Google Analytics

10/06/2012

Nadal-Djokovic: un match de filles pour leur rendez-vous interrompu avec l'histoire!

aaaaaaaaaaaaaaaaaaanadal.jpgL’issue du rendez-vous avec la grande histoire de la petite balle jaune est donc remise à lundi, pour cause de pluie. Moche pour cette finale dont les commentateurs et les fans se léchent passionément les babines, puisqu’il y aura forcément un extraordinaire record à la clé.

Soit donc Nadal remportera son septième Roland Garros pour devenir le plus grand joueur de tous les temps sur terre battue, soit Djokovic sera le troisième joueur à réussir les quatre levées du Grand Chelem à la suite. Mais contrairement à Rod Laver qui a réalisé cet exploit à deux reprises la même année, Dracula acquerrait, s’il y parvient, le sien sur deux saisons.

Cette fabuleuse rencontre fébrilement attendue laisse pourtant grandement à désirer. Ressemblant même pour l’instant à un de ces matches de filles dont aiment se moquer les critiques du tennis de ces dames. Avec une avalanche de doubles fautes et de breaks qui ne font pas particulièrement honneur au tant vanté combat des chefs!

Dans le fond pas de quoi avoir trop de regrets pour Federer, qui a de nouveau échoué à écrire un chapitre pour peaufiner sa légende en omettant de se qualifier une sixième fois pour une rencontre au sommet.

Il a toutefois raté la chose d’une bien curieuse façon. A croire qu’il n’avait pas envie d’affronter l’Espagnol. Ou alors c’est qu’il avait une idée derrière la tête. Imaginons. Il gagne sa demi-finale et se retrouve face à Nadal qui lui file encore une rouste. Non seulement rien ne bouge dans le classement, mais l’ogre de l'ocre signe une septième victoire Porte d’Auteuil, très agaçante pour Sa Grâce.

Autre cas de figure, Rodgeur fait exprès d’envoyer Dracula au charbon avec le secret espoir que ce dernier terrasse le pitbull. Du coup le maestro repasse en deuxième position, se permet dès lors d'espérer arriver, lui d’abord, à un époustouflant septième succès à Wimbledon dans deux semaines, et rafle son dix-septième Grand Chelem.

On peut d’ailleurs compter sur Marc Rosset pour nous assurer, façon Lapalisse comme d’ordinaire, que le phénix peut toujours renaître de ses cendres, mais que c'est de plus en plus coton… Bref, dans l’heureux cas où la chose se produisait, cela réduirait d’autant la portée de la prouesse de Djokovic sur la terre parisienne. 

Reste qu’une défaite de Rafa nous forcerait à subir les traditionnelles manifestations de gorille en rut de ce brave Nole, insupportablement amplifiées par les ululements sauvages de son clan. En conséquence, je préférerais malgré tout que le taurillon de Manacor finisse par l'emporter. A vérifier lundi dès 13 heures.

21:38 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Moche, désagréable à suivre avec des cris de chambre à coucher sur chaque balle! C'est cela qu'ensencent les journalistes commentateurs en nous disant de nous gratiner de ces beaux moments de jeux!

Franchement mieux vaut un match avec Federer qui risque de perdre, plutôt que celui d'aujourd'hui. D'ailleurs les spectateurs ne s'y trompent pas puisque qu'ils encouragent un Federer qui n'est pas sur le terrain.

La TSR a envoyé à nos frais un bataillon de journalistes et consultants tous plus nuls les uns que les autres.
A quand la suppression des commentaires et simplement les bruits du jeux et du public.

Écrit par : Corélande | 10/06/2012

Mais on t'oblige pas à regarder et Federer aussi gémit parfois (surtout sur sa deuxième balle).
Quant à moi, je trouve que le match est intense...
Les joueurs ne font pas de calculs et sont là pour gagner des matches. Je ne vois pas le Suisse faire "exprès" de perdre.
Bizarre votre blog, chère Edmée, aujourd'hui...

Écrit par : Comisetti | 11/06/2012

Très intéressante analyse, au niveau du clasement mondial et de sa conséquence sur les séries de Wimbledon, merci, je n'y avais pas pensé.

Écrit par : A. Piller | 13/06/2012

Les commentaires sont fermés.