2012

Eurofoot: les Bleus, des géants ou des nains de jardin?

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaafrance.jpgAvoir des illustres représentants dans de grandes compétitions c’est bien, mais c’est vraiment loin de d’être de tout repos. Par exemple avec  Federer dans l'histoire, je ne vous raconte pas le stress! Je l'ai encore expérimenté à Roland-Garros.

Et il me donne à nouveau des sueurs froides à Halle, où il s’est à nouveau imposé in extremis face au Canadien Milos Raonic pour rallier le dernier carré. Sur herbe de surcroît, sa meilleure surface. Du coup je crois que je vais plutôt me concentrer sur l’eurofoot jusqu’à Wimbledon pour me calmer les nerfs! Pas besoin en effet de me ronger les sangs puisque les Helvètes ont donc jugé plus sage de regarder les matches à la télévision au lieu d’aller se couvrir de honte sur les terrains polonais et ukrainiens.

En plus, les Russes s’exhibant par exemple dans une tenue rouge en général chère aux Suisses, j’ai l’impression de voir ces derniers fouler la pelouse. J'espère pour les sujets de Poutine que cela ne va pas leur porter malheur. A vérifier ce soir. 

Et puis il y a bien sûr l’équipe de France de loin ma préférée de ce championnat et dont on peut tout attendre. Certes il est difficile d’en espérer autant que lors du Mondial allemand avec le fameux coup de boule de Zidane ou surtout du sud-africain, où on avait quand même atteint des sommets avec la grève des "mutins de Knysna" refusant de descendre du bus et de s'entraîner, devant les caméras du monde entier.

Les Tricolores protestaient, souvenez-vous, contre l’exclusion de Nicolas Anelka pour son "Va te faire enculer sale fils de pute" cavalièrement adressé à son entraîneur Raymond Domenech. Des insultes dont les media s'étaient régalés tout en jouant les vierges effarouchées. 

Mais comme l’incorrigible France tient absolument à se faire remarquer, c’était bien parti à peine les hostilités entamées. Grâce au petit teigneux Samir Nasri qui, suite à son but lundi soir contre l’Angleterre, n’a pas hésité à lancer un "Ferme ta gueule" quotidien L’Equipe qui  avait osé le qualifier de "bidon" dans son édition du jour.

Cela n’avait malheureusement pas suffi à l’EDF en manque de jus, pour battre la perfide Albion. La presse hexagonale, qui imaginait ses compatriotes gravir sans problème des montagnes à vache pour conquérir les cimes, s'est empressée de remballer momentanément ses illusions, trouvant même globalement les Bleus très pâles, ennuyeux, décevants et poussifs. Leur reprochant en résumé de s’être cassé  les dents sur le verrou rosbif après avoir égaré la clé anglaise…

Retournement bien évidemment à 180 degrés après la victoire des Tricolores contre l’Ukraine, qui mettait fin à six ans de cruelle disette dans le genre. Mais la fusée médiatique risque bien revenir à son point de départ, si d’aventure ses nouveaux géants leur rejouaient les nains de jardin dans leur dernier match de poule. Vivement mardi les coqs!

10:58 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

10/06/2012

Nadal-Djokovic: un match de filles pour leur rendez-vous interrompu avec l'histoire!

aaaaaaaaaaaaaaaaaaanadal.jpgL’issue du rendez-vous avec la grande histoire de la petite balle jaune est donc remise à lundi, pour cause de pluie. Moche pour cette finale dont les commentateurs et les fans se léchent passionément les babines, puisqu’il y aura forcément un extraordinaire record à la clé.

Soit donc Nadal remportera son septième Roland Garros pour devenir le plus grand joueur de tous les temps sur terre battue, soit Djokovic sera le troisième joueur à réussir les quatre levées du Grand Chelem à la suite. Mais contrairement à Rod Laver qui a réalisé cet exploit à deux reprises la même année, Dracula acquerrait, s’il y parvient, le sien sur deux saisons.

Cette fabuleuse rencontre fébrilement attendue laisse pourtant grandement à désirer. Ressemblant même pour l’instant à un de ces matches de filles dont aiment se moquer les critiques du tennis de ces dames. Avec une avalanche de doubles fautes et de breaks qui ne font pas particulièrement honneur au tant vanté combat des chefs!

Dans le fond pas de quoi avoir trop de regrets pour Federer, qui a de nouveau échoué à écrire un chapitre pour peaufiner sa légende en omettant de se qualifier une sixième fois pour une rencontre au sommet.

Il a toutefois raté la chose d’une bien curieuse façon. A croire qu’il n’avait pas envie d’affronter l’Espagnol. Ou alors c’est qu’il avait une idée derrière la tête. Imaginons. Il gagne sa demi-finale et se retrouve face à Nadal qui lui file encore une rouste. Non seulement rien ne bouge dans le classement, mais l’ogre de l'ocre signe une septième victoire Porte d’Auteuil, très agaçante pour Sa Grâce.

Autre cas de figure, Rodgeur fait exprès d’envoyer Dracula au charbon avec le secret espoir que ce dernier terrasse le pitbull. Du coup le maestro repasse en deuxième position, se permet dès lors d'espérer arriver, lui d’abord, à un époustouflant septième succès à Wimbledon dans deux semaines, et rafle son dix-septième Grand Chelem.

On peut d’ailleurs compter sur Marc Rosset pour nous assurer, façon Lapalisse comme d’ordinaire, que le phénix peut toujours renaître de ses cendres, mais que c'est de plus en plus coton… Bref, dans l’heureux cas où la chose se produisait, cela réduirait d’autant la portée de la prouesse de Djokovic sur la terre parisienne. 

Reste qu’une défaite de Rafa nous forcerait à subir les traditionnelles manifestations de gorille en rut de ce brave Nole, insupportablement amplifiées par les ululements sauvages de son clan. En conséquence, je préférerais malgré tout que le taurillon de Manacor finisse par l'emporter. A vérifier lundi dès 13 heures.

21:38 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! |

08/06/2012

Roland Garros: le vampire de Belgrade saigne la légende à blanc

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaadjoko.jpgInutile de préciser que je nourrissais les pires craintes en ce qui concerne les chances de Federer de remporter sa demi-finale face à Djokovic. Elles n'ont évidemment pas tardé à se vérifier, mais je vous avouerais que je ne pensais pas voir les choses tourner de cette manière calamiteuse. Même Tsonga a mieux résisté, ce qui vous donne une idée du désastre!

Il est vrai que ce piteux revers s'avère d'une logique implacable, à en juger par le comportement coupable du Bâlois. Tout phénix qu’il est, ce brave Rodgeur ne peut pas se permettre de jouer impunément comme un pied pendant les cinq premiers tours d'un tournoi du Grand Chelem.
 
Laissant notamment deux illustres nobodies comme le Roumain Ungur et le Belge Goufin lui piquer chacun un set. Ou finir par gagner à la désespérée contre le malheureux Juan Del Potro archicuit après deux manches, et espérer l’emporter pareillement les doigts dans le nez face au vampire de Belgrade, assoiffé depuis l’an passé du sang de sa victime préférée.

Cette défaite sera de surcroît particulièrement humiliante pour la légende. Vu la forme étourdissante du bouleversifiant Nadal, Djokovic risque sans doute de se faire terrasser par le pitbull, les gencives à nouveau sérieusement détartrées Porte d’Auteuil. L'ombrageux Ibère n'affronte pas ses adversaires, il les exécute impitoyablement en les découpant en tranches. 

Bref, je ne félicite pas Sa Grâce retombé en en disgrâce. Et je ne complimenterai pas davantage les inénarrables de la RTS. A commencer par Marc Rosset. Car si le Genevois se complaît dans sa méconnaissance crasse du tennis féminin, il serait bien inspiré de se payer un petit recyclage côté raquette masculine.

"Il faudra un peu de réussite pour inverser une tendance qui se dessine", remarquait-il sottement au début du troisième set, alors que le tableau était déjà quasiment peint, à partir du moment où le mythe a négligé de confirmer son break initial. Au point que les trois autres lamentablement galvaudés ensuite se révélaient anecdotiques, tant c’était couru d’avance.

Mais voilà qui n’a pas empêché le décevant Pascal Droz de surenchérir dans le genre en déclarant, Dracula se trouvant à un jeu du match, que cela "semblait un peu difficile" pour le Suisse. A les entendre blablater aussi étourdiment, je me demandais si ces rigolos nous commentaient la bonne rencontre!

Du coup, je me dis vive l’eurofoot! Là au moins je n’aurai pas besoin de me ronger les sangs, puisque les Helvètes ont eu l’heureuse idée d’éviter de se qualifier. Je sens donc que je vais me passionner pour l’équipe de France, en espérant qu’elle nous gratifiera à son habitude de ces épisodes croustillants, dont elle seule a le secret.

20:18 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | | | Pin it! |

05/06/2012

Federer en demi à Roland Garros: la moindre des choses contre un paralytique!

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaalegende.jpgEt voilà, typiquement hexagonal, le résultat. Comme je vous le disais. En pire étant donné l’importance de la vague bleue porte d’Auteuil. Neuf filles au départ et pas une après le troisième tour. Seize garçons en lice, deux en huitièmes, un seul un quart et... plus un chat ensuite. 

En d’autres termes, pas grand-chose à se mettre sous la rétine quel que soit le côté où on regarde. Même si je m’attends aux remarques dithyrambiques des spécialistes français de la raquette, félicitant follement un Tsonga grandi par son courage, sa détermination et sa force de frappe. Tout ça pour avoir réussi à rater misérablement quatre balles de match au quatrième set contre Djokovic, pas au mieux de ses sensations.

Je m'en doutais d'ailleurs, après voir vu le boxeur des courts suer sang et eau en affrontant Wawrinka, frisant même la correctionnelle. Moralité, je trouve qu’Henri Leconte devrait s’excuser auprès de ses compatriotes féminines pour leur avoir secoué les puces, sans même souligner les lacunes crasses des neuf dixièmes des garçons.

A part ça, nous autres Helvètes n’avons pas de quoi nous vanter de l’accession chanceuse de Federer dans le dernier carré.  Parce que face à un paralytique, c’était quand même la moindre des choses. Si j’en juge par sa manière d’évoluer, toujours aussi dilettante qu’au début du tournoi, Il est évident que contre un Del Potro en pleine possession de ses moyens, il se faisait atomiser en trois petits sets.

Pour preuve les deux premières manches où il n’a pratiquement pas existé, sauf par intermittence dans la seconde. Pour logiquement terrasser le flandrin argentin, carrément rendu à l’état de légume dans les trois suivantes. Et encore me suis-je rongé les ongles dans la dernière, où il paraissait avoir un peu repris du poil de la bête. 

Du coup je le vois mal le mythe se payer à nouveau Dracula, dont la faculté à se sortir les tripes dans les cas désespérés m’hallucine. Mais de toutes façons peu importe qui l’emportera du Suisse ou du Serbe. Il est clair que ni l’un ni l’autre ne fera le poids devant Nadal, plus ogre de l’ocre que jamais. A moins que l’Ibère ne soit victime d’une soudaine et malencontreuse défaillance du genou, sa forme stupéfiante donnera du grain à moudre aux guignols de l'info...

22:00 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (26) | |  Facebook | | | | Pin it! |

04/06/2012

Quarts de finale Federer-Del Potro: pitié pour nos nerfs!

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaastani.jpgDécidément, où qu’on se tourne il n’y en a pas un pour racheter l’autre. Je veux parler des commentateurs et des spécialistes de la raquette. Comme par exemple Henri Leconte, qui n’a rien à envier aux tandems de la RTS en terme de phallocratisme exacerbé.

Dans son blog, Riton a voulu faire passer un message aux joueuses tricolores, toutes ayant été éliminées au stade des seizièmes de finale. Avec pour conséquence qu’il n’y en aura aucune aux Jeux Olympiques de Londres. Du coup il se demande où sont les jeunes, les petites qui ont faim, qui rêvent de bien jouer à Roland Garros, d’être sur le Central en deuxième semaine, de figurer dans les dix meilleures du monde. Pour terminer avec cette injonction: Réveillez-vous les filles!

Evidemment, dans l’absolu, il a raison Leconte. C’est pathétique. Sauf qu’il aurait pu en profiter pour demander aussi aux hommes de sortir de leur léthargie et de se remuer les fesses au lieu de les couvrir d’éloges. Parce que si on se base sur la proportion de représentants des deux sexes, il y avait neuf filles et… seize garçons, dont quatorze également out au troisième tour, vu qu'ils ne se retrouvaient que deux en huitièmes. Donc, à moins qu'ils soient de conserve dans le dernier carré, le constat côté mâles ne me paraîtra pas tellement plus fracassant que côté femelles. 

Logique, notez. C’est juste histoire de relever l’inégalité de traitement de Riton. Car il suffisait d’entendre les cocoricos déments des experts alors que treize de leurs compatriotes avaint miraculeusement passé l'entame du tournoi, pour avoir comme d’habitude la certitude que ça ne durerait pas.

A part ça, je vous disais que j’avais trouvé le duo Rosset-Dupuis insupportable. Eh bien l'attelage Rosset-Rossier est encore pire. Une logorrhée que je qualifiererai de diarrhéique, au risque de tomber dans le pléonasme. Parce que nos inénarrables ne s'arrêtent pas une seconde. Surtout Marc. Se répétant inlassablement, il se livre à une analyse identique à chaque point gagné ou perdu.

Même en compagnie de Pascal Droz, de loin le moins exaspérant, il ne peut s’empêcher de rabâcher, Marc. Du genre, attention, quand on est un peu sous pression on n’est pas totalement relâché et on commet plus de fautes. Où le pompon, à 2-2 dans le cinquième set entre Wawrinka (photo) et Tsonga: la partie peut désormais basculer d’un côté comme de l’autre! Une fine remarque qu’il n’a pas manqué de nous resservir à 4-4 le lendemain, lors de la reprise du match.

Et je ne vous raconte pas le compte-rendu de la rencontre entre Federer et le gamin belge David Goffin, qui devait être une simple formalité. Alors messieurs, pitié pour nos nerfs mardi dans ce quart de finale, où le mythe risque de se faire massacrer par Del Potro, tant il joue comme un pied depuis le début du tournoi. A se demander s’il ne souffre pas de quelque chose.

Et du moment que j’y suis, si l’ex-champion genevois a du mal à rabattre son caquet, au moins pourrait-il se contenter de nous raconter ce qui se passe à l’écran au lieu de se regarder le nombril en nous gavant de ses exploits passés…

17:52 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |