Google Analytics

29/05/2012

Roland Garros: Le machisme crasse de Marc Rosset

aaaaaaaaaaaaaaaaaaanadal.jpgIl a carrément suffi d’un match pour que les jeux me semblent quasi faits. Autrement dit une finale Nadal Djokovic, Federer me paraissant déjà plus ou moins largué. Avec un  léger avantage à Nadal, si je considère les entrées en matière des big two du classement.   

Vous me rétorquerez que Dracula a été pratiquement autant bousculé par l’Italien Potito Starace que la légende par l’Allemand Kamke, chacun abandonnant dix jeux à leur adversaire respectif. Mais je ne sais pas pourquoi, chaque fois que le phénix rate une balle, j’ai une forte tendance à imaginer qu’il est cuit. Même contre un nobody. Pour ne rien vous cacher, Stanislas Wawrinka me file parfois moins les chocottes.  

Imaginez donc mes affres lorsque le Suisse pétouille face aux fines lames du circuit. Alors que le Serbe ou l’Espagnol peuvent égarer un certain nombre de points, voire de sets, sans que cela n’altère d’un iota ma certitude de les voir rafler la mise. En trois sets secs qui plus est.   

A part ça, si le tandem de choc Dupuis-Rosset avait l’heureuse idée de cesser de nous répéter à l’envi que la joie et la fierté de batailler sur le Central risquent souvent de se transformer en cauchemar pour les seconds couteaux qui doivent en découdre avec les cadors du tamis, ça nous ferait des vacances.

Je ne vous raconte en effet pas à quel point nos deux rigolos nous ont bassinés avec ça à l’antenne lors de la rncontre  opposant le malheureux Transalpin Bolelli à Nadal. Tout ça pour nous gratifier du scoop du siècle. En parfait connaisseur, Rosset n'a pas hésité à affirmer, tandis que le pitbull menait 4-1 dans le dernier set après avoir gagné les deux premiers, que l’issue du match ne faisait désormais plus aucun doute...

Mais surtout, dans la mesure où il n'a sans doute pas grand-chose d'autre à faire à Roland Garros, le géant genevois serait bien inspiré d'en profiter pour se renseigner un peu sur le tennis féminin, au lieu de nous étaler sottement sa méconnaissance du sujet.  

Ce qui a évidemment poussé son alter ego à piailler de conserve. Excusant complaisamment le machisme crasse du grand Marc, la perruche a avoué qu’il était effectivement impossible de savoir qui étaient les 128 joueuses du tableau.

Ben voyons. Comme si c’était tellement plus facile de connaître le pedigree des collègues masculins de ces dames. Genre Soeda, Ebden, Zopp, Sousa, Dutra Silva ou autres Ungur. Décidément, où la phallocratie ne va-t-elle pas se nicher!

18:49 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Désolé d'avoir à intervenir une nouvelle fois pour vous contredire chère Edmée, mais il semblerait que vous soyez de ces féministes qui revendiquent un égalitarisme immodéré, sous peine de brandir les armes et sortir les crocs.
Plutôt que de désigner M. Rosset comme le phallocrate de service, essayez de faire l'effort de le comprendre. Contrairement à ce que les féministes les plus dures veulent bien nous faire croire, l'homme et la femme se distinguent par bien des points. L'une des différences majeure, se situe au niveau de la force physique, l'homme étant de manière générale plus développé de ce côté là ( l'une des seules qualités que la femme, être au combien supérieur à l'homme, n'as pas ).
Ce constat évident une fois établi, il me paraît censé d'admettre que la compétition sportive en général, s'avère plus impressionnante pratiquée par des hommes que par des femmes, car la performance accomplie est d'autant plus intense. A côté du service de Roddick, les soeurs Williams n'ont qu'à bien se tenir.
C'est donc logiquement que le tennis masculin déchaine davantage la ferveur et les passions que le tennis féminin, qui reste un tennis très agréable et de haut niveau.
Par conséquent, il est normal que ce cher M. Rosset ait plus de facilité à retenir les noms du circuit qui l'enthousiasme le plus, et dont le haut taux d'audience, le force à exercer de plus amples démarches de récupération et mémorisation de l'information.
D'autant plus que le classement chez les femmes et beaucoup plus volatile que chez les hommes, où il a plus tendance à rester stable à quelque variation près.

Écrit par : Christian | 29/05/2012

Très drôle, Edmée, comme toujours.
Des surprises peuvent avoir lieu. On en a eu une de taille aujourd'hui; mais qu'a fait Serena ?
J'espère pour Marc Rosset qu'il a déjà entendu parler de Martina Hingis !

Écrit par : Comisetti | 29/05/2012

J'espère pour le sieur Rosset... dont le palmarès, en comparaison avec la prétention de l'individu, me laisse toujours pantois... qu'il a pris le temps d'assister au match opposant Serena Williams à Virginie Razzano... cela l'aurait utilement instuit...

Écrit par : matthieu | 30/05/2012

Pas vraiment, vu la qualité calamiteuse de ce match

Écrit par : Comisetti | 30/05/2012

Le jour où on éliminera les hurleuses du circuit, je regarderai de nouveau le tennis féminin. Et si les hommes se mettent à gueuler de la même façon je ne regarderai plus leurs matches non plus.
P.S. Ouf! je me sens mieux, même si tout le monde se moque bien de mon opinion.

Écrit par : Mère-Grand | 30/05/2012

Disons que les Espagnols sont assez bruyants .=)

Écrit par : Comisetti | 30/05/2012

@ Matthieu : Rosset n'a peut-être pas le palmarès de Federer, Djokovic ou Nadal, d'accord, mais il a été un grand joueur. Deux résultats parlent pour lui : champion olympique à Barcelone, en battant les Espagnols sur terre battue, et une fameuse demi-finale de Coupe Davis aux USA.

Écrit par : cybermamy | 31/05/2012

Marc Rosset est excellent !!! J'adorrrrre ...Et chacune et chacun à sa place! Y a déjà assez de dégâts comme ça !

Écrit par : Laurent | 04/06/2012

@cybermamy: vous voulez probablement dire grand par la taille... ou par l'égo...

Écrit par : matthieu | 04/06/2012

Marc Rosset, c'est tout bon, mais lorsque dans le même potage vous mettez du Dupuis, sûr qu'elle sera pleine de grumeaux

Écrit par : paul | 10/06/2012

Les commentaires sont fermés.